Archives du mot-clé chapitre 9

« Celui-ci est mon Fils bien-aimé » (Mc 9, 2-10)

Un nouvel extrait des Évangiles à écouter et à commenter…

transfiguration-wb

( Illustration inspirée d’icônes traditionnelles )

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc, chapitre 9, 2-1

En ce temps-là,

Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean,
et les emmena, eux seuls, à l’écart sur une haute montagne.
Et il fut transfiguré devant eux.
Ses vêtements devinrent resplendissants,
d’une blancheur telle
que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille.
Élie leur apparut avec Moïse,
et tous deux s’entretenaient avec Jésus.
Pierre alors prend la parole
et dit à Jésus :
« Rabbi, il est bon que nous soyons ici !
Dressons donc trois tentes :
une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. »
De fait, Pierre ne savait que dire,
tant leur frayeur était grande.
Survint une nuée qui les couvrit de son ombre,
et de la nuée une voix se fit entendre :
« Celui-ci
est mon Fils bien-aimé :
écoutez-le ! »
Soudain, regardant tout autour,
ils ne virent plus que Jésus seul avec eux.

Ils descendirent de la montagne,
et Jésus leur ordonna de ne raconter à personne ce qu’ils avaient vu,
avant que le Fils de l’homme
soit ressuscité d’entre les morts.
Et ils restèrent fermement attachés à cette parole,
tout en se demandant entre eux ce que voulait dire :
« ressusciter d’entre les morts ».

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible – © AELF, Paris
________

COMMENTAIRES

« L’amour de mon père! Comme il m’aimait! » 

Hier, j’étais avec une personne de 98 ans.  Lors de la conversation, je lui demandai ce que la vie lui avait appris. Un court moment de silence. Puis son visage devint tout rayonnant.  Elle me dit: « L’amour de mon père! Comme il m’aimait! »
La transfiguration, si c’était cela?  Cette étincelle de lumière qui laisse pressentir la joie d’une présence qui m’a aimée et ne m’abandonnera pas. Surtout au creux de mes dépouillements.

Fernande

« Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le »

Se peut-il que dans chacunE de nos vies, ait lieu pareil moment décisif…

Que Jésus m/nous emmène seul à l’écart…

Qu’Il se manifeste?

Et que je/nous demeurions fermement attachés à sa Parole?

D’ailleurs, comment pourrait-il en être autrement pour la suite des choses ici-bas dans la foi?

Aujourd’hui et chaque jour, « Écoute-le… »

Marie-Hélène

jesus

« …ILS DESCENDIRENT DE LA MONTAGNE « 

…la montagne est une élévation du sol. Jésus a ressenti le besoin de faire la rencontre  avec Pierre, Jacques, et Jean au sommet de la montagne pour être dans une  liberté complète de contemplation et m’inviter à devenir moi-aussi « élévation »pour rendre grâce au Transfiguré. Dans ces moments d’éclatement lumineux, je voudrais me camper près de Lui, mais la nuée me couvre et m’incite à écouter ce Fils Bien-aimé, même si je ne comprends pas toujours le message. Seigneur, je bénis tout le lumineux que tu déposes en moi et je te dis merci.

Mariette

jesus-transfEn ce temps-là,
Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean,
et les emmena, eux seuls, à l’écart sur une haute montagne.
Et il fut transfiguré devant eux.

À priori, le récit de la transfiguration peut ressembler beaucoup à une histoire de pêche, ou encore aux histoires de fin de soirée entre copains, où les mélanges d’alcool, d’euphorie, ou même de désespoir et d’incompréhension nous plongent un peu dans un état second.

Le passage me fait penser aussi à nos quotidiens de plus en plus remplis, comme pour nous perdre dans les nuages, et nous engourdir, et nous emmener loin, si loin de notre Seigneur.. Comme pour fuir la vision de la blancheur de ses vêtements resplendissant, de peur qu’ils ne révèlent nos failles. Si profondes, face à Sa grandeur.

