Remets ton épée dans le fourreau

remets-ton-epee-1200

Évangile selon Saint-Jean, chapitre 18, de 1 à 12

Ayant ainsi parlé, Jésus s’en alla avec ses disciples de l’autre côté du torrent de Cédron; il y avait là un jardin, dans lequel il entra avec ses disciples.
Judas, qui le livrait, connaissait aussi ce lieu, car Jésus et ses disciples s’y étaient souvent réunis.  
Judas, menant la cohorte ainsi que des gardes détachés par les grands prêtres et les pharisiens, arrive à cet endroit. Ils avaient des lanternes, des torches et des armes.
Alors Jésus, sachant tout ce qui allait lui arriver, s’avança et leur dit : « Qui cherchez-vous? »
Ils lui répondirent : « Jésus le Nazaréen. » Il leur dit : « C’est moi. » Judas, qui le livrait, se tenait avec eux.
Dès que Jésus leur eut dit : « C’est moi », ils reculèrent et tombèrent par terre.
Il leur demanda encore une fois : « Qui cherchez-vous? » Ils dirent : « Jésus le Nazaréen. »
Jésus répondit : « Je vous l’ai dit, c’est moi. Si donc c’est moi que vous cherchez, laissez aller ceux-ci. » 
Ainsi s’accomplissait la parole qu’il avait dite : « Je n’ai perdu aucun de ceux que tu m’as donnés ».
Alors Simon-Pierre, qui avait une épée, la tira, frappa le serviteur du grand prêtre et lui coupa l’oreille droite. Le nom de ce serviteur était Malchus.
Mais Jésus dit à Pierre : « Remets ton épée dans le fourreau. La coupe que m’a donnée le Père, ne la boirai-je pas? »
Alors la cohorte, le tribun et les gardes des Juifs se saisirent de Jésus et le lièrent.

______

Commentaires

« Dès que Jésus leur eut dit : « C’est moi », ils reculèrent et tombèrent par terre. »

On ne peut réellement connaitre Jésus que lorsqu’il se révèle lui-même. Alors seulement, on prend conscience de qui Il est vraiment… au point d’en être renversé.

Michaël

 

« Alors Simon Pierre qui avait une épée, la tira, frappa le serviteur du grand prêtre et lui coupa l’oreille droite. » Comme Pierre combien de fois, ai-je coupé l’élan des ceux qui m’entouraient par une attitude de non écoute, « oreille coupée pour eux  » et qui sans le savoir produisait un déséquilibre émotionnel à celui qui aurait voulu exprimer ce qu’il vivait au moment présent. Je ne répondais plus à la vie, j’étais ce Malchus sans son oreille. Père, au nom de Jésus je te demande de bercer dans tes bras tous ceux qui ont été blessés par mon manque d’écoute…….qui cherches-tu Mariette ? ….tu le sais bien  Jésus, c’est  toi …., écoute……..écoute …………

Mariette

 

Alors Jésus, sachant tout ce qui allait lui arriver, s’avança et leur dit : « Qui cherchez-vous? » Ça demande beaucoup de courage savoir ce qu’il va nous arriver et ne pas fuir, en plus, d’ouvrir la porte à ce qui doit se passer.

La coupe que m’a donnée le Père, ne la boirai-je pas? » Il savait ce qui l’attendait et il n’a jamais cherché à s’en délivre de cela. Même plus, il a vu ceci comme un cadeau, un cadeau qui venait de son Père.

Dieu, sait comment faire bien les choses, car s’il m’avait envoyé à la place du Christ, je me serais sauvé en courant et je me serais caché jusqu’à la mort!!!!

Merci mon Dieu de nous avoir envoyé ton fils unique pour nous sauver! Merci pour ton amour.

Rosa

 

Mais Jésus dit à Pierre : « Remets ton épée dans le fourreau. La coupe que m’a donnée le Père, ne la boirai-je pas? » 

Comme il est difficile de boire cette coupe !

Cette coupe. Cette croix. Ces souffrances: Tout nous porte à les fuir, à tout faire pour les éviter… à nous-mêmes et à nos proches. Et toi, Seigneur,  plutôt que de laisser tes disciples éloigner la coupe de tes lèvres, tu offres l’autre joue à celui qui te frappe, et tu marche comme l’agneau, tout droit vers l’abattoir. Toi, ayant embrassé entièrement notre condition humaine, tu as aussi fait tienne notre souffrance, et notre angoisse, jusqu’à en suer du sang, jusqu’à mourir sur la croix, pour nous libérer du mal.

Seigneur Jésus, stp, donne-nous d’accueillir nos souffrances. Donne-nous de ne pas nous perdre dans la fuite des croix qui sillonnent nos routes. Stp donne-nous de porter avec toi, et même d’embrasser nos croix, et celles de notre famille, de notre communauté, de notre monde, afin qu’elles deviennent des sources de Vie !

