Je suis la porte

jesus-bon-pasteur

Illustration réalisée d’après une ancienne mosaïque

(Clique sur l’image pour l’agrandir et l’imprimer)

Évangile selon Saint-Jean, chapitre 10, de 1 à 11

« En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui entre dans l’enclos des brebis sans passer par la porte, mais qui escalade par un autre endroit, celui-là est un voleur,
et un brigand.
Celui qui entre par la porte est le pasteur des brebis.
Le portier lui ouvre, et les brebis écoutent sa voix.
Ses brebis à lui, il les appelle chacune par son nom, et il les fait sortir.
Quand il a fait sortir toutes ses brebis, il marche devant elles, et les brebis le suivent, parce qu’elles connaissent sa voix.
Elles ne suivront point un étranger, mais elles le fuiront, parce qu’elles ne connaissent pas la voix des étrangers. »
Jésus leur dit cette parabole, mais ils ne comprirent pas de quoi il leur parlait.
Alors Jésus leur dit encore : « En vérité, en vérité, je vous le dis, je suis la porte des brebis.
Tous ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs et des brigands;
mais les brebis ne les ont point écoutés.
Moi, je suis la porte.
Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé;
il entrera, et il sortira, et il trouvera un pâturage.
Le voleur ne vient que pour voler, égorger et détruire.
Moi, je suis venu pour que les hommes aient la vie, et qu’ils l’aient en abondance.
Je suis le bon pasteur.
Le bon pasteur donne sa vie pour ses brebis.

_____

Merci pour vos précieux témoignages et commentaires reçus à propos de ce passage des Évangiles. En voici un aperçu :

6-mysterieuse-presence

(Clique sur les images pour les agrandir, les sauvegarder et les partager)

Celui qui garde la porte lui ouvre…” Jn 10, 3. Mais qui est celui qui garde la porte et nous ouvre? N’est-ce pas l’Esprit, celui que le Père envoie à la demande de Jésus! Jn 15, 26 Lui, qui me dit : « Je suis la porte. » Jn 10, 9 Or, quelle joie de savoir que l’Esprit m’ouvre la porte à cette mystérieuse présence où je peux trouver de quoi me nourrir (Jn 10,10), chaque jour, chaque instant!

Fernande

‘ En vérité en vérité je vous le dis, je suis la porte des brebis. ‘ Qu’adviendrait-il de nous, s’il n’y avait cette porte? Les brebis resteraient sans berger et erreraient sans but. Qu’il est doux ce berger qui nous fait connaître l’Amour du Père. Ainsi, à travers le Fils, le Père se fait proche. Que le Père est bon de nous envoyer le Berger.

6-porte-berger

Michèle

Lors de mon sacrement de mariage, j’avais l’impression que toutes les portes venaient de s’ouvrir pour suivre Jésus. L’amour, la famille, le travail en équipe, la joie d’avoir des enfants, les valeurs chrétiennes partagées, mais les voleurs sont entrés dans l’enclos de mes « brebis » et ont tout saccagé. Lorsque d’autres parlent plus fort la confusion s’empare de moi et je ne sais plus. Suis-je mon propre étranger ? …Seigneur tu es venu pour que j’aie la vie et que je l’aie en abondance, à quelle porte m’attends-tu ?…………..où sont mes brebis ?…………………

Mariette

Partout autour, j’entends, je sens, je vois, et même je vis le stress !

Tout autour, et aussi en moi, c’est la corse folle, le jugement, la peur, l’anxiété, la détresse, la dépression. Tout notre être finit par sentir les effets. Puis on est emporté dans un tourbillon sans fin… À moins de juste reconnaître le bon pasteur. Celui qui est « venu pour que les hommes aient la vie, et qu’ils l’aient en abondance. Le bon pasteur donne sa vie pour ses brebis. » Ces paroles sont si douces, si apaisantes ! Alors pourquoi ?, comment, encore ? Comment peut-on juste trouver plus urgent, plus utile et nécessaire de revenir au stress? Pourquoi nous refusons-nous systématiquement le droit, et la douceur de s’abandonner au bon pasteur ?

Lire la suite du témoignage de Solane

Prions pour que nous reconnaissions Sa voix, pour que nous fuyions toute voix étrangère.
Prions pour que s’apaisent, en nous et dans le monde, les tendances anarchiques qui nous rendent sourds, aveugles, vindicatifs devant l’appel du Seigneur.

Lire la suite sur la page de Pierrette

6-rencontre-relation

Jésus nous dit : « Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé. » Il sera sauvé du monde matériel qui lui donne une fausse conception de liberté et de bonheur; Il sera sauvé d’un monde vide de sens où l’avoir, le pouvoir dictent les lois, façonnent les relations et multiplient le blâme, l’accusation, la victimisation, la honte, la peur, la peine, la souffrance et le manque; Il sera sauvé parce qu’il sera libre intérieurement et vivra non pas au niveau du paraître mais de l’être intérieur; Il sera sauvé parce qu’il sera guidé par les valeurs du monde spirituel et vivra en communion avec le Père, le Fils et l’Esprit; il sera sauvé parce qu’il écoutera la voix de Jésus qui est l’incarnation de l’Amour.

Lire la suite sur la page de Karine

Jésus est le bon Berger. Nous pouvons le reconnaître par son attitude: il ne trompe pas et il agit en vérité avec nous. Il veut notre bien et nous guide vers le bonheur.

Il n’agit pas comme les voleurs qui viennent incognito et souvent en défonçant les accès pour accomplir leurs méfaits. Pas Jésus ! Les brebis le reconnaissent par sa bonté et sa franchise. Il veut le bien de ses brebis.

Lire la suite sur la page d’Alain

Lorsque nous unissons notre vie à la sienne, que nous communions à son corps, que nous œuvrons à sa vigne, en Lui, par Lui et avec Lui, nous devenons aussi porte, portier, et berger… tout en continuant à faire partie de ses brebis :
porte, pour lui ouvrir tout grand notre cœur pour qu’Il puisse agir en nous, par nous et avec nous;
portier, pour que nous veillons sans cesse à maintenir cette porte ouverte;
berger, lorsque par Lui nous entrons dans l’enclos des brebis, nous mettant au service du plus petit, du plus faible, du plus vulnérable;
brebis, parce que Lui seul nous appelle par notre nom, lui seul nous fait sortir de notre enclos, lui seul nous nourris de cette vie en abondance… mais pour cela il nous faut lui ouvrir la porte, car Il entre seulement par la porte ouverte et non comme un voleur.

Lire la suite sur la page de Michaël

« Le voleur ne vient que pour voler, égorger et détruire… » Quand je me mets à l’écoute de ce que cherche à dire cette phrase, je suis obligé de reconnaitre que le « voleur » est bien présent dans le monde, de toutes sortes de façons, visibles et invisibles. Je ne parle pas tant des petits voleurs, ceux qu’il est facile de pointer du doigt, de juger et de mettre en prison. Ces petits voleurs qu’une société a éventuellement réussi à retirer de la circulation, se montrant satisfaite et fière d’avoir fait un « bon nettoyage » de ce qui la menaçait. Quelque soit l’importance de leur délit et de leurs rapins, ceux-là restent de « petits voleurs ». Le grand voleur est celui qui se glisse subrepticement dans la porte d’en arrière des meilleures volontés, qu’elles soient sociales, politiques, économiques et même humanitaires.

Lire la suite sur la page de Nénuphar

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s