Stp, Seigneur, permets moi de toujours chercher Ta face en toute personne, chose ou circonstance. Et de voir Ton vrai visage, ton visage d’Amour étincelant, capable de faire fondre le plus gros des icebergs, de réchauffer et ranimer nos coeurs perdus.

Solane

Par sa transfiguration, Jésus manifeste en son corps la communion de ce qui, en l’homme, avait été séparé… mais en acceptant la crucifixion au prix de sa propre vie, il réunit les branches verticale et horizontale de la croix pour toute la création, ouvrant chemin de résurrection pour chacun d’entre nous.

Seigneur, je t’en prie, que nous soyons dès maintenant transfigurés de ta transfiguration!

Michaël

C’est un moment d’exception que les trois disciples ont vécu. Il y avait tant à voir, à entendre, à recevoir ! Au centre, Jésus, ce maître qu’ils ont décidé de suivre même s’ils le trouvent déroutant à certaines heures. Ici, il n’y a plus de doute possible, ils ont bien entendu la voix qui disait « Celui-ci est mon fils bien-aimé, écoutez-le ».

jacques

Un tel moment dans une existence ne se présente pas tous les jours. Pour Jésus lui-même, c’est une révélation de son identité profonde. Quelle transparence entre lui et le Père, entre lui et les trois disciples : aucune frontière, mais la vérité de l’être qui se dévoile. Pierre, Jacques et Jean, captez bien cette lumière, prenez-la précieusement en vous, vous en aurez besoin un certain vendredi…

Les jours de lumière nous sont donnés pour tenir bon dans la confiance.

Gisèle

De villages en villages Jésus donne sa Parole à tous et pour tous, il  fait des miracles devant tous et pour tous ceux qui le demandent. Cependant, selon la sagesse divine, certains dons ne se donnent que dans le secret, à quelques uns préparés pour cela, et qui seront chargés de témoigner, de bouche à oreille, en temps voulu par le Seigneur.

C’est ainsi que Pierre, Jacques et Jean sont appelés à voir et à se taire sur ce qui leur a été montré, « jusqu’à ce que le Fils de l’Homme soit ressuscité d’entre les morts« . Alors ils auront à délier leur langue, même s’ils préfèreraient garder le silence. Ils ne sont pas appelés à demeurer en haut de la montagne, dans la joie de la révélation, ils sont ordonnés à l’écoute et à la transmission.

Peut-on écouter si l’on ne se tait pas, » à l’écart sur une haute montagne »et peut-on transmettre si l’on ne « descend » pas vers la multitude ?  Suivre Jésus c’est apprendre ce mouvement, cette grande respiration dans laquelle se taisent nos jérémiades de pécheurs. Peut-on mourir d’amour et se plaindre ou s’effrayer ?

Seigneur, ne nous laisse pas aveugles ni dans l’inimitié devant tes messagers et tes serviteurs.

Pierrette

jean

Une autre fois, sans aucune prétention, pour mieux vivre cette impressionnante scène de la transfiguration, je me suis permis de me mettre dans la peau de l’un des personnages y assistant, celui du jeune Jean, le disciple que Jésus aimait.

C’est vrai, j’ai eu tellement peur, d’une immense peur irrationnelle et contagieuse devant l’inexplicable, l’inconnu, devant ce qui échappe à toute raison humaine !

Pourquoi nous avait-il amené à l’écart sur la haute montagne? Savait-il qu’il allait ainsi se métamorphoser devant nous, revêtant un manteau de lumière insoutenable ? Savait-il que le parcours du temps serait momentanément suspendu et que sortiraient de cette faille les grands prophètes Moïse et Élie, vivants !

Il faut croire que la condition humaine appréhende avec une grande crainte le surgissement de Dieu dans notre monde terrestre : tous mes poils de pauvre mortel en étaient hérissés. Car, je l’ai compris plus tard, c’était bien en Dieu et par Lui que cela nous apparaissait.

