Archives du mot-clé esprit

« L’Esprit de vérité vous conduira » (Jn 15, 26-27 ; 16, 12-15)

jean-15-esprit-verite

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean, chapitre 15, 26-27 ; 16, 12-15

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
« Quand viendra le Défenseur,
que je vous enverrai d’auprès du Père,
lui, l’Esprit de vérité qui procède du Père,
il rendra témoignage en ma faveur.
Et vous aussi, vous allez rendre témoignage,
car vous êtes avec moi depuis le commencement.

J’ai encore beaucoup de choses à vous dire,
mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter.
Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité,
il vous conduira dans la vérité tout entière.
En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même :
mais ce qu’il aura entendu, il le dira ;
et ce qui va venir, il vous le fera connaître.
Lui me glorifiera,
car il recevra ce qui vient de moi
pour vous le faire connaître.
Tout ce que possède le Père est à moi ;
voilà pourquoi je vous ai dit :
L’Esprit reçoit ce qui vient de moi
pour vous le faire connaître. »

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible – © AELF, Paris

______

COMMENTAIRES

jean« J’ai encore beaucoup de choses à vous dire… »   

Le secret d’une vie.  Le secret d’une relation intime où l’amour se découvre et s’approfondit
dans le silence d’un coeur aimant.

Fernande

Oui Seigneur, anime-moi, vivifie-moi, illumine-moi de ton Saint-Esprit! Sans lui je me reconnais aveugle, sujet à tous les égarements de notre monde, totalement démuni et sans « défenseur ».

Nénuphar

main« CAR VOUS ÊTES AVEC MOI DEPUIS LE COMMENCEMENT »

Dès le sein de ma mère T’avais l’œil sur moi.

Tu me préparais à recevoir l’Esprit à toutes les étapes de ma vie, de ma naissance à aujourd’hui. Ai-je bien rendu ou compris ce que l’Esprit m’invitait à célébrer, l’amour, la joie, la foi, la patience, la vie ?  Non, j’ai failli à plusieurs occasions, le rendement donné n’était pas à la hauteur de tes attentes. « J’ai été repêché » plus d’une fois et j’en demande pardon. Esprit Saint, plus que jamais, l’âge me permet d’insister : guide-moi  vers la vérité tout entière et donne-moi la force de la porter en toute sérénité, pour m’accomplir fidèlement dans l’amour du Père , du Fils et de l’Esprit Saint.

Mariette

saint-esprit

Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité,
il vous conduira « dans » la vérité tout entière.

Pouvons-nous entendre plus bienheureuse  promesse ? Ne nous est-il pas dit que cette vérité est vie, amour sans fin ? Vacance conjuguée à surabondance ?
Quand viendra le Défenseur, qu’il ne nous trouve pas infidèles, préoccupés de vanité, l’oreille sourde à la Vérité, inaptes au témoignage, l’œil tourné vers le fini, stériles statues de sel.

Qu’Il nous trouve « bénissant son nom », « attentifs au son de sa Parole », l’oreille longuement dressée par l’ordre de l’ancienne alliance : « Écoute, Israël » ;  blessés de la bienheureuse blessure, inaptes à l’illusion, au mensonge, aptes à obéir au moindre souffle venant du Seigneur dont « nous connaissons la voix ».

Que s’affermisse et se répande la foi active en cette promesse salvatrice.

Pierrette

jesus« J’ai encore beaucoup de choses à vous dire,
mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter.
Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité,
il vous conduira dans la vérité tout entière. »

Oh Seigneur, j’ai peur d’entendre toutes ces choses que tu as encore à nous dire… et que nous ne pouvons pas  porter pour l’instant.

Cela me fait peur parce que je me dis que si nous ne pouvons pas les porter, cela ne peut qu’être effrayant, souffrant, immensément lourd…

Alors que je pressens que c’est justement cette peur qui nous empêche de les porter…

Cette peur ancestrale née notre première séparation d’avec l’Amour du Père…

Cette peur qui nous enferme sur nous-même en nous coupant de ton amour.

Et lorsque je suis coupé de ton amour, je reconnais que j’ai peur de tout…

J’ai peur de souffrir, j’ai peur de mourir…

J’ai peur de ce que tu demandes parce que j’ai peur de me perdre en me donnant à toi entièrement…

Et plus j’ai peur,  et plus je me referme sur moi-même…

Et plus je me referme sur moi-même et plus je me coupe de ton amour… et plus je me coupe de ton amour, et plus j’ai peur…

Et si ton Esprit de vérité ne vient me libérer, voilà que je reste enfermé dans le mensonge de mes peurs… dont le but est de me garder loin de ton amour.

Oui, viens Esprit Saint, viens… toi qui viens confirmer l’Amour Incarné qui nous guérit, nous transfigure et nous libère du mensonge mortel. Conduis-nous dans la vérité toute entière qui nous rassemble en un seul corps, non séparés et pourtant non confondus…

Car de moi-même, je ne peux rien porter… comme une branche morte tombée de l’arbre ne peut rien porter, pas même un tout petit fruit tout léger.

Michaël

Jésus, ton discours est ferme, il affermit celles et ceux que tu as appelés.

« Je vous enverrai l’Esprit, le Défenseur » et « Il vous fera connaître… »

Comment oserions-nous avancer sans cette assurance d’être accompagnés par l’Esprit?

myriamPour avancer en eau profonde, j’ai besoin du Souffle de l’Esprit. J’attends souvent qu’il vienne pousser la barque par un vent puissant mais il se présente presque toujours comme une brise légère. Esprit Saint, aide-moi à comprendre ce paradoxe : tu demandes d’aller vers le monde entier et, en même temps, c’est au plus intime du cœur que tu accomplis ton œuvre.

