Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ?

 

Marc_1_ 21-28Évangile selon Saint-Marc, chapitre 1, de 21 à 28

 

Jésus et ses disciples entrèrent à Capharnaüm.
Aussitôt, le jour du sabbat,
il se rendit à la synagogue, et là, il enseignait.
On était frappé par son enseignement,
car il enseignait en homme qui a autorité,
et non pas comme les scribes.
Or, il y avait dans leur synagogue
un homme tourmenté par un esprit impur,
qui se mit à crier :
« Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ?
Es-tu venu pour nous perdre ?
Je sais qui tu es :
tu es le Saint de Dieu. »
Jésus l’interpella vivement :
« Tais-toi ! Sors de cet homme. »
L’esprit impur le fit entrer en convulsions,
puis, poussant un grand cri, sortit de lui.
Ils furent tous frappés de stupeur
et se demandaient entre eux :
« Qu’est-ce que cela veut dire ?
Voilà un enseignement nouveau, donné avec autorité !
Il commande même aux esprits impurs,
et ils lui obéissent. »
Sa renommée se répandit aussitôt partout,
dans toute la région de la Galilée.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible – © AELF, Paris

 ______

COMMENTAIRES

Délivre-moi, Seigneur, de l’esprit impur qui m’habite et fais de moi un témoin de ton amour.

Paul

Seigneur,

Aide-moi à repousser avec fermeté la partie en moi qui me garde totalement dans la peur, dans la non-confiance et dans la tentation. Offre-moi ce pas assuré, des plus engagé vers ce que je choisis de bon, vivant et connecté à Dieu. Une énergie flamboyante et heureuse. Que chacun d’entre nous entende l’appel profond de Dieu et ressente sa protection.

Patricia

Il rejoint, il touche, il rassemble

Jésus enseigne d’un lieu tout intérieur, habité de Dieu, son Père. Il rejoint, il touche, il rassemble, il unifie les forces vives de chacunE au fil de sa Parole; il reconnaît, nomme puis éloigne tout ce qui divise. Son autorité est un feu agissant de l’intérieur comme à l’extérieur…

N’oublions pas qu’il vient et agit ainsi dans le sanctuaire de nos cœurs, unifiant nos forces vives en vue de la Mission et dispersant tout ce qui s’y oppose…

Nous portons un trésor, c’est à nous de contacter Jésus notre Maître Intérieur, de nous déposer souvent en sa présence: il ne manquera pas de nous délivrer chaque jour de ce qui peut mener à la dispersion.

Car Il nous aime et il nous veut « Un/ifiéE, chacunE pour nous accorder à sa Vie abondante.

Marie-Hélène

jesus

« Qu’est-ce que cela veut dire ?
Voilà un enseignement nouveau, donné avec autorité !
Il commande même aux esprits impurs,
et ils lui obéissent. »

L’autorité, c’est Jésus qui l’a.  Ça me fait penser au saint curé d’Ars, car ayant écouté dernièrement le film de sa vie sur YouTube, je lui ai entendu dire que les miracles, ce ne serait pas lui qui les ferait, mais Jésus, et aussi sa petite patronne, sainte Philomène.   Et nous qu’en est-il de notre confiance en Jésus, de son autorité sur nos vies, sur ce qui nous arrive? ou le connaissons-nous si mal, que nous croyons qu’il est venu pour nous faire souffrir ou pour nous perdre.  Sommes-nous prêts à lui remettre la gouverne de nos vies, à lui remettre tout pouvoir et toute autorité sur nos vies, en lui disant: Jésus, j’ai confiance en Toi?

Sylvie

Qu’est-ce qui a bien pu tant piquer le malin,
pour qu’il hurle à Jésus:
« Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ?
Es-tu venu pour nous perdre ? »

temoins

C’est fou à quel point encore aujourd’hui, notre regard est vite brouillé, et on ne voit plus tout l’Amour, la Tendresse qui nous habite et nous entoure, tout cet Amour inconditionnel de Celui qui nous a donné les paroles de vie, a tout donné, jusqu’à sa vie pour nous sauver. Merci, Jésus, d’être venu révéler ce qui, en nous, et en notre monde, détourne notre regard, notre cœur et tout notre être de son essence, de son sens, de ce qui nous fait vivre!

S’il te plait, reste avec nous et permets-nous de toujours nous rendre compte quand le malin veut s’établir en roi et maître. Et surtout, donne-moi la force de t’abandonner mon impuissance, mon incapacité totale de le chasser, et de retrouver Ta paix,  Ton amour, et la joie  du don.

Solane

Nous sommes tous des pêcheurs d’hommes

Nous sommes tous des pêcheurs d’hommes en tant que chrétiens. Et nous interpellons par notre vie, par ce que nous sommes. Nous voulons ouvrir à la vraie vie et certains pensent que  nous voulons les diminuer, enlever ce qu’ils ont alors que nous voulons les aider à enlever ce qui les empêche de vivre vraiment, en toute liberté. Nous aimerions qu’ils aient plus de vie, qu’ils soient fiers de leur dignité humaine voulue par Dieu.