En fait, je l’ai su avec certitude, lorsque m’étant jeté à terre pour me détourner de la lumière intolérable qui m’assaillait, je l’entendis de mes propres oreilles, Lui, Dieu, dire à haute voix :

« Celui-ci
est mon Fils bien-aimé :
écoutez-le ! »

Une seule parole, toute amour, tendresse, sollicitude et miséricorde ! Je savais qu’ayant entendu cette unique parole, j’étais désormais sauvé. J’avais touché à l’intangible, j’avais entendu de mes propres oreilles l’incommensurable amour de Dieu le Père pour son Fils, amour tellement immense qu’il nous englobe toutes et tous au-delà de nos différences, écarts et égarements.

Depuis, ces mots, « amour » et « écoute » ne cessent de résonner dans mon cœur. Et quand le doute et la crainte m’assaillent, je tends l’oreille en direction du cœur du Fils bien-aimé, comme un petit enfant se jette sur la poitrine parentale.

Nénuphar

Dans la transfiguration de Jésus sur la montagne, l’évangile de Marc nous raconte que Pierre, Jacques et Jean furent saisi de frayeur par le corps lumineux de Jésus et la blancheur de ses vêtements. Pierre dit à Jésus : «  Rabbi, il est bon que nous soyons ici! Dressons donc trois tentes : une pour toi, une pour Moïse et une pour Élie. » Dans sa vision Pierre reconnaît que Jésus est un envoyé de Dieu, un prophète. Mais voilà que de la nuée une voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoute-le. »  Jésus n’est pas un prophète comme les autres, Il est le Fils de Dieu. Pierre, Jacques et Jean devinrent les témoins directs de la transfiguration et reçurent  la mission de se mettre à l’écoute de Jésus. Devenir disciple de Jésus, n’est-ce pas d’abord être à l’écoute de sa Parole pour qu’elle prenne racine en nos cœurs et y découvrir l’Amour d’un Père pour ses enfants?  Par le baptême de Jésus, Dieu nous a révélé que Jésus est son Fils bien-aimé en qui Il a mis tout son Amour et par la transfiguration, Il nous demande de nous mettre à l’écoute de son Fils bien-aimé, à  l’écoute de l’Amour et à Son école. L’Amour de Dieu a transfiguré le corps charnel de Jésus en un corps de lumière pour qu’Il accomplisse sa mission. Demandons à Jésus de nous libérer des tentations de  notre corps charnel et de nous vêtir de sa lumière.

pierre

Père très bon,Merci de révéler à l’humanité toute entière ton Fils Jésus.
Merci de nous révéler par ton Fils,
Notre identité de fille et fils de Dieu.
Merci de nous révéler par ton Fils, Jésus, que nous sommes
Tes enfants bien-aimés, frères et sœurs, sur toute la terre.

Ô Jésus, Fils du Dieu Vivant,
Conduis-nous au désert, sur ta montagne sainte
fin que nous puissions faire silence pour mieux t’écouter.

Ô Jésus, Fils du Dieu Vivant,
Fais tomber le voile sombre de nos yeux
Afin que nous puissions voir avec les yeux du cœur,
Ton amour, ta lumière dans les Écritures et dans toute la création.

Ô Jésus, Fils du Dieu Vivant,
Ouvre-nos cœurs à ta Parole et
Mets cette Parole de Vie sur nos lèvres
Afin  que nous puissions illuminer le monde.

Ô Jésus, Fils du Dieu Vivant,
Renouvelle en nous ton Esprit-Saint
Afin que nos corps rayonnent de ta lumière.

Ô Jésus, Fils du Dieu Vivant,
Saisi-nous par ta Présence miséricordieuse
Afin que nous puissions révéler au monde
on amour et ta paix.

Mon Seigneur et mon Dieu
Aide-nous à vivre dans la joie
Notre identité de filles et fils bien-aimés du Père.