Solane

14-jesus-est-si-vivant

« Ils avaient des lanternes, des torches et des armes »

Mais voilà, Celui qu’ils viennent arrêter va de nouveau les déconcerter.
Eux, ils pensaient, imaginaient, en conséquence ils croyaient qu’ils allaient devoir poursuivre un fuyard dans la nuit et peut-être affronter une garde armée. Or ils voient cet homme, Jésus, venir vers eux, « vous me cherchez ? Me voici, laissez toutefois partir mes amis ». « Et toi, Simon-Pierre, ton zèle se trompe de direction : ne dois-je pas obéir à mon Père ? »
Aussitôt il se laisse lier, sans dire que ce n’est pas nécessaire; ni qu’il ira de son plein gré où on le mène.
Rien décidément ne se passe comme d’habitude, plusieurs dans la cohorte sont tombés des nues, par terre, en reculant : Quel est cet homme ?
Judas lui-même sent poindre en lui la détresse de celui qui s’est trompé.

Jésus est si vivant, si présent, qu’en lui les verbes penser, dire, faire ne font qu’un : aimer. Il n’est jamais autre part que dans le Royaume où chacun de nous est reconnu, rencontré, mis en place. Jamais il ne perd ceux qui lui sont confiés. Jamais non plus il n’exige d’être suivi.
Comment donc lui résister ?

Pierrette

 

Un rouleau compresseur composé de Judas, de grands prêtres, de pharisiens et de gardes armés fait une descente dans un jardin secret où les disciples étaient réunis avec Jésus.  Les gardes s’attendaient, j’imagine, à un affrontement sanglant parce que cet homme appelé Jésus, le Nazaréen, méritait la mort. Ce qui est paradoxal dans cet affrontement, c’est que la force intérieure de Jésus a réussi à déstabiliser ses adversaires. Sa simple voix leur fit reculer et tomber par terre: Dès que Jésus leur eut dit : « c’est moi », ils reculèrent et tombèrent par terre. Qui est cet homme qui se livre sans se défendre et qui demande à Pierre de garder son sang-froid et de remettre son épée dans le fourreau? Qui est cet homme qui se laisse mener à l’abattoir comme un agneau? Jésus veut aller jusqu’au bout de sa mission. Il savait qu’Il devait passer par la croix pour renaître et édifier ses disciples. Par la croix, son Père serait glorifié par des générations à venir. Confiant, Jésus trace la voie à ses disciples. La meilleure stratégie pour lutter contre ses adversaires, c’est de s’enraciner dans l’Amour du Père et dans Sa parole. On ne peut arrêter le Verbe qui s’est fait chair, la Parole Vivante, ni non plus enfermer l’Amour derrière les barreaux. Les disciples de Jésus n’ont qu’une seule arme : l’Évangile. Une parole qui annonce, dénonce et libère tous ceux et celles qui sont assujettis par les valeurs, les structures qui déshumanisent notre monde. Pour aller au bout de sa mission, il faut mourir à soi-même et ressusciter avec le Christ. Notre force intérieure dans l’adversité c’est le Seigneur.

Ô Jésus, mon amour,
Quelle force inébranlable!
Quelle douceur face à l’adversité!
Sans Toi, je ne suis rien.
Tu es Seigneur mon bouclier, mon refuge,
En Toi je reste inébranlable.
Garde-moi de tomber dans la vengeance.
Enracine-moi dans ta Parole et dans ton Amour.
Libère-moi de mes peurs.
Rends-moi plus fort dans l’adversité et
Fortifie-moi par Ta Présence.

Karine

 

Une autre phrase de l’Évangile de Saint-Jean qui dit tout en quelques mots : « Remets ton épée dans le fourreau. La coupe que m’a donnée le Père, ne la boirai-je pas? »

C’est un peu comme si Jésus disait à  Simon-Pierre : « Ne dégaine pas ton épée mon ami, le véritable combat auquel je te convie ne se passe pas au dehors. Cesse de croire que tu peux protéger les uns en trucidant les autres. La seule et unique victoire de l’être humain ne s’obtient pas en prenant les armes dans le monde, mais bien en portant sa propre croix dans la foi, l’amour et le pardon. Remets ton épée dans le fourreau, retourne le tranchant de ton arme vers ce qui en toi renie encore son Seigneur. Quand tu auras retranché de toi cette fausse oreille, celle qui croit voir et entendre l’ennemi en dehors d’elle-même, tu m’accueilleras pleinement, il ne subsistera plus d’obstacle entre toi et moi. Alors, mon Père et moi-même nous établirons notre demeure en toi ».

Nénuphar

______

Pour télédécharger le fichier PDF afin d’agrandir les caractères, de le partager à d’autres, de le sauvegarder ou de l’imprimer, cliquer le lien ci-dessous :

140525-Remets ton épée dans le fourreau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s