Nous prions qu’ils soient en communion avec nous, avec tous leurs frères et sœurs, avec leur grand-frère, Jésus le Christ. Nous savons que la noirceur ne l’emportera pas parce que c’est la volonté de Dieu que nous  vivions dans l’amour.

Léopold

PAROLES et ACTIONS traversées par le même souffle, celui de l’Amour.

Encore aujourd’hui, ce souffle de Dieu veut traverser notre vie pour que nos paroles et nos actions fassent vivre « de tous les côtés ».

Alors, pourra surgir l’émerveillement ou l’étonnement.

Fernande

Dans le récit de Saint Marc,
Jésus ne confond pas l’homme tourmenté
avec l’esprit qui le tourmente

Chaque fois que l’autorité de Jésus nous est montrée en acte, grande est la joie dans mon coeur. Ce qu’il ordonne ne peut qu’être exécuté car rien n’est caché à son regard et il ne peut donner un ordre qui ne convient pas â la situation où il se trouve. Ses ordres ne sont pas le fruit de longues réflexions, ils émergent de sa constante clairvoyance.
Dans le récit de Saint Marc, Jésus ne confond pas l’homme tourmenté avec l’esprit qui le tourmente. Il ne dit rien à cet homme mais il ordonne à l’esprit impur de sortir de l’homme et de se taire. Pas de longs discours.
C’est à cette autorité que nous nous adressons lorsqu`à la fin de la messe nous demandons à Jésus de dire un seul mot pour notre guérison.
C’est également à cette autorité que nous faisons appel dans le silence de nos chambres.

Pierrette

Le cœur sait reconnaître une voix qui parle vrai

Le cœur sait reconnaître une voix qui parle vrai, c’est ce qui arrive aux membres de la synagogue de Capharnaüm. Le discours de Jésus tranche sur les propos qu’ils ont l’habitude d’entendre, ils en veulent plus… mais voilà le perturbateur à l’œuvre, cet esprit mauvais qui vient détourner l’attention d’une Parole que des croyants essaient d’entendre.

Oh! Que cela ressemble à ce qui se passe en moi lorsque je me laisse entraîner par le fil de mes distractions en apparence anodines, ou lorsque je fais taire une voix qui me dérange. Je suis le terrain d’un combat réel entre le mauvais esprit qui me décentre de mes aspirations profondes, et le bon esprit qui m’attire du côté d’une vie simplifiée, prête à écouter la voix du Seigneur.

Se peut-il que ce combat traverse aussi nos milieux de vie et nos communautés chrétiennes? Lorsque les intérêts particuliers créent des malentendus, des clans, le bien commun est compromis et les initiatives sont paralysées. Comment faire entendre la voix de Celui qui a le pouvoir d’ordonner aux esprits perturbateurs de se soumettre à la Parole qui rassemble?

À la synagogue, Jésus de Nazareth, tu as imposé à un mauvais esprit de faire silence, de « sortir de cet homme » tourmenté. Ta parole a été efficace, elle a mené les témoins de ton geste à se poser des questions. Ton pouvoir de guérison est égal à ton pouvoir de prononcer une parole qui libère, qui ouvre de nouveaux espaces. Apprends-nous à discerner comment agir avec nos  propres démons intérieurs, à compatir avec celles et ceux qui mènent un combat difficile pour se libérer de ce qui les tient captifs.  Toi l’enseignant qui joint la parole aux actes, apprends-nous à intervenir dans nos communautés tiraillées par l’esprit mondain. Toi qui as le pouvoir d’écarter les forces obscures, viens au secours des chrétiens persécutés dans le monde afin qu’ils puissent te célébrer en paix.

Gisèle

esprit-impurOr, il y avait dans leur synagogue
un homme tourmenté par un esprit impur,
qui se mit à crier :
« Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ?
Es-tu venu pour nous perdre ?
Je sais qui tu es :
tu es le Saint de Dieu. »

On pourrait penser que si on avait la confirmation que ce que dit Jésus est vérité, on aurait foi en lui… et on le suivrait joyeusement. Or ici – et ailleurs dans les Évangiles – il semble bien que l’esprit impur sache très bien qui est Dieu et qui est Jésus… et pourtant  il n’a pas foi en lui, en ce sens qu’il ne lui donne pas sa confiance, son adhésion joyeuse, totale et inconditionnelle.

En fait, il semble que l’esprit impur n’est pas déchu par ignorance, et c’est bien là le drame de l’inversion angélique: refuser l’Amour en toute connaissance, choisir en toute lucidité la séparation, le non-amour, et donc l’enfer de l’enfermement… de la division… et cela, au nom de quoi?