 Karine

Mes brebis écoutent ma voix

Un nouvel extrait d’Évangile à écouter et commenter…

jesus-brebis-voix

Dessin réalisé d’après une illustration traditionnelle

(Clique sur l’image pour l’agrandir et l’imprimer)

Évangile selon Saint-Jean, chapitre 10, de 24 à 39

Les Juifs l’entourèrent et lui dirent : « Combien de temps vas-tu nous laisser dans le doute ? Si tu es le Messie, dis-le nous ouvertement ! »
Jésus leur répondit: « Je vous l’ai dit, et vous ne croyez pas : les œuvres que je fais au nom de mon Père rendent témoignage de moi.
Mais vous ne me croyez point, parce que vous n’êtes pas de mes brebis.
Mes brebis écoutent ma voix ; moi, je les connais, et elles me suivent.
Je leur donne la vie éternelle : jamais elles ne périront, et personne ne pourra les arracher de ma main.
Mon Père qui me les a données est plus grand que tout, et personne ne peut rien arracher de la main du Père.
Le père et moi, nous sommes un. »
Les Juifs ramassèrent de nouveau des pierres pour le lapider.
Jésus leur dit: « J’ai fait devant vous beaucoup d’œuvres bonnes qui venaient du Père : pour laquelle de ces œuvres voulez-vous me lapider ? »
Les Juifs lui répondirent: « Ce n’est pas pour une bonne œuvre que nous voulons te lapider, mais pour un blasphème, parce que toi qui est un homme, tu te fais Dieu. »
Jésus leur répondit : « N’est-il pas écrit dans votre Loi : J’ai dit : vous êtes des dieux ?
Si la Loi appelle dieux ceux à qui la parole de Dieu a été adressée, et si l’Écriture ne peut être anéantie,
comment dites-vous à celui que le Père a consacré et envoyé dans le monde : « Tu blasphèmes », parce que j’ai dit : « Je suis le Fils de Dieu »?
Si je ne fais pas les œuvres de mon Père, ne me croyez pas.
Mais si je les fais, quand bien même vous ne voudriez pas me croire, croyez à mes œuvres, afin que vous sachiez et reconnaissiez que le Père est en moi, et que je suis dans le Père. »
Alors, une fois de plus, ils cherchèrent à se saisir de lui, mais il s’échappa de leurs mains.

_____

7-action-de-grace

En ce jour d’action de grâces, toute notre gratitude pour le Pain de la parole vivante! Voici quelques extraits des commentaires reçus à propos de ce dernier passage des Évangiles :

« Mon Père me les a données et personne ne pourra les arracher de ma main. » Jn10, 29.28
Réalité toute simple qui éveille en moi une si grande joie. Savoir que le Père m’a donnée à Jésus fait monter dans mon cœur une immense action de grâce. Alors, j’entends l’invitation à vivre mon quotidien dans la confiance car « personne ne peut m’arracher de ses mains. »

Fernande

7-innocence-enfance

Depuis tous petits, ici en Occident, l’innocence est très vite évacuée. On nous apprend très vite à être prudent, à soupeser, à penser et à juger. Tout comme au temps de Jésus, l’innocence de l’enfance est mise de côté, dans un monde à part que l’on ne considère pas. Peut-être précisément parce que les plus petits et les plus vulnérables sont ouverts au monde du mystère et du sacré. Peut-être aussi parce qu’ils ouvrent leur cœur à Dieu, qu’ils reconnaissent en Jésus. Alors qu’il est plus répandu (car plus sérieux) de voir en lui un homme qui dérange

Lire la suite sur la page de Solane

Jésus est le Fils de Dieu, le Verbe incarné qui vient nous révéler le Père et nous ramener à Lui après qu’Adam et Ève ont rompu l’alliance de l’amour. Jésus a blasphémé parce qu’il a révélé son identité divine. De nos jours, beaucoup de gens ont peur de révéler leur identité chrétienne par peur de passer pour des lunatiques. N’ayons pas peur de suivre les pas de Jésus et de dire au monde entier que Jésus est Vivant et que nous sommes les filles et les fils bien-aimés de Dieu.

Lire la suite sur la page de Karine

7-coeur-enfant

Petit préambule : Si, lorsqu’on me dit qu’il y a des chevreuils dans la forêt, je ne le crois pas, je n’irai pas à leur rencontre, n’aurai aucune chance de les connaître ni de les aimer, et je continuerai à dire que ce sont des contes à dormir debout. J’aurai fermé l’accueil de mon cœur d’enfant. Refuser d’aller voir soi-même c’est préférer le fini à l’infini. Préférer « Je sais » à « J’ignore ».

