Venez et vous verrez

venez-et-vous-verrez

Évangile selon Saint-Jean, premier chapitre, de 35 à 51

Le lendemain, Jean se trouvait encore là, avec deux de ses disciples.
Regardant Jésus qui passait, il dit : « Voici l’Agneau de Dieu. »
Les deux disciples entendirent ce qu’il disait, et ils suivirent Jésus.
Jésus se retourna et, voyant qu’ils le suivaient, leur dit : « Que cherchez-vous? » Ils lui répondirent : « Rabbi (ce qui signifie Maître), où demeures-tu? »
Il leur dit : « Venez, et vous verrez. » Ils allèrent donc, ils virent où il demeurait, et ils restèrent auprès de lui ce jour-là. Or c’était environ la dixième heure.
André, le frère de Simon-Pierre, était l’un des deux qui avaient entendu la parole de Jean et qui avaient suivi Jésus.
Il va trouver d’abord son propre frère, Simon, et lui dit : « Nous avons trouvé le Messie (ce qui veut dire Christ). »
Il l’amena à Jésus. Jésus le regarda et dit : « Tu es Simon, fils de Jean; tu seras appelé Céphas (ce qui veut dire Pierre). »
Le lendemain, Jésus résolut d’aller en Galilée. Il trouve Philippe et lui dit : « Suis-moi. »
Philippe était de Bethsaïde, la ville d’André et de Pierre.
Philippe trouve Nathanaël et lui dit : « Celui dont il est écrit dans la loi de Moïse et chez les Prophètes, nous l’avons trouvé : c’est Jésus fils de Joseph, de Nazareth. »
Nathanaël lui dit : « De Nazareth, peut-il sortir quelque chose de bon? » Philippe lui dit : « Viens et vois. »
Jésus vit venir vers lui Nathanaël, et dit en parlant de lui : « Voici vraiment un Israélite, en qui il n’y a nul artifice. »
Nathanaël lui demande : « D’où me connais-tu? » Jésus lui répond : « Avant même que Philippe ne t’appelât, alors que tu étais sous le figuier, je t’ai vu. »
Nathanaël reprit : « Rabbi, tu es le Fils de Dieu, tu es le roi d’Israël. »
Jésus lui répondit : « Parce que je t’ai dit que je t’ai vu sous le figuier, tu crois. Tu verras des choses plus grandes encore. »
Et il ajouta : « En vérité, en vérité, je vous le dis, vous verrez le ciel ouvert et les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l’homme. »

            ______ 

COMMENTAIRES

 

Cette Parole, m’incite à être plus à l’écoute du Seigneur à travers les événements et les personnes qui façonnent mon quotidien.

Rita

 

Pourquoi reprendre la lecture de ce texte, Jean 1, 35 à 51,
et ne pouvoir aller plus loin que les deux premiers versets?
Sans doute, le mystère d’une rencontre!
Le lendemain, Jean se tenait encore là…
Fixant les yeux sur Jésus qui passait…
Moi aussi, me tenir encore là devant la Parole
et fixer les yeux sur Jésus.
L’invitation d’un aujourd’hui, d’un lendemain.

Fernande

« De Nazareth peut-il sortir quelque chose de bien  « , si je m’ajuste à cette interrogation,,, de Mariette peut il sortir quelque chose de bien ? Malgré ma pauvreté, oui Seigneur tu peux espérer en moi , je trébuche mais je me relève par ton Eucharistie ,voici l’Agneau de Dieu, je doute, mais l’ espérance  me soutien et me donne la force d’aller  plus loin, que c’est réconfortant . J’anticipe le jour ou je pourrai dire que je suis une chrétienne en qui il n’y   a aucun  artifice, et rajouter avec certitude , Seigneur  » tu est bien le fils de Joseph de Nazareth  » et merci de m’avoir remarqué sous le figuier ….Père je t’implore pour que la paix revienne dans le pays ou Jésus à grandi et visité . A ses apôtres il a dit  » venez et vous verrez  » à moi aussi il renouvelle cette affirmation …amen…