En ce moment, le monde vers lequel tu nous envoies est rempli de larmes et de cris de détresse : les demandeurs d’asile, les migrants exposés aux griffes des passeurs et aux dangers de la mer, les enfants captifs des conflits auxquels ils ne peuvent échapper; les pauvres qui se demandent comment nourrir et éduquer leurs enfants; les jeunes gens qui sont emprisonnés parce qu’ils osent prendre la parole publiquement contre des injustices.  Même la nature est blessée par l’exploitation irresponsable des humains.

Esprit de Jésus, donne-nous le courage d’affronter ce monde avec un cœur désarmé.

Inspire-nous les mots qui dégèlent les cœurs et les font sortir de l’indifférence.

Apprends-nous à accompagner les artisanes et artisans de paix sur le chemin périlleux où ils marchent.

Et garde-nous dans l’action de grâce, sachant reconnaître les traces de ton passage, puisque tu es à l’œuvre de jour et de nuit, comme le Père est à l’œuvre par amour pour celles et ceux qu’il a créés et qu’il ne reniera jamais.

Amen

Gisèle

pierreL’Esprit de vérité nous conduit dans la vérité tout entière.  En effet, nous avons reçu la grâce de l’Esprit qui fait de nous une créature nouvelle. L’Esprit de vérité nous ramène à l’intelligence du cœur qui transforme tout notre être et notre agir. Il nous propulse vers nos frères et sœurs pour leur raconter les bienfaits du Seigneur et rendre témoignage de ce que nous avons vu et entendu. L’Esprit de vérité nous fait glorifier le Seigneur parce que nous avons goûté à l’Amour et à la miséricorde de Dieu. Il nous fait crier Abba, Père, parce qu’Il nous a ouvert les oreilles à l’écoute de la Parole et les yeux du cœur aux Écritures. L’Esprit de vérité fait tomber le voile de nos yeux afin que nous voyons le Père tel qu’Il est et nous voir tels que nous sommes malgré nos blessures et nos manquements à l’Amour. Nous sommes des enfants de Dieu, nés de Dieu ayant un même Père. Pardonnés et réconciliés avec le Père en Jésus, Il nous fait voir la gloire de Dieu et la merveille de la création. L’Esprit de vérité nous a fait comprendre que le lien d’amour que le Père a tissé avec nous, depuis bien avant la création du monde, est toujours vivant et ce jusqu’à la fin de nos jours.  L’Esprit de vérité nous met dans la lumière pour que nous devenions des enfants de lumière. Unifiés et renouvelés dans le Père, le Fils et l’Esprit, nous marchons humblement dans la paix, la joie et dans l’action de grâce en présence du Seigneur sur la terre des vivants. L’Esprit du Seigneur nous donne sa joie. Oui, notre joie nous vient du Seigneur parce que nous avons reconnu et goûté l’Amour de notre Dieu. Nous  avons la certitude que Jésus est bien Vivant au milieu de nous et avec la grâce de son Esprit nous pouvons  louer son Nom et témoigner de son Amour et de sa paix. Un amour et une paix que le monde ne peut donner mais que nous ne puisons qu’en Dieu le Père, le Fils et l’Esprit afin de conserver notre humanité, notre divinité et de rassembler nos frères et sœurs dans un royaume de justice et de paix où la beauté et l’harmonie de la création est préservée.

Ô Esprit de vérité et d’amour,
En nos cœurs descends.
Fais-nous rayonner de l’Amour de notre Dieu et
Aide-nous à garder l’unité de l’Esprit dans nos Églises.

Ô Esprit de vérité et de lumière,
Notre monde a besoin de Toi.
Transperce de lumière les esprits ténébreux
Afin de faire tomber de leurs yeux le voile de ténèbres.
Ô Esprit du Dieu vivant, garde-nous du mauvais.

Ô Esprit de vérité et de paix,
Aide-nous à revêtir la lumière de vérité
Afin que nous puissions discerner les voies de notre Dieu
Qui nous donnent la paix, la joie et l’espérance.

Karine

 

 

Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ?

 

Marc_1_ 21-28Évangile selon Saint-Marc, chapitre 1, de 21 à 28

 

Jésus et ses disciples entrèrent à Capharnaüm.
Aussitôt, le jour du sabbat,
il se rendit à la synagogue, et là, il enseignait.
On était frappé par son enseignement,
car il enseignait en homme qui a autorité,
et non pas comme les scribes.
Or, il y avait dans leur synagogue
un homme tourmenté par un esprit impur,
qui se mit à crier :
« Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ?
Es-tu venu pour nous perdre ?
Je sais qui tu es :
tu es le Saint de Dieu. »
Jésus l’interpella vivement :
« Tais-toi ! Sors de cet homme. »
L’esprit impur le fit entrer en convulsions,
puis, poussant un grand cri, sortit de lui.
Ils furent tous frappés de stupeur
et se demandaient entre eux :
« Qu’est-ce que cela veut dire ?
Voilà un enseignement nouveau, donné avec autorité !
Il commande même aux esprits impurs,
et ils lui obéissent. »
Sa renommée se répandit aussitôt partout,
dans toute la région de la Galilée.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible – © AELF, Paris

 ______

COMMENTAIRES

Délivre-moi, Seigneur, de l’esprit impur qui m’habite et fais de moi un témoin de ton amour.

Paul

Seigneur,

Aide-moi à repousser avec fermeté la partie en moi qui me garde totalement dans la peur, dans la non-confiance et dans la tentation. Offre-moi ce pas assuré, des plus engagé vers ce que je choisis de bon, vivant et connecté à Dieu. Une énergie flamboyante et heureuse. Que chacun d’entre nous entende l’appel profond de Dieu et ressente sa protection.

