Vivre l’Avent au travers de l’image

Le simple tracé ou coloriage d’une image tirée des évangiles, sans souci d’expression personnelle ni de performance artistique, nous conduit parfois beaucoup plus profondément à une véritable contemplation que les pensées et les mots.

Nous vous offrons ce témoignage visuel en guise d’invitation à vivre l’Avent et les mystères de la nativité, et ce avec tout l’émerveillement de l’enfance.

Puiser à même la richesse de l’héritage pictural chrétien nous permet d’approfondir et de consolider nos propres racines.

Que l’on copie, trace ou colorie une scène des évangiles, c’est toujours une rencontre pleine de présence, laquelle nous amène vers une plus grande intériorité et contemplation.

Peu importe notre âge, nous sommes conviés à une redécouverte du sens profond de chacune de ces scènes lorsque nous prenons le temps de la dessiner.

Les extraits de témoignages ci-dessous, offerts par une participante, illustrent bien ce processus :

« Le fait de dessiner la Nativité m’a permis de vraiment aller à la rencontre de Marie, de Joseph et de l’Enfant Jésus, et de les connaître plus intimement, et aussi d’une manière nouvelle.

Tandis que le dessin prenait vie devant mes yeux, j’ai vu que le visage de Joseph se remplissait d’une joie profonde, de stupeur et d’émerveillement devant l’Enfant Jésus. Je cherchais dans mon cœur, sans trop forcer mon esprit, à entendre ce que vivait ce Joseph.

Il devenait pour moi le symbole de l’Humanité transfigurée devant l’Enfant Jésus, devant cette lumière qui l’a surpris et sorti de sa petite humanité en proie au doute et à la souffrance. Il est devenu l’Humanité toute entière qui accueille en son cœur Marie et Jésus.

Pendant que la dessinais, j’ai découvert une Marie très intérieure, don total d’amour au travers de l’offrande de Jésus à Joseph ou à l’Humanité.

L’Enfant Jésus, de son côté, reste encore emmailloté dans le mystère de la joie et de la plus grande tendresse du monde.

L’Enfant Jésus a encore tout un univers à délier dans mon cœur. Je sens cependant que ce Mystère continuera de s’approfondir au fur et à mesure que je me permets de m’approcher de la Crèche et d’écouter son message.

J’ai eu l’impression de m’asseoir dans la Crèche pendant quelques heures et de baigner dans l’intimité du Mystère de la Nativité. Je sens que je n’ai pas fini d’aller m’y ressourcer.

Le fait de prendre mon temps pour dessiner l’image et la mettre en couleur a permis à celle-ci de me livrer, me semble-t-il, l’essentiel ce qu’elle avait à me confier. »

Vivre le lavement des pieds aux côtés de Jésus

Vivre le lavement des pieds au travers du regard de cinq peintres traditionnels

Prendre le temps de vivre intérieurement ce que signifie ce geste pour nous, comme si nous étions présents parmi les apôtres. En copiant, traçant, coloriant les œuvres qui nous parlent, et en témoignant de ce que cette scène suscite en nous!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ci-dessous, le feuillet comportant l’extrait de l’évangile, les œuvres originales des peintres ainsi que les tracés pour faciliter la copie et la mise en couleurs – À sauvegarder et à imprimer :

LavementDesPieds

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 13,1-15

Avant la fête de la Pâque, sachant que l’heure était venue pour lui de passer de ce monde à son Père, Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout.
Au cours du repas, alors que le diable a déjà mis dans le cœur de Judas, fils de Simon l’Iscariote, l’intention de le livrer,
Jésus, sachant que le Père a tout remis entre ses mains, qu’il est sorti de Dieu et qu’il s’en va vers Dieu,
se lève de table, dépose son vêtement, et prend un linge qu’il se noue à la ceinture ;
puis il verse de l’eau dans un bassin. Alors il se mit à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge qu’il avait à la ceinture.
Il arrive donc à Simon-Pierre, qui lui dit : « C’est toi, Seigneur, qui me laves les pieds ? »
Jésus lui répondit : « Ce que je veux faire, tu ne le sais pas maintenant ; plus tard tu comprendras. »
Pierre lui dit : « Tu ne me laveras pas les pieds ; non, jamais ! » Jésus lui répondit : « Si je ne te lave pas, tu n’auras pas de part avec moi. »
Simon-Pierre lui dit : « Alors, Seigneur, pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête ! »
Jésus lui dit : « Quand on vient de prendre un bain, on n’a pas besoin de se laver, sinon les pieds : on est pur tout entier. Vous-mêmes, vous êtes purs, mais non pas tous. »
Il savait bien qui allait le livrer ; et c’est pourquoi il disait : « Vous n’êtes pas tous purs. »
Quand il leur eut lavé les pieds, il reprit son vêtement, se remit à table et leur dit : « Comprenez-vous ce que je viens de faire pour vous ?
Vous m’appelez “Maître” et “Seigneur”, et vous avez raison, car vraiment je le suis.
Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi, vous devez vous laver les pieds les uns aux autres.
C’est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j’ai fait pour vous. »

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible – © AELF, Paris

Pour approfondir la lecture des évangiles, partagez vos réflexions en petit groupe, à distance, avec quelques autres personnes. Et si le cœur vous en dit, que ce soit à titre individuel ou en groupe, vous pouvez aussi envoyer vos témoignages et images à l’adresse :
participer@alecoutedesevangiles.mobi
ou les publier directement en vous inscrivant sur Facebook au Groupe de partage À l’écoute des Évangiles
https://www.facebook.com/groups/1289238157950599