Mariette

Pour moi ce que le Christ veut dire que si nous le trouvons nous « comprendrons »… tout… Tout ce qui est écrit dans l’univers, le lien avec Dieu et avec tout ce qui est vivant, l’amour de Dieu qui vit dans chaque cellule vivante de sa création. Et que pour le trouver nous devons le chercher à l’intérieur de nous mêmes, dans nos cœurs, dans nos âmes. Christ est toujours avec nous, mais nous ne le voyons pas souvent car nous sommes trop occupés à écouter nos têtes qui n’arrêtent pas de parler!!! Nous sommes trop occupés avec les ordinateurs ou cellulaires ou en acquérant des produits qui feront du bien à nos corps. Nous oublions que la réponse au bien-être se trouve à l’intérieur de nous mêmes et pas à l’extérieur.

Rosa

L’Évangile de Jean, souvent nommée Évangile de la Lumière me touche toujours profondément….Jésus invite…ne force pas…respectueux de ma liberté me demande ; Venez et Voyez, aller vers Lui, voir Qui Il Est et connaitre son Amour.
Quel délice pour qui a faim et soif de justice, pour qui a besoin de reconnaissance et d’acception….l’Évangile de Jean parle au cœur de l’humain et qui va et voit Le rencontre ! Gloire à Dieu pour Jésus Christ son Fils Notre Seigneur dans Son Esprit Saint !
Alléluia !

Rachel

 

 « Rabbi (ce qui signifie Maître), où demeures-tu? »
Il leur dit : « Venez, et vous verrez. » 

La poule ou l’oeuf? Trop souvent, j’ai besoin de voir avant d’aller, avant de croire… et pourtant…

Merci tellement, Seigneur, de nous donner la recette, de nous indiquer le chemin vers la Vie !

Chaque fois que j’ose dépasser mes peurs, plonger même sans voir, ou savoir où ça me mène,  je donne une chance à la Vie d’éclore en moi, de circuler, et de fleurir !

Et c’est fou comme c’est facile de l’oublier… et de revenir toujours à ce «besoin» de voir avant d’aller. Seigneur, donne-moi d’encore et encore, et toujours oser faire ce pas, même dans le doute et la noirceur, confiante que la Vie ne se trouve pas dans ce que je perçois, mais dans chaque pas , chaque regard, chaque sourire offert, derrière ou devant chaque peur que je dépasse.

Solane

« Venez, et vous verrez » , l’obéissance à cette première parole ordonnatrice, proférée par Jésus au tout début de son enseignement, va se révéler quotidiennement indispensable. Sans ce premier commandement, comment pourrions-nous obéir à ces deux autres : « Ne jugez point » et « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés » ?

Combien de fois, faute de nous approcher, n’avons-nous pas jugé, classé, étiqueté un ami, un ennemi, un enfant, un parent, une oeuvre, l’Église, une tradition étrangère, une situation, un gouvernement etc…

Si Nathanaël était resté assis dans son objection :  « De Nazareth, peut-il sortir quelque chose de bon? »,  et n’avait pas suivi Philippe, aurait-il pu dire plus tard à Jésus: « Rabbi, tu es le Fils de Dieu, tu es le roi d’Israël. » ?

« Venez, et vous verrez« , ayant vu, vous ne pourrez plus juger, ne pouvant plus juger, la porte de l’amour s’ouvrira et l’amour seul dirigera la pensée, la parole et l’action.

Seigneur, délivre-nous de nos mécanismes de défense, d’arrêt, d’arrogance. Sois celui qui nous approche les uns des autres car cela même, nous ne pouvons pas le faire sans toi.

Tête de linotte

Comment se lasser de ressentir le grand élan de confiance et d’espérance qui se produit dès lors que, ayant regardé Jésus qui passe, Jean-Baptiste prononce clairement
ces mots : « Voici l’agneau de Dieu » !  Parole solennelle qui ouvre l’accès à la voix de Jésus en mettant fin à celle de Jean-Baptiste le Précurseur.

Aussitôt les deux disciples qui accompagnent Jean-Baptiste, sans la moindre hésitation, se mettent en route. Ils suivent Jésus. On peut imaginer la joie de Jean-Baptiste.