Patricia

Il rejoint, il touche, il rassemble

Jésus enseigne d’un lieu tout intérieur, habité de Dieu, son Père. Il rejoint, il touche, il rassemble, il unifie les forces vives de chacunE au fil de sa Parole; il reconnaît, nomme puis éloigne tout ce qui divise. Son autorité est un feu agissant de l’intérieur comme à l’extérieur…

N’oublions pas qu’il vient et agit ainsi dans le sanctuaire de nos cœurs, unifiant nos forces vives en vue de la Mission et dispersant tout ce qui s’y oppose…

Nous portons un trésor, c’est à nous de contacter Jésus notre Maître Intérieur, de nous déposer souvent en sa présence: il ne manquera pas de nous délivrer chaque jour de ce qui peut mener à la dispersion.

Car Il nous aime et il nous veut « Un/ifiéE, chacunE pour nous accorder à sa Vie abondante.

Marie-Hélène

jesus

« Qu’est-ce que cela veut dire ?
Voilà un enseignement nouveau, donné avec autorité !
Il commande même aux esprits impurs,
et ils lui obéissent. »

L’autorité, c’est Jésus qui l’a.  Ça me fait penser au saint curé d’Ars, car ayant écouté dernièrement le film de sa vie sur YouTube, je lui ai entendu dire que les miracles, ce ne serait pas lui qui les ferait, mais Jésus, et aussi sa petite patronne, sainte Philomène.   Et nous qu’en est-il de notre confiance en Jésus, de son autorité sur nos vies, sur ce qui nous arrive? ou le connaissons-nous si mal, que nous croyons qu’il est venu pour nous faire souffrir ou pour nous perdre.  Sommes-nous prêts à lui remettre la gouverne de nos vies, à lui remettre tout pouvoir et toute autorité sur nos vies, en lui disant: Jésus, j’ai confiance en Toi?

Sylvie

Qu’est-ce qui a bien pu tant piquer le malin,
pour qu’il hurle à Jésus:
« Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ?
Es-tu venu pour nous perdre ? »

temoins

C’est fou à quel point encore aujourd’hui, notre regard est vite brouillé, et on ne voit plus tout l’Amour, la Tendresse qui nous habite et nous entoure, tout cet Amour inconditionnel de Celui qui nous a donné les paroles de vie, a tout donné, jusqu’à sa vie pour nous sauver. Merci, Jésus, d’être venu révéler ce qui, en nous, et en notre monde, détourne notre regard, notre cœur et tout notre être de son essence, de son sens, de ce qui nous fait vivre!

S’il te plait, reste avec nous et permets-nous de toujours nous rendre compte quand le malin veut s’établir en roi et maître. Et surtout, donne-moi la force de t’abandonner mon impuissance, mon incapacité totale de le chasser, et de retrouver Ta paix,  Ton amour, et la joie  du don.

Solane

Nous sommes tous des pêcheurs d’hommes

Nous sommes tous des pêcheurs d’hommes en tant que chrétiens. Et nous interpellons par notre vie, par ce que nous sommes. Nous voulons ouvrir à la vraie vie et certains pensent que  nous voulons les diminuer, enlever ce qu’ils ont alors que nous voulons les aider à enlever ce qui les empêche de vivre vraiment, en toute liberté. Nous aimerions qu’ils aient plus de vie, qu’ils soient fiers de leur dignité humaine voulue par Dieu.

Nous prions qu’ils soient en communion avec nous, avec tous leurs frères et sœurs, avec leur grand-frère, Jésus le Christ. Nous savons que la noirceur ne l’emportera pas parce que c’est la volonté de Dieu que nous  vivions dans l’amour.

Léopold

PAROLES et ACTIONS traversées par le même souffle, celui de l’Amour.

Encore aujourd’hui, ce souffle de Dieu veut traverser notre vie pour que nos paroles et nos actions fassent vivre « de tous les côtés ».

Alors, pourra surgir l’émerveillement ou l’étonnement.

Fernande

Dans le récit de Saint Marc,
Jésus ne confond pas l’homme tourmenté
avec l’esprit qui le tourmente

Chaque fois que l’autorité de Jésus nous est montrée en acte, grande est la joie dans mon coeur. Ce qu’il ordonne ne peut qu’être exécuté car rien n’est caché à son regard et il ne peut donner un ordre qui ne convient pas â la situation où il se trouve. Ses ordres ne sont pas le fruit de longues réflexions, ils émergent de sa constante clairvoyance.
Dans le récit de Saint Marc, Jésus ne confond pas l’homme tourmenté avec l’esprit qui le tourmente. Il ne dit rien à cet homme mais il ordonne à l’esprit impur de sortir de l’homme et de se taire. Pas de longs discours.
C’est à cette autorité que nous nous adressons lorsqu`à la fin de la messe nous demandons à Jésus de dire un seul mot pour notre guérison.
C’est également à cette autorité que nous faisons appel dans le silence de nos chambres.

Pierrette

Le cœur sait reconnaître une voix qui parle vrai

Le cœur sait reconnaître une voix qui parle vrai, c’est ce qui arrive aux membres de la synagogue de Capharnaüm. Le discours de Jésus tranche sur les propos qu’ils ont l’habitude d’entendre, ils en veulent plus… mais voilà le perturbateur à l’œuvre, cet esprit mauvais qui vient détourner l’attention d’une Parole que des croyants essaient d’entendre.

Oh! Que cela ressemble à ce qui se passe en moi lorsque je me laisse entraîner par le fil de mes distractions en apparence anodines, ou lorsque je fais taire une voix qui me dérange. Je suis le terrain d’un combat réel entre le mauvais esprit qui me décentre de mes aspirations profondes, et le bon esprit qui m’attire du côté d’une vie simplifiée, prête à écouter la voix du Seigneur.

Se peut-il que ce combat traverse aussi nos milieux de vie et nos communautés chrétiennes? Lorsque les intérêts particuliers créent des malentendus, des clans, le bien commun est compromis et les initiatives sont paralysées. Comment faire entendre la voix de Celui qui a le pouvoir d’ordonner aux esprits perturbateurs de se soumettre à la Parole qui rassemble?