Lire la suite sur la page de Pierrette

Pourquoi les paroles de Jésus nous paraissent scandaleuses? Peut-être parce notre mental s’est bâti un monde à sa mesure afin de pouvoir le gérer tant bien que mal… et peu importe que dans ce monde il place un Dieu, un demi dieu, des dieux ou pas de Dieu du tout, le mental se veut maître à bord. Et dans ce monde mentalisé, Jésus par sa démesure vient mettre le feu. C’est donc quelque peu dérangeant… sauf pour ceux-là qui n’ont rien à perdre, soit parce qu’ils ont déjà tout perdu, soit parce qu’ils sont trop perdus eux-mêmes, trop petits, trop pauvres, trop malades…

7-tout-petits

Lire la suite sur la page de Michaël

Hé que nous, être humains, nous ne sommes pas un cadeau!
Nous avons été généreusement pourvu de raison par Dieu lui-même, et voilà que nous mettons tout le poids de cette raison à contribution afin de s’acharner à nier notre Créateur, celui-là même qui nous a tant gratifié!

Lire la suite sur la page de Nénuphar

Tu le vois; celui qui te parle, c’est lui

Un nouvel extrait d’Évangile à écouter et commenter…

guerison-aveugle-3

Dessin réalisé d’après une ancienne gravure

(Clique sur l’image pour l’agrandir et l’imprimer)

Évangile selon Saint-Jean, chapitre 9, de 24 à 41

Les Pharisiens firent venir une seconde fois l’homme qui avait été aveugle, et lui dirent : « Rends gloire à Dieu! Nous savons, nous, que cet homme est un pécheur. »
Il leur répondit :  » S’il est un pécheur, je l’ignore; je sais seulement que j’étais aveugle, et qu’à présent je vois. »
Ils lui dirent : « Qu’est-ce qu’il t’a fait? Comment t’a-t-il ouvert les yeux? »
Il leur répondit : « Je vous l’ai déjà dit et vous ne l’avez pas écouté; pourquoi voulez-vous l’entendre encore? Est-ce que vous aussi vous voulez devenir ses disciples? »
Ils le chargèrent alors d’injures, et dirent : « C’est toi qui es son disciple! Nous, nous sommes les disciples de Moïse.
Nous savons que Dieu a parlé à Moïse; mais celui-là, nous ne savons d’où il est. »
L’homme leur répondit : « Il est étonnant que vous ne sachiez d’où il est, et pourtant il m’a ouvert les yeux.
Nous savons que Dieu n’exauce point les pécheurs; mais si quelqu’un l’honore et fait sa volonté, c’est celui-là qu’il exauce.
Jamais on n’a entendu dire que quelqu’un ait ouvert les yeux d’un aveugle de naissance.
Si cet homme n’était pas de Dieu, il ne pourrait rien faire. »
Ils lui répondirent: « Tu es né tout entier dans le péché, et tu nous fais la leçon? » Et ils le jetèrent dehors.
Jésus apprit qu’ils l’avaient jeté dehors; il vint alors le trouver et lui dit : « Crois-tu au Fils de l’homme? »
Il répondit : « Qui est-il, Seigneur, Pour que je croie en lui? »
Jésus lui dit : « Tu le vois; celui qui te parle, c’est lui. »
Il dit : « Je crois, Seigneur! », et se jetant à ses pieds, il l’adora.
Alors Jésus dit : « Je suis venu dans ce monde pour un jugement, afin que ceux qui ne voient pas voient, et que ceux qui voient deviennent aveugles. »
Des Pharisiens qui étaient avec lui entendirent ces paroles et lui dirent : « Sommes-nous, nous aussi des aveugles? »
Jésus leur répondit : « Si vous étiez des aveugles, vous n’auriez point de péché; mais vous dites : ‘Nous voyons!’ Votre péché demeure. « 

_____

5-merci

Merci! Merci de tout cœur aux Mariette, Violette, Solane, Rosa, Amandine, Jeanne et autres d’accepter d’accueillir la parole dans votre cœur et d’y répondre, merci aux Karine, Alain, Pierrette, Michaël, Nénuphar et autres d’écouter ce que la parole évoque en vos propres profondeurs!