Jésus se retourne :
– Que cherchez-vous »?
– « Rabbi, où demeurez-vous » ?
– « Venez et vous verrez »

Ils viennent, ils voient, en eux la surabondance de la joie est telle qu’André, l’un des deux, rencontrant son frère lui affirme « Nous avons trouvé le Messie » et l’amène à Jésus. Ainsi commence la grande floraison des disciples de Jésus. Philippe est appelé par Jésus lui-même et Nathanaël par Philippe. Nathanaël émet un doute devant Philippe mais devant Jésus il se voit connu, il croit, et nomme Jésus : Fils de Dieu.

Par la voix de Jean-Baptiste : « Voici l’agneau de Dieu », l’Esprit saint a sonné l’heure du Messie.

 

Pierrette

De ce passage, voilà ce que je retiens et comprends :

Cette fois-ci, Jean ne témoigne plus seulement pour le monde en général, mais il témoigne de L’Agneau de Dieu devant ses propres disciples; il Le désigne pour chacun de nous, non pour nous commander,  ou même nous inviter à suivre Jésus, mais pour nous donner la liberté de Le reconnaître  nous-mêmes, de cette reconnaissance qui transforme une vie. Pour nous tous, Jean est transition, passation entre l’ancien et le nouveau testament, entre le monde des prophètes et celui du Messie, entre le monde de la Loi et le monde de l’Amour Incarné, entre le monde du Père invisible, innommable, et celui du Fils… Fils de Dieu mais aussi Fils de l’Homme.

À tous ceux qui essaient de Le suivre, Jésus demande : « Que cherchez-vous? », et à ceux qui Le cherchent en vérité, Il invite à sa suite : « Venez et vous verrez. » Car nul ne peut Le voir véritablement – comme Il est, là où Il « demeure » – sans Le suivre.

Ceux qui L’ont alors vraiment « trouvé » –  lui le Messie, le Christ – ne peuvent faire autrement que de vouloir transmettre leur joie à d’autres et de les inviter à Le rencontrer aussi… comme André avec son frère Simon, ou Philippe avec Nathanaël.

Et à tous ceux-là qui vont à sa rencontre, Jésus se révèle en particulier… révélant chacun à son unicité et à son charisme.

Michaël

Ce qui me touche en particulier dans cet extrait, c’est le « Venez et vous verrez ».

Lorsque les deux disciples de Jean-Baptiste demandent « Où demeurez-vous » à celui dont ils viennent d’apprendre qu’il est l’agneau de Dieu, Jésus répond : « Venez et vous verrez ».

Jésus ne répond pas qu’il demeure dans tel lieu ou tel village, l’agneau de Dieu ne répond pas qu’il a les cieux pour demeure, il répond : « Venez et vous verrez ». Le Christ signifie ainsi que pour voir et entrer en sa demeure, il nous faut d’abord venir à lui.

Sans actualiser le geste d’aller vers lui, il nous est impossible de voir d’où il vient, comme il est impossible de découvrir l’intérieur d’une maison sans y entrer.

Essayer de voir et d’évaluer le chemin que Jésus nous indique, sans s’y engager, serait aussi vain que de vouloir se faire une idée de Rome tout en visitant New-York.

Ensuite, ayant rencontré Philippe en Galilée, Jésus résume encore de façon plus concise son invitation : « Suis-moi », invitation qui demeure et demeurera toujours l’une des premières invitations du Christ. Philippe, ayant suivi Jésus, relaye par la suite la même invitation à Nathanaël qui se questionne sur le lieu d’origine du Christ, en lui répondant : « Viens et vois. »

Après s’être reconnu pêcheur et avoir été lavé dans les eaux du baptême, la personne qui aspire à connaitre le Christ est d’abord appelé à suivre Jésus, le suivant il verra effectivement « le ciel ouvert, et les anges de Dieu montant et descendant sur le Fils de l’homme. »