À la synagogue, Jésus de Nazareth, tu as imposé à un mauvais esprit de faire silence, de « sortir de cet homme » tourmenté. Ta parole a été efficace, elle a mené les témoins de ton geste à se poser des questions. Ton pouvoir de guérison est égal à ton pouvoir de prononcer une parole qui libère, qui ouvre de nouveaux espaces. Apprends-nous à discerner comment agir avec nos  propres démons intérieurs, à compatir avec celles et ceux qui mènent un combat difficile pour se libérer de ce qui les tient captifs.  Toi l’enseignant qui joint la parole aux actes, apprends-nous à intervenir dans nos communautés tiraillées par l’esprit mondain. Toi qui as le pouvoir d’écarter les forces obscures, viens au secours des chrétiens persécutés dans le monde afin qu’ils puissent te célébrer en paix.

Gisèle

esprit-impurOr, il y avait dans leur synagogue
un homme tourmenté par un esprit impur,
qui se mit à crier :
« Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ?
Es-tu venu pour nous perdre ?
Je sais qui tu es :
tu es le Saint de Dieu. »

On pourrait penser que si on avait la confirmation que ce que dit Jésus est vérité, on aurait foi en lui… et on le suivrait joyeusement. Or ici – et ailleurs dans les Évangiles – il semble bien que l’esprit impur sache très bien qui est Dieu et qui est Jésus… et pourtant  il n’a pas foi en lui, en ce sens qu’il ne lui donne pas sa confiance, son adhésion joyeuse, totale et inconditionnelle.

En fait, il semble que l’esprit impur n’est pas déchu par ignorance, et c’est bien là le drame de l’inversion angélique: refuser l’Amour en toute connaissance, choisir en toute lucidité la séparation, le non-amour, et donc l’enfer de l’enfermement… de la division… et cela, au nom de quoi?

Savoir la vérité ne suffit-il donc pas à vivre la vérité?

En fait, peut-être que cette incertitude de la raison humaine pour ce qui est du domaine spirituel est une grâce… et que de ne pas savoir la vérité de façon certaine, avec notre tête, nous force à ouvrir notre cœur pour la reconnaitre – nous faisant alors renaitre avec elle – et ce faisant nous remembre en cœur à cœur au Corps du Christ, à Sa Présence, Son Amour, Son Agir… (?)

Michaël

Quels sont les chemins de Dieu, quels sont ses mystères?

Voilà que les anciens, les prêtres et les scribes, gardiens de cette parole qui annonce précisément la venue du messie, ne le reconnaissent pas en la personne de Jésus. Et voici que les esprits impurs, qui viennent égarer l’être humain et le détourner de la conversion, reconnaissent triplement Jésus : « Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? Je sais qui tu es : tu es le Saint de Dieu. »

Une première fois ils le reconnaissent dans sa dimension humaine en l’identifiant par son nom et son lieu d’origine sur terre : « Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? »

Une deuxième fois, ils reconnaissent sa fonction de salut qui vient libérer l’être humain du péché, de « l’esprit impur », cet esprit dominé par la convoitise et opposant sa propre volonté à celle de Dieu : « Es-tu venu pour nous perdre ? », ou en d’autres mots Es-tu venu pour dissiper les brumes obscures qui s’opposent au salut de Dieu?

Une troisième fois, ils reconnaissent son unique divinité directement issue du Père, ainsi que sa sainteté : Je sais qui tu es : « tu es le Saint de Dieu. »  Ils ne disent pas qu’il est un Saint parmi d’autres, mais bien qu’il est le Saint de Dieu.

Quel être humain, du vivant de Jésus-Christ, même parmi les plus sages et éclairés, a confessé tout cela : Tu es Jésus de Nazareth, celui qui vient nous libérer du péché, le Saint de Dieu.

Pourquoi est-ce que ce sont les esprits impurs et les démons qui crient d’emblée cette vérité à la rencontre de Jésus? « Il empêchait les démons de parler, parce qu’ils savaient, eux, qui il était » Mc 1, 29-39. Peut-être est-ce parce que l’obscurité ne peut que reconnaitre la lumière, puisqu’elle ne peut s’opposer à celle-ci, toute obscurité disparaissant au lever du soleil. Mais les fausses lumières détournées de l’être humain, elles, cherchent à maintenir leur illusoire brillance, même en plein jour.

Seigneur, garde-nous de ces lumières détournées, par trop humaines, qui nous égarent encore plus sûrement que la nuit obscure en manque de ta présence!

Nénuphar

« Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? »

Le jour du sabbat, Jésus enseignait avec autorité. L’homme tourmenté par  un esprit impur était déstabilisé par la présence de Jésus. Ce qui est intéressant dans ce passage d’évangile c’est que ce possédé a reconnu la sainteté de Jésus. Il savait qui Il était puisqu’il se sentait menacé, démasqué : «  Que nous veux-tu Jésus de Nazareth?  Es-tu venu pour nous perdre? »  La réaction de cet homme n’est pas bien différente des personnes qui font de la corruption un modèle de gestion. En présence de personnes intègres, désintéressés et compatissantes les gens corrompus se sentent menacés. Ils ont  la difficulté à agir en leur présence par peur d’être démasqués, dénoncés, de changer leur comportement et de retrouver la vue spirituelle. Ils veulent rester dans les ténèbres pour continuer leurs magouilles parce qu’ils agissent sans conscience et veulent rester sous la domination de cet esprit impur. Il en est de même pour les personnes qui ont un comportement non évangélique dans notre entourage et qui se sentent menacées par l’enseignement libérateur de Jésus. L’enseignement de Jésus est nouveau parce qu’il parle avec autorité. L’autorité de Jésus est libératrice. Elle met en lumière la personne soumise à un esprit impur. Sa présence, Sa voix ont le pouvoir d’extirper de toute personne qui s’approche de Lui de tout cœur le malin, la servitude, la détresse, le vide existentiel. Cet évangile de Marc nous invite à nous laisser approcher par Jésus. Laissons-Le nous enseigner, nous imprégner de sa présence, nous pénétrer de sa voix libératrice.