La parabole du semeur prend tout son sens lorsque semaine après semaine vous faites jaillir des fleurs de la graine de la parole semée en bonne terre.

C’est grâce à vos plumes fécondes que les pages de ce site ont commencé à fleurir!

Voici le jardin des écrits qui ont germé à l’écoute de ce dernier passage des évangiles :

Ils lui dirent : « qu’est-ce qu’il t’a fait, comment t’a-t’il ouvert les yeux? » Parfois je vois ce genre de guérisons et je me dis, pourquoi lui, qu’est-ce qu’il a de plus urgent que moi, mais voilà devenir disciples de Jésus demande beaucoup d’écoute, d’ouverture et de foi. Seigneur qui es-tu pour que je croie en toi ? Tu me le dis dans le livre de ta parole « tu le vois, celui qui te parle c’est lui « . Seigneur tu me parles, suis-je non seulement aveugle mais aussi sourd, tu m’offres la chance de t’entendre mais aussi de te voir……Je Crois Seigneur…..

Mariette

5-jamais-juger-rejeter
(Clique sur les images pour les agrandir, les sauvegarder et les partager)

« Tu es né tout entier dans le péché, et tu nous fais la leçon? » Et ils le jetèrent dehors. Je lis cette phrase et j’ai mal au ventre. « Tu es né tout entier dans le péché » – comme un  couteau dans le cœur. « Et ils le jetèrent dehors » – J’ai envie de gémir et de pleurer. Je t’en prie Seigneur, aide-moi. Aide-moi à ne plus jamais, jamais, jamais juger et rejeter. Que je ne sois plus jamais celle qui juge et ment, de ceux qui divisent et excluent. Jamais.

Jeanne

5-reconnaitre-vulnerable

La jalousie voile et durcit le cœur, obscurcit les yeux. Elle ne permet pas aux pharisiens de reconnaitre en Jésus l’envoyé du Père. J’ai souvent aussi besoin d’être guéri, de voir, de toucher, de sentir, de comprendre pour croire! Nous sommes si souvent aveuglés par les apparences, par ce qui brille et saute aux yeux, et qui nous apparait comme une vérité, comme la vérité…Et pourtant ! Si je pouvais me reconnaitre vulnérable, si je pouvais reconnaitre et accepter que je ne vois pas clair, et croire qu’un plan plus grand rempli d’amour est déjà dessiné pour chacun de nous, même pour moi, même au moment qui m’apparait l’un des plus noirs ! Il est si difficile, de nos jours, de se reconnaitre aveugle ! C’est drôle, je crois que chaque fois que je me retranche de mes forteresses bien garnies de contrôle pour faire place au mystère, ça permet à la lumière, au miracle et à la vie de jaillir! Seigneur, stp accorde-moi de me reconnaitre aveugle, et d’avoir la foi de la taille d’une graine de moutarde.

Solane

Alors Jésus dit : « Je suis venu dans ce monde pour un jugement, afin que ceux qui ne voient pas voient, et que ceux qui voient deviennent aveugles. » Ce jugement pour lequel Jésus est venu dans le monde, je le reconnais comme une compassion infinie qui vient guérir… et non pas comme une sentence qui vient punir. Enfant du Dieu Amour, Il vient pour nous sortir de l’ombre, pour ouvrir les yeux de tous ceux qui se reconnaissent aveugles. Mais pour ceux-là qui continuent à affirmer voir clairement, et cela malgré Sa Lumière qui vient nous révéler notre cécité, il n’y a pas d’ouverture à la véritable guérison. Il est alors évident que c’est celui qui croit voir qui est aussi celui qui devient véritablement aveugle, c’est-à-dire non plus seulement par ignorance… mais par rejet de Sa Lumière.