Savoir la vérité ne suffit-il donc pas à vivre la vérité?

En fait, peut-être que cette incertitude de la raison humaine pour ce qui est du domaine spirituel est une grâce… et que de ne pas savoir la vérité de façon certaine, avec notre tête, nous force à ouvrir notre cœur pour la reconnaitre – nous faisant alors renaitre avec elle – et ce faisant nous remembre en cœur à cœur au Corps du Christ, à Sa Présence, Son Amour, Son Agir… (?)

Michaël

Quels sont les chemins de Dieu, quels sont ses mystères?

Voilà que les anciens, les prêtres et les scribes, gardiens de cette parole qui annonce précisément la venue du messie, ne le reconnaissent pas en la personne de Jésus. Et voici que les esprits impurs, qui viennent égarer l’être humain et le détourner de la conversion, reconnaissent triplement Jésus : « Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? Je sais qui tu es : tu es le Saint de Dieu. »

Une première fois ils le reconnaissent dans sa dimension humaine en l’identifiant par son nom et son lieu d’origine sur terre : « Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? »

Une deuxième fois, ils reconnaissent sa fonction de salut qui vient libérer l’être humain du péché, de « l’esprit impur », cet esprit dominé par la convoitise et opposant sa propre volonté à celle de Dieu : « Es-tu venu pour nous perdre ? », ou en d’autres mots Es-tu venu pour dissiper les brumes obscures qui s’opposent au salut de Dieu?

Une troisième fois, ils reconnaissent son unique divinité directement issue du Père, ainsi que sa sainteté : Je sais qui tu es : « tu es le Saint de Dieu. »  Ils ne disent pas qu’il est un Saint parmi d’autres, mais bien qu’il est le Saint de Dieu.

Quel être humain, du vivant de Jésus-Christ, même parmi les plus sages et éclairés, a confessé tout cela : Tu es Jésus de Nazareth, celui qui vient nous libérer du péché, le Saint de Dieu.

Pourquoi est-ce que ce sont les esprits impurs et les démons qui crient d’emblée cette vérité à la rencontre de Jésus? « Il empêchait les démons de parler, parce qu’ils savaient, eux, qui il était » Mc 1, 29-39. Peut-être est-ce parce que l’obscurité ne peut que reconnaitre la lumière, puisqu’elle ne peut s’opposer à celle-ci, toute obscurité disparaissant au lever du soleil. Mais les fausses lumières détournées de l’être humain, elles, cherchent à maintenir leur illusoire brillance, même en plein jour.

Seigneur, garde-nous de ces lumières détournées, par trop humaines, qui nous égarent encore plus sûrement que la nuit obscure en manque de ta présence!

Nénuphar

« Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? »

Le jour du sabbat, Jésus enseignait avec autorité. L’homme tourmenté par  un esprit impur était déstabilisé par la présence de Jésus. Ce qui est intéressant dans ce passage d’évangile c’est que ce possédé a reconnu la sainteté de Jésus. Il savait qui Il était puisqu’il se sentait menacé, démasqué : «  Que nous veux-tu Jésus de Nazareth?  Es-tu venu pour nous perdre? »  La réaction de cet homme n’est pas bien différente des personnes qui font de la corruption un modèle de gestion. En présence de personnes intègres, désintéressés et compatissantes les gens corrompus se sentent menacés. Ils ont  la difficulté à agir en leur présence par peur d’être démasqués, dénoncés, de changer leur comportement et de retrouver la vue spirituelle. Ils veulent rester dans les ténèbres pour continuer leurs magouilles parce qu’ils agissent sans conscience et veulent rester sous la domination de cet esprit impur. Il en est de même pour les personnes qui ont un comportement non évangélique dans notre entourage et qui se sentent menacées par l’enseignement libérateur de Jésus. L’enseignement de Jésus est nouveau parce qu’il parle avec autorité. L’autorité de Jésus est libératrice. Elle met en lumière la personne soumise à un esprit impur. Sa présence, Sa voix ont le pouvoir d’extirper de toute personne qui s’approche de Lui de tout cœur le malin, la servitude, la détresse, le vide existentiel. Cet évangile de Marc nous invite à nous laisser approcher par Jésus. Laissons-Le nous enseigner, nous imprégner de sa présence, nous pénétrer de sa voix libératrice.

Ô Jésus, Toi, le Saint de Dieu,
Celui qui nous enlève tout esprit impur
Prends pitié de nous pécheurs.

Ô Jésus, Toi, le Saint de Dieu,
Celui qui nous enlève tout esprit impur
Donne-nous Ta paix.

Ô Jésus, Toi, le Saint de Dieu,
Celui qui nous enlève tout esprit impur
Renouvelle-nous de l’intérieur.

Ô Jésus, Toi, le Saint de Dieu,
Celui qui nous enlève tout esprit impur
Montre-nous Ta face de lumière.

Karine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s