Où sont ceux qui t’accusent ?

Voici le nouvel extrait d’Évangile à écouter et commenter…

qui-est-sans-pecheIllustration réalisée d’après une peinture de Lucas Cranach le jeune
(Cliquer sur l’image pour l’agrandir et l’imprimer)

Évangile selon Saint-Jean, chapitre 8, de 3 à 11

Alors les Scribes et les Pharisiens lui amenèrent une femme surprise en adultère, et l’ayant fait avancer, ils dirent à Jésus :
« Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère. »
Or Moïse, dans la Loi, nous a ordonné de lapider de telles personnes. Et toi, qu’en dis-tu?
C’était pour l’éprouver qu’ils l’interrogeaient ainsi, afin de pouvoir l’accuser. Mais Jésus, s’étant baissé, traçait sur la terre des traits avec son doigt.
Comme ils continuaient à l’interroger, il se releva et leur dit : « Que celui d’entre vous qui est sans péché lui jette la première pierre. »
Et s’étant baissé de nouveau, il se remit à tracer des traits sur la terre.
Ayant entendu cette parole, ils se retirèrent l’un après l’autre, en commençant par les plus âgés, de sorte que Jésus resta seul avec la femme qui était toujours là, au
milieu.
Alors Jésus s’étant relevé, lui dit : « Femme, où sont ceux qui t’accusent? Personne ne t’a condamnée? »
Elle répondit: « Personne, Seigneur. » Et Jésus lui dit : « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus. »

_____

Ici, dans l’équipe de À l’écoute des évangiles, nous nous considérons privilégiés de recevoir à chaque semaine les petites perles de réflexion inspirées par la parole. Voici quelques extraits des commentaires reçus à propos du passage des Évangiles :

‘ Moi non plus ‘ Trois mots simples et doux, profondément aimants. ‘ Je ne te condamne pas. ‘ Quelle est grande la force du pardon prononcé par Celui qui a pris sur Lui toutes les fautes. Il ouvre la porte à la rédemption, ce qui paraît inconcevable au juge intérieur.  ‘ Va, et désormais ne pèche plus. ‘ Voilà, la porte est ouverte, la voie est tracée, annoncée et manifestée par Celui qui Est la Vérité, le Chemin et la Vie.

Violette

Cette parole me touche en plein cœur! Tant de douceur, d’accueil inconditionnel et de pardon, offert avec l’innocence de l’enfant qui dessine sur le sol, et ne verrait seulement que le cœur… Cette parole tranche tellement avec la force si vive du jugement que l’on reçoit, mais aussi et surtout que l’on exerce envers soi-même. Le jugement paralyse, et vient sournoisement nous éloigner de la vie, voire même nous l’enlever. Ces mots : « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus » donnent tellement le goût de se lancer dans ses bras, et de changer. Ça me donne le goût d’oser une vie nouvelle, à la suite de celui qui dessine au sol, et qui nous invite à ne plus pécher!

oser-vie

(Clique sur les images pour les agrandir, les sauvegarder et les partager)

Solane

Mettre à l’épreuve quelqu’un à la place de demander à son propre cœur et âme la réponse. La réponse réside toujours dans l’amour. Si nous aimons notre prochain nous ne le jugerons pas ni n’essaierons pas de le prendre en défaut.

Lire la suite sur la page de Rosa

Jésus n’a pas condamné la femme ni non plus l’a reproché de sa conduite. Un cœur compatissant ne fait pas de reproche. Il accueille la personne blessé au plus profond d’elle-même dans son corps et dans son esprit. Quand quelqu’un a goûté à la miséricorde de Dieu et à notre pardon spirituel son être tout entier retrouve la paix intérieure pour changer ce qui doit être changé.

Lire la suite sur la page de Karine

Ainsi nous sommes appelés à ne pas juger sévèrement ceux que nous considérons comme pécheurs et pécheresses. Examinons d’abord, de notre côté, nos responsabilités de pécheurs. Ensuite regardons, à la manière de Jésus, toutes personnes que nous serions portés à juger sévèrement, nous-mêmes en premier. Enfin agissons dans le sens de redonner vie et élan à nous-mêmes et à ceux et celles que nous pourrions dénigrer.

redonner-vie

Lire la suite sur la page d’Alain

Nouvel échec des scribes et des pharisiens. Cherchant désespérément à accuser Jésus d’être hors la loi, ils se trouvent accusés eux-mêmes, sans violence, par la mise en lumière de leur propre conscience : Pris les mains dans le sac de pierres, les voilà rappelés à la vérité. Avec Jésus la loi est vivante et le jugement est réservé à Dieu qui seul sonde les cœurs…

Lire la suite sur la page de Pierrette

 « Va, et désormais ne pèche plus. » C’était comme si ces paroles gâchaient ce qui précédait. J’aurais préféré que Jésus lui dise : « Va, et peu importe tes péchés, tu ne seras jamais coupé de Mon Amour qui est plus fort que tout, tellement fort, en fait, que le péché n’existe même pas! » J’aurais probablement voulu qu’en nous libérant de tout jugement, Jésus nous libère aussi de la notion de péché… qui me paraissait être une petite morale sans rapport avec la vraie vie, avec la vraie de vraie vérité… jusqu’à ce que…

trace-terre

Lire la suite sur la page de Michaël

« Que celui d’entre vous qui est sans péché lui jette la première pierre. » Une toute petite parole, prononcée il y a bien longtemps dans un pays lointain, par une seule personne. Et pourtant, cette minuscule phrase, bravant l’implacable loi du monde, a fait le tour de la planète des millions de fois, sans renfort médiatique, sans campagne publicitaire, simplement partagée d’un cœur à l’autre.

Lire la suite sur la page de Nénuphar

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s