Lire la suite sur la page de Michaël

Ce qui est surprenant avec Jésus, c’est qu’Il libère l’homme de sa cécité non pas à cause de sa foi mais pour que la gloire de Dieu puisse se manifester en lui. Dans un moment d’intimité, Jésus s’est révélé à l’homme qui voulait connaitre le fils de Dieu et croire en Lui. Il lui dit : « Tu le vois; celui qui te parle, c’est lui. » Quelle révélation!  Voilà donc le premier secret de Jésus : Il se révèle dans l’intimité, dans une rencontre sincère, dans le dialogue d’un cœur ouvert et libre de l’accueillir. Jésus se fait Présence dans le cœur de celui/celle qui cherche Dieu.

Lire la suite sur la page de Karine

L’aveugle de naissance n’est pas en fait aveugle dans la vie spirituelle. Il sait bien que celui qui l’a guéri n’est pas quelqu’un d’ordinaire. Il ouvre peu à peu les yeux de la foi devant Jésus qui vient le sauver de sa cécité. Il est vrai dans ses réponses aux Pharisiens qui eux demeurent aveugles devant l’évidence. Qu’est-ce qui poussent ceux-ci à refuser de croire en Jésus ? Pour eux, Jésus qui mange avec les pécheurs et qui s’occupent des pauvres et des petits, ne peut être le messie attendu…

Lire la suite sur la page d’Alain

5-arrache-au-mensonge

Comme ils nous ressemblent ces pharisiens, imbus de leur savoir et enfermés dedans, persuadés qu’ils voient clair et qu’ils peuvent juger leur prochain; inaptes à l’espérance, à l’émerveillement, à l’intangible. Pas un geste, pas une parole de Jésus qui ne les heurte. Sur quoi donc s’appuient-ils donc lorsqu’ils disent à l’aveugle guéri : « Rends gloire à Dieu! Nous savons, nous, que cet homme est un pécheur ».

Lire la suite sur la page de Pierrette

« Si vous étiez des aveugles, vous n’auriez point de péché; mais vous dites : ‘Nous voyons!’ Votre péché demeure. Il me semble que tout est dit dans cette petite phrase. Rien besoin d’ajouter. Le péché tout entier réside dans la prétention de l’être humain à croire qu’il voit clair. L’homme croit en sa vision subjective, et à la limite il ne croit qu’en elle. L’idée qu’il se fait des choses, les convictions qu’il se construit par lui-même lui sont sacro-saintes. Et c’est bien là sa première source d’égarement.

Lire la suite sur la page de Nénuphar

Ni lui, ni ses parents n’ont péché

guerison-aveugle
Dessin réalisé d’après une illustration d’Arthur A. Dixon

(Clique sur l’image pour l’agrandir et l’imprimer)

Évangile selon Saint-Jean, chapitre 9, de 1 à 7

En passant, Jésus vit un homme aveugle de naissance.
Ses disciples lui demandèrent : « Rabbi, qui a péché, lui ou ses parents,
pour qu’il soit né aveugle? »
Jésus répondit : « Ni lui, ni ses parents n’ont péché, mais c’est afin
que les œuvres de Dieu soient manifestées en lui.
Tandis qu’il fait jour, il nous faut travailler aux œuvres de celui qui
m’a envoyé; la nuit vient, où nul ne peut travailler.
Tant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde. »
Ayant ainsi parlé, il cracha à terre, fit de la boue avec sa salive,
puis il l’étendit sur les yeux de l’aveugle,
et lui dit : »Va, lave-toi dans la piscine de Siloé (ce qui veut dire: Envoyé). »
L’aveugle y alla donc, se lava, et s’en retourna,
voyant clair.

_____

Voici des extraits des commentaires reçus à propos de ce passage des évangiles :

4-manifester-son-amour
(Clique sur les images pour les agrandir, les sauvegarder et les partager)

« Ni lui, ni ses parents n’ont péché mais c’est afin que les œuvres de Dieu soient manifestées en lui. » Comme il est bon de relire que tout ne dépend pas de nous! Tout pécheur que nous soyons, quel que soit notre état physique ou mental, ce que nous considérons comme des faiblesses, des pauvretés ou des laideurs, sont autant d’occasions pour notre Seigneur de nous manifester son Amour. Pour autant qu’on l’invite. Il pourra ainsi venir agir discrètement, dissimulé en notre prochain, et même en nous. Il pourra ainsi appliquer cette boue et guérir tout notre être !