Nénuphar

C’est en entendant Jean dire « voici l’Agneau de Dieu » que André et Simon-Pierre décident de suivre Jésus. C’est leur confiance en Jean qui leur a permis de reconnaitre en Jésus le messie qu’ils attendaient. Philippe et Nathanaël entendent directement l’appel de Jésus et le suivent aussitôt. La foi et la reconnaissance de Nathanaël fait dire à Jésus « Parce que je t’ai dit : Je t’ai vu sous le figuier, tu crois ! Tu verras de plus grandes choses que celle-là. » Je lis dans ce texte d’évangile que Jésus nous appelle constamment. D’ailleurs, qui pouvons-nous suivre si ce n’est Jésus? La seule véritable force motivatrice est Jésus. Il nous appelle et nous invite à le suivre en laissant tout derrière nous et en Lui faisant entièrement confiance. Il est le chemin, donc le seul qui puisse nous appeler véritablement. Le reste de nos vies n’est qu’agitation, Lui seul peut nous inviter à en sortir, à vraiment prendre la route en dehors de nos habitudes. Il nous invite dans son Royaume, il nous promet d’être témoin de la Vérité car il dit:

« En vérité, en vérité, je vous le dis, vous verrez désormais le ciel ouvert, et les anges de Dieu montant et descendant sur le Fils de l’homme. »

 

Mariette-Renée

 

« Que cherchez-vous? »dit Jésus aux disciples de Jean. Ils lui répondirent : « Maître, où demeures-tu? » Jésus leur dit : « Venez, et vous verrez. »  Ils restèrent auprès de Jésus ce jour-là.  Ce passage d’évangile est intéressant parce que ceux qui ont côtoyé Jésus ont fait une expérience qui a changé leur vie. Simon témoigne : « Nous avons trouvé le Messie. » Jésus appelle Philippe et lui dit : « Viens et vois. » Lui aussi témoigne : « Celui dont il est écrit dans la loi de Moïse et chez les Prophètes, nous l’avons trouvé : c’est Jésus fils de Joseph, de Nazareth. » Les nouveaux disciples de Jésus partagent la Bonne Nouvelle aux autres et les invitent à faire route avec Jésus. Jésus a transformé leur curiosité terrestre en une curiosité céleste. Jésus a comblé leur quête spirituelle et leur soif intérieure. Jésus nous fait signe aujourd’hui. Il nous appelle à Le suivre.  Recherchons nous les réalités d’en haut ou celles de la terre ?  Prenons le temps de demeurer avec Jésus dans le silence. Laissons tomber nos préjugés comme Nathanaël et écoutons Sa voix au fond de notre cœur et dans nos frères et sœurs : « Que cherchez-vous? »,  « Venez et vous verrez. », « Suis-moi. »

Que cherchez-vous?

 

  • Mon Seigneur et mon Dieu,

Moi et mes frères et sœurs cherchent la paix du cœur et de l’esprit.
Nous cherchons la paix  que le monde ne peut donner.

 

  • Femme de l’univers

Réjouis-toi!
Je suis le chemin, la vérité et la vie. C’est ma paix que je vous donne.
Soyez des enfants de lumière et que ma paix et ma joie vous habitent.

 

Maître, où demeures-tu?

  • Mon royaume n’est pas de ce monde. 

Ne soyez pas attaché aux biens de la terre.
Ne vous inquiétez pas au sujet du vêtement
Du boire et du manger.
otre Père céleste sait que vous en avez besoin.
Ne vous inquiétez pas du lendemain.
Cherchez d’abord le royaume de justice et de paix. (Mat 6, 24-34)

Venez et vous verrez.

  • Demeurez en moi et je demeurerai en vous.

Si  vous gardez mes commandements vous demeurerez dans mon amour. (Jn 15, 7-11)

 

Toi, suis-moi.

  • Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, de tout ton cœur,

de toute ton âme et de toute ta pensée.
Tu aimeras ton prochain comme je vous ai aimés.

 Seigneur et mon Dieu,
Tu es Celui que mon cœur désire.
Celui qui me comble de paix et de joie.
Mon bonheur c’est de t’aimer plus que tout et
De t’aimer dans le service de mes frères et sœurs.
Garde mes pas dans Tes pas et
Sois ma lumière et mon salut.

Karine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s