Ô Jésus, Toi, le Saint de Dieu,
Celui qui nous enlève tout esprit impur
Prends pitié de nous pécheurs.

Ô Jésus, Toi, le Saint de Dieu,
Celui qui nous enlève tout esprit impur
Donne-nous Ta paix.

Ô Jésus, Toi, le Saint de Dieu,
Celui qui nous enlève tout esprit impur
Renouvelle-nous de l’intérieur.

Ô Jésus, Toi, le Saint de Dieu,
Celui qui nous enlève tout esprit impur
Montre-nous Ta face de lumière.

Karine

Moi en eux, et toi en moi

moi-en-eux

Évangile selon Saint-Jean, chapitre 17, de 12 à 23

Lorsque j’étais avec eux, je les gardais en ton nom que tu m’as donné. J’ai veillé et aucun d’eux ne s’est perdu, hormis le fils de perdition, afin que l’Écriture fût accomplie.
Maintenant je vais à toi, et je parle ainsi dans le monde, afin qu’ils aient en eux la plénitude de ma joie.
Je leur ai donné ta parole, et le monde les a haïs, parce qu’ils ne sont pas du monde, comme moi-même je ne suis pas du monde.
Je ne te demande pas de les ôter du monde, mais de les garder du Mauvais.
Ils ne sont pas du monde, comme moi-même je ne suis pas du monde.
Sanctifie-les dans la vérité : ta parole est vérité.
Comme tu m’as envoyé dans le monde, je les ai aussi envoyés dans le monde.
Et pour eux je me sanctifie moi-même, afin qu’ils soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité.
Je ne prie pas pour eux seulement, mais aussi pour ceux qui, grâce à leur parole, croiront en moi.
Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu’ils soient un en nous, eux aussi, afin que le monde croie que tu m’as envoyé.
Et moi, je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, afin qu’ils soient un, comme nous sommes un,
moi en eux, et toi en moi, afin qu’ils soient parfaitement un, et que le monde connaisse que tu m’as envoyé, et que tu les as aimés comme tu m’as aimé.

______

Commentaires

 

C’est tellement réconfortant savoir que quelqu’un nous aime et prend soin de nous; que quelqu’un prie pour nous et que Dieu nous aime grâce à Lui. Mais serons-nous « tous un » comme Lui l’est avec le Père? J’en doute, nous vivons dans une époque d’invidualisme tel que l’unité est difficile à atteindre.

Oh, mon Dieu! Donne-moi la sagesse de travailler pour l’unité à la place de le faire pour mon bien-être!

Rosa

 

Seigneur, merci de nous faire tiens, et de semer en nous ta vérité, et de faire de nous tes messagers, tes porteurs d’espoir. Et merci de demander à ton père de nous garder du Mauvais. Et de prier pour nous, et aussi pour ceux et celles à qui tu nous demande de porter ton message, ton amour, ta présence et ta vérité.

Nous en avons tellement besoin! Il est beaucoup plus facile d’être du monde. Et pourtant, c’est paradoxal : tout ce rejet de ta présence vient trop souvent d’un regard brouillé et de la peur, qui empêchent de voir et accueillir ce dont nous sommes tous et toutes assoiffés au plus profond (que l’on en soit conscient ou non…) : TOI, le Verbe, la Vérité et la Vie!

Solane

 

 » Je ne te demande pas de les ôter du monde mais de les garder du mauvais.  » Quand j’étais jeune j’entendais parfois dire par des parents d’un enfant turbulent : « y est pas du monde. » Surement que les parents s’inquiétaient de la conduite de l’enfant qui grandissait et comme tout bon parent, ça voulait dire être  » un » avec la famille. Tout comme on peut lire dans le texte d’aujourd’hui, l’unité  de Jésus avec son Père et moi-même. Jésus, souvent je te demande de protéger mes enfants du mauvais, aujourd’hui les occasions sont nombreuses d’aller au bout de sa liberté, mais je sais que tu es patient et plein de compassion pour chacun de nous et que nous sommes fait pour l’éternité. Père au nom de ton fils Jésus, ne nous laisse nous pas entrer en tentation mais délivre nous du mal…amen…..

Mariette

 

Je leur ai donné ta parole, et le monde les a haïs, parce qu’ils ne sont pas du monde, comme moi-même je ne suis pas du monde.
Je ne te demande pas de les ôter du monde, mais de les garder du Mauvais.
Ils ne sont pas du monde, comme moi-même je ne suis pas du monde.
Sanctifie-les dans la vérité :
ta parole est vérité.
Comme tu m’as envoyé dans le monde, je les ai aussi envoyés dans le monde.
Et pour eux je me sanctifie moi-même, afin qu’ils soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité.

Ceux-là qui se reconnaissent de Jésus-Christ – en pratique et en vérité – ne peuvent en même temps se reconnaitre et être reconnus du monde, même si envoyés dans le monde.

Il y a une incompatibilité totale entre l’esprit du monde et l’Esprit de Dieu; l’un divise pour mieux régner… et « haït » donc l’autre qui réunit pour mieux Aimer.

Impossible de recevoir l’Esprit Saint qui sanctifie dans la vérité tout en étant rempli de l’esprit du monde qui se glorifie dans le mensonge!

Michaël

Il  est question ici de la plénitude de la joie. Nous savions déjà que Jésus veut que nous ayons la vie, et la vie en abondance. Il prie maintenant pour que nous soyons sanctifiés, cela suppose qu’il a veillé sur ses amis et disciples pour qu’ils ne se perdent pas dans le monde. Mais il désire encore beaucoup plus pour eux et pour nous : la prière la plus ardente qu’il adresse au Père veut obtenir que ses disciples soient « un en nous, comme nous sommes un ».