Solane

4-tout-devient-clair

Personne n’a péché, « mais c’est afin que les œuvres de Dieu soient manifestées en lui ». Quel soulagement! Ces mots expliquent tellement des choses, tellement de souffrance, d’injustices, de misère, d’incompréhension. Combien des fois nous nous sommes demandé si Dieu existe, et pourquoi il existe toutes ces choses ci-haut mentionnées et que nous nous en passerions surement? Combien des fois dans le plus profond de notre douleur nous arrivons même à douter de Dieu? Mais, je ne sais pas comment l’expliquer, quand je lis: « c’est afin que les œuvres de Dieu soient manifestées », je comprends tout, tout devient clair,…

Lire la suite sur la page de Rosa

4-ouverture-de-coeur

Jésus nous désarme et nous libère en disant ni lui, ni ses parents n’ont péché, mais c’est pour que les œuvres de Dieu soient manifestées en lui. Pour permettre cette manifestation de Dieu nous devons laisser Dieu être Dieu dans nos vies et nous plonger dans son océan d’amour.  Dieu prend l’initiative  pour  aller à notre rencontre  mais nous devons être disponibles pour répondre à cet appel. Dieu veut se manifester en nous mais il  ne peut  pas agir sans nous. Il nous faut une ouverture de cœur pour Le laisser nous pétrir à son image et à sa ressemblance quel que soit notre handicap.

Lire la suite sur la page de Karine

4-regard-lave

L’Amour guérit… de par son incarnation, et c’est tellement vrai… que même si Jésus, en tant qu’Incarnation de l’Amour, n’aurait qu’un seul mot à dire pour que l’aveugle soit guérit, là, au lieu de dire son mot, il le crache à terre pour l’incarner… en en faisant de la boue qu’il étale sur les yeux de l’aveugle… et quand il lui dit d’aller se laver dans la piscine de Siloé (qui veut dire « Envoyé »), c’est comme s’il lui dit qu’il ne peut se laver de ce qui l’empêche de voir qu’en l’Envoyé de Dieu lui-même, en cette incarnation vivante de l’amour de Dieu. Serait-ce aussi que notre regard à tous ne peut être lavé qu’en Jésus lui-même, lui, l’Envoyé, lui, le Fils, lui, la lumière du monde?

Lire la suite sur la page de Michaël

C’est la volonté du Père que tous aient la vie et la vie en abondance. C’est Jésus, l’Envoyé du Père, qui vient annoncer ce message; il vient sauver ce qui était perdu. Il allume l’espérance de l’humanité de pouvoir grâce à Jésus revenir au Père et de vivre de sa vie en abondance.

Lire la suite sur la page d’Alain

  À la vue de l’homme aveugle, les disciples de Jésus réagissent selon ce qui leur a été transmis. Pour eux les maladies et les handicaps sont toujours la conséquence punitive d’une faute, d’un péché commis antérieurement. Nous portons aussi en nous, plus ou moins confusément, ce jugement exclusif. Nous expérimentons pourtant que la maladie, la perte d’un sens ou d’un membre nous forcent à des prises de conscience et à changer le regard que nous portons sur ce qui nous advient au fil du temps.

Lire la suite sur la page de Pierrette

Le Fils du Père, tel qu’il l’a démontré à plusieurs reprises, n’a pas besoin d’intermédiaire, potion magique, élaboration complexe d’apothicaire ou formule mystérieuse pour guérir, un seul mot lui suffit. Une seule parole. Alors pourquoi, dans ce cas-ci n’a-t-il pas dit, « lève-toi et vois! », plutôt que d’étendre de la boue sur les yeux de l’aveugle en lui demandant par la suite d’aller se laver?

Lire la suite sur la page de Nénuphar