Je me sens toute petite à côté de ce Jésus qui nous livre sa prière la plus intime. Comment peux-tu nous donner accès à ta conversation avec le Père? Comment oses-tu nous faire découvrir que ton désir le plus profond est de nous voir entrer dans le cercle qui va de toi au Père, puis de toi  à nous, dans un mouvement qui nous relie tous ensemble en toi? Laisse-moi entrer dans ce cercle, laisse-moi goûter cette joie de la comm-union. Joie qui peut guérir de toute division, surtout celle que je peux ressentir en moi-même lorsque je souffre de mes propres divisions intérieures. Oui, de la joie en plénitude, pour celles et ceux qui s’approchent de toi en quête d’un bout de pain et d’amitié au sein d’une communauté accueillante.

Ce lien intime fait d’amour et de réciprocité dans l’échange ne se referme pas sur lui-même, puisque Jésus ajoute « afin que le monde croie que tu m’as envoyé ». Il me semble que nous aurons besoin de l’Esprit pour mieux saisir cet autre désir de Jésus.

Gisèle

Nous sommes envoyés dans le monde pour révéler l’Amour du Père à travers les Écritures et notre expérience avec le Christ.  En faisant route avec Jésus,sa grâce nous sanctifie, nous fortifie afin que sa parole soit véridique pour nous et pour tous ceux et celles qui croiront en Lui. Dépouillé du vieil homme, nous devons compter sur les grâces du Seigneur, une journée à la fois, pour accomplir notre mission de propager l’Évangile et d’en témoigner par notre agir dans le monde. Ressuscité avec le Christ nous sommes devenus ses disciples et nous faisons  un avec le Père, le Fils et l’Esprit. Sous la mouvance de l’Esprit Saint nous faisons tout pour la plus grande gloire de Dieu. Cette expérience trinitaire  nous garde dans l’humilité et nous  ouvre au monde pour bâtir le royaume de justice et de paix.  Le disciple du Christ aime Dieu de tout son cœur, de toute son âme  de toute sa force et de toute sa pensée et son prochain comme Jésus nous a aimés d’un amour inconditionnel et compatissant. Le disciple du Christ demeure dans l’Amour de Dieu et connaît la paix et la plénitude de la joie que Jésus nous a promise. Notre  plénitude de  joie pour la mission vient de Dieu en Jésus.

Karine

 

En relisant depuis le début cette longue supplication de Jésus à son Père, la voix me manque tout à coup, médusée, au milieu d’un sentiment de douleur quasiment colérique. Douleur sèche.
Si Lui, Fils de Dieu dont la foi est parfaite, supplie comme un mendiant à genoux à fin que le Père nous sanctifie tous dans la vérité, d’âge en âge par une succession d’envoyés en Son Nom, comment puis-je demeurer égarée, accrochée à quelqu’idole sans nom, plutôt que d’accourir à la voix de celui qui appelle ? Quelle est cette peur de sortir du nid, de prendre le risque d’avoir à ouvrir mes ailes ? Pourquoi choisir moins de vie au lieu de plus de vie? Quel bandeau sur mes yeux, quelles mains sur mes oreilles, quel interdit de croire à la « plénitude de la joie » ? Quel refus obstiné d’ouvrir les mains ? Qui me fixe au sol et me dit « tu ne sortiras pas d’ici », chez toi ? Et qui vaincra celui-là si ce n’est justement le Fils dont le royaume n’a pas de fin et qui ouvre la porte à celui qui frappe ?
Alors la douleur sèche s’ouvre aux larmes porteuses de joie. Qui voudra garder sa vie la perdra.
N’oublie pas cela, « ô mon âme », « Quel que soit l’état dans lequel tu viens frapper à la porte du royaume, le portier ouvrira sauf, bien sûr, s’il s’agit d’une imposture. L’imposteur est démuni du don de frapper à la porte.

Pierrette

 

« Ils ne sont pas du monde, comme moi-même je ne suis pas du monde. »

« Comme tu m’as envoyé dans le monde, je les ai aussi envoyés dans le monde. »

En résumé, ces deux phrases semblent dire que tout en étant (envoyés) dans le monde, Jésus et ses disciples ne sont pas du monde.

Mais de quel « monde » Jésus parle-t-il?

Selon la définition commune, le monde est un «ensemble des choses et êtres créés»

Selon l’étymologie latine, mundus signifie « ce qui est arrangé, net, pur ». On pourrait donc dire que ce qui a été créé, arrangé et ordonné par Dieu est net et pur, ainsi que Lui-même l’a signifié au moment de la création, avant la chute de l’homme. Dans la genèse, Dieu, à chaque étape de la création de l’univers, « vit que cela était bon ».

Le monde dont parle Jésus semble plutôt être le monde altéré par l’égarement de la conscience humaine, soumis au péché et à la mort.

Si l’être humain n’a d’autre guide que sa propre volonté, dirigée par ses propres aspirations et insécurités, il crée un monde fermé, chuté, qui tire à sa propre fin. Par extension, le monde dont parle Jésus semble aussi être le monde social, construit de toutes pièces selon la logique humaine, et celui encore plus superficiel de la mondanité et du pharisaïsme. C’est de manière plus manifeste ce monde qui « les a haïs, parce qu’ils ne sont pas du monde ».

Il apparait une fois de plus que c’est suite au détournement de la raison d’être première de l’être humain que le monde net et pur devient « immonde », « un trou nauséabond relié qui conduit à l’enfer » selon un autre sens attribué au mot latin mundus.

Nous sommes manifestement toutes et tous issus de ce monde chuté, gouverné par le Prince de ce monde, jusqu’à ce que Jésus nous fasse renaître en l’esprit, nous libérant de l’emprise de ce monde et nous ramenant à notre vocation première.

Jésus nous garde dans le nom que le Père lui a donné « Dieu sauve », et de par ce nom aucun de ceux qui lui sont donnés ne sont perdus. Par son intercession il ne cesse de nous sauver à chaque seconde, à chaque pas, étant en nous comme le Père est en lui.

                                                                                                                               Nénuphar

 

______

Pour télédécharger le fichier PDF afin d’agrandir les caractères, de le partager à d’autres, de le sauvegarder ou de l’imprimer, cliquer le lien ci-dessous :

140518-moi-en-eux

Prenez confiance, j’ai vaincu le monde

je-vous-parlerai-1200

Évangile selon Saint-Jean, chapitre 16, de 24 à 33

Jusqu’à présent vous n’avez rien demandé en mon nom; demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit parfaite.
En disant cela, je vous ai parlé en images. L’heure vient où je vous parlerai sans images, et vous annoncerai ouvertement ce qui concerne le Père.
Ce jour-là, vous demanderez en mon nom, et je ne vous dis point que je prierai le Père pour vous,
car le Père lui-même vous aime,
parce que vous m’avez aimé et vous avez cru que c’est de Dieu que je suis sorti.
Je suis sorti du Père, et je suis venu dans le monde; maintenant je quitte le monde et je vais au Père. »
Ses disciples lui disent : « Voici que tu parles ouvertement et non plus en images.
Maintenant nous savons que tu sais toutes choses, et tu n’as pas besoin qu’on t’interroge : voilà pourquoi nous croyons que tu es sorti de Dieu. »
Jésus leur répondit : « Vous croyez à présent… »
Voici que l’heure vient, et déjà elle est venue, où vous serez dispersés, chacun de son côté, et vous me laisserez seul; pourtant je ne suis pas seul, parce que le Père est avec moi.
Je vous ai dit ces choses, afin que vous ayez la paix en moi. Vous avez des tribulations dans le monde, mais prenez confiance, j’ai vaincu le monde.

______

 

Commentaires

 

Tôt ou tard, dans notre vie, nous vivrons la solitude.  Comme Jésus, nous dirons: « Vous me laisserez seul.«   L’abandon, surtout de la part de nos intimes, est probablement l’une des plus grandes souffrances.  Or, comment la vivre?  Jésus nous en donne le secret: la certitude que le Père est avec lui, avec nous.  Son secret, il nous le livre parce qu’il veut que nous ayons la paix.
Toi, le Christ, aide-moi à vivre en ta présence,
toi le compagnon de nos routes.

Fernande

 

 » Jusqu’a présent vous n’avez rien demandé en mon nom «  mais voyons donc, je passe mon temps à t’implorer Seigneur Jésus, j’en deviens surement exaspérante, mais voilà que  je viens de réaliser que je m’adresse toujours à Jésus directement et non au Père en son nom,  va falloir modifier mes formules de prières. Toi Jésus, tu as tous les outils nécessaires avec ta relation au Père, mais moi je suis tellement préoccupée à ce que mes prières soient exaucées (demandez et vous recevrez) que j’en oublie la direction. Père je t’en prie, au nom de Jésus, donne moi la grâce d’accepter que mes demandes se réalisent que pour mon bien …

Mariette

 

« Je vous ai dit ces choses, afin que vous ayez la paix en moi. Vous avez des tribulations dans le monde, mais prenez confiance, j’ai vaincu le monde. »

Seigneur, les tribulations dans le monde sont parfois si fortes!! Celles du monde extérieur, qui peut sembler lointain, loin de nous. Et pourtant, combien notre, mon monde intérieur peut être fragile et prêt à chambouler à la moindre vague, à s’écrouler tel un château de cartes au premier coup de vent.

Ce qui me rappelle l’histoire des trois petits cochons. Et surtout la parabole de l’Évangile où Jésus dit que celui qui écoute ce qu’il nous dit et le met en pratique est comme celui qui construit sa maison sur le roc. La pluie, les tempêtes les tremblements de terre, rien n’arrive à jeter la maison par terre.

Jusqu’à présent vous n’avez rien demandé en mon nom; demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit parfaite.

Seigneur, de tout cœur je te demande de m’aider de nous aider à construire notre maison, nos vies sur ton roc. Pour que jamais plus les tribulations du monde ne viennent nous ébranler, et nous faire nous écrouler. Mais que notre monde, notre demeure puisse devenir ta maison. Qu’elle puisse être empreinte de ta présence, et aussi être un refuge pour tous ceux et celle qui sont ébranlés par les tribulations, et qui ont soif de ta paix. Et pour que notre joie soit parfaite.

Solane

 

Les disciples de Jésus lui disent : « Voici que tu parles ouvertement et non plus en images. Maintenant nous savons que tu sais toutes choses, et tu n’as pas besoin qu’on t’interroge : voilà pourquoi nous croyons que tu es sorti de Dieu. » Jésus leur répondit : « Vous croyez à présent… »

Oui, nous croyons. Mais nous, Seigneur, nous avons besoin de t’interroger. C’est du moins mon cas, car si je ne fais pas l’effort de te poser une question ou une demande adaptée à mon indigence, ce que tu sèmes est vite dispersé. Mon interrogation est comme un petit entonnoir adapté au conduit de mon oreille.  C’est alors que, ne fut-ce qu’un seul mot venu de Toi, a des chances d’entrer dans mon cœur et de lui rendre la fertilité perdue « afin que ma joie soit parfaite », comme est parfaite la joie de tous ceux qui demandent en ton nom.

Et le fil du verbe aimer, Seigneur, que tu tisses sans fin sur la trame de la vérité, ne nous permet pas de le pervertir en le tissant sur nos « menteries ».  Ainsi, lorsque tu dis «  le Père lui-même vous aime, parce que vous m’avez aimé et vous avez cru que c’est de Dieu que je suis sorti », nous ne te ferons pas mentiret, même dispersés, nous serons rappelés à ton unique commandement.

« prenez confiance, j’ai vaincu le monde », que ce mystère nous soit révélé selon nos capacités. L’as-tu déjà vaincu en et pour chacun de nous, pécheurs ? Toute notre vigilance doit-elle être en « prenez confiance » :  laissez-moi agir, vous déranger, vous unir à moi en toutes choses, mangez-moi ?

Plus tu me déconcertes et plus je t’aime.

Pierrette

 

Seigneur, tu nous dis de demander en ton nom, afin que notre joie soit parfaite… et tu nous dis aussi de prendre confiance face aux tribulations dans le monde, parce que tu as vaincu le monde.

Alors en ton nom, Jésus, je demande que je puisse te donner toute ma confiance!

Moi qui suis né sous le signe de la peur, avec une nature désordonnée, une âme divisée dans une humanité déchirée… je demande de garder confiance en ton amour.

Ton amour, je sais que tu nous le donnes sans cesse, mais je sais aussi que sans notre confiance inconditionnelle, ton amour ne peut agir; il est comme prisonnier de nos remparts, enchainé par nos méfiances et autres défiances.

Michaël

 

Voyant son heure arrivée, Jésus essaie de préparer ses disciples à cette période de turbulence qui va bouleverser leur vie et mettre leur foi à l’épreuve. Son message se fait rassurant. Il leur dit quoi faire pour passer à travers ces tribulations à venir. En tout premier lieu, Il leur dit : « demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit parfaite. »  En d’autres mots, ayez une attitude d’abandon, de confiance envers Dieu parce qu’Il vous aime comme un père  qui prend soin de ses enfants. Il ne vous laissera jamais seul. Ne vous inquiétez pas, demandez en mon nom parce que vous m’avez aimé et avez cru que c’est de Dieu que je suis sorti. Pour que votre joie soit parfaite, ayez un regard de foi. Soyez comme un enfant qui attend tout de son père et qui sait qu’il est en sécurité malgré les grandes bourrasques de la vie parce qu’il est toujours là, présent, tout proche dans le quotidien de sa vie. Deuxièmement, Jésus leur dit : «  prenez confiance, j’ai vaincu le monde. » Ne vous découragez pas car j’ai vaincu le monde.  Jésus n’a pas vaincu le monde par les armes ni avec un esprit vengeur mais il a vaincu le monde avec un esprit libérateur, un esprit d’amour. Il a vaincu le monde parce qu’Il ne s’est pas laissé tenter par l’esprit du monde qui voulait l’enfermer dans les limites du pouvoir, de l’avoir et de la gloire. Il était un homme libre intérieurement. Sa nourriture était de faire la volonté de Celui qui l’a envoyé et de révéler son amour et sa compassion à tous les êtres humains. De toute son existence Il s’est effacé pour glorifier son Père. Finalement, Jésus dit à ses disciples : « Je vous ai dit ces choses, afin que vous ayez la paix en moi. »  Pour passer à travers les tribulations de la vie, il faut miser sur le Seigneur. C’est Lui qui donne la Paix, une paix et une joie que le monde ne peut donner.

 

Mon Seigneur et mon Dieu,

Je m’abandonne à Toi.

Fais que je Te voie Seigneur et augmente ma foi.

Habite mes moments de solitude et de tribulations.

Garde ma main dans ta main et

Conduis-moi dans les sentiers qui mènent à Toi.

Donne-moi la sécurité et la liberté intérieure

Que Toi seul peut donner.

Habille-moi de Ta lumière, de Ta paix et de Ta joie.

Karine

 

Quel testament d’amour! Existe-t-il un plus beau legs de confiance que celui-ci? Jésus remet, à ses disciples devenus ses amis intimes, le présent de tout ce qu’il a : sa relation d’amour unique avec Dieu le Père. Comme Jésus est dans le Père et le Père est en Lui, Jésus offre à qui lui ouvre son cœur, cette même communion intime, lui étant en nous, et nous étant en lui.

Dieu le Père, comme tout père aimant, du plus loin de la création, a toujours cherché à tendre discrètement la main à ses enfants égarés ou en révolte.

Notre Créateur paternel a certainement inventé, au travers du don de ce Fils qu’il a directement engendré de son Verbe au travers de la Toute comblée de grâces, l’un des plus lumineux et respectueux stratagème d’amour qui ait jamais été conçu.

Loin de s’imposer, loin de nous forcer la main ou de chercher à nous corriger, avec le Fils qu’il nous envoie pour ramener l’ensemble de ses enfants égarés  à son infinie tendresse, Dieu nous décline le verbe Aimer de mille et une façons.

Jamais  notre cœur endurci n’a été interpellé aussi directement et avec autant de douceur par Notre Créateur. C’est comme s’il disait à chacun d’entre-nous : « Vois, une première fois, je t’ai tout donné, la vie, la conscience, ainsi que toute la création que j’ai mise à tes pieds. Et maintenant, alors que tu persistes à m’ignorer et à me tourner le dos depuis si longtemps, je te donne à nouveau tout, je t’offre ce qui m’est le plus précieux, je m’incarne moi-même au travers de mon Fils, en mon propre Verbe Aimer, dans le monde visible parmi tes semblables, afin que tu puisses toi-même le voir, l’entendre, le toucher le reconnaître et l’aimer. Et je vais jusqu’au bout de Mon Amour fait chair, afin que cette offrande complète  et sans conditions de ma Présence ne se démentisse pas, même après les pires sévices et insultes, même après les fuites et reniements, même après les pertes de foi et les égarements, je suis encore là, pour toi : demande en mon nom, et tu recevras.

Comprends : je t’ai nourri à mon sein, de mon lait maternel et maternant, je t’ai nourri en douceur d’images pour que tes yeux et ton cœur puissent s’ouvrir progressivement à la Véritable Vie, et maintenant que tu as grandi dans la foi et l’amour, je te donne ma Véritable Nourriture, Celle de la communion directe à mon corps et à mon sang, ainsi tu seras un avec mon Fils et Moi-même, comme mon Fils ne fait qu’un avec Moi et le Saint-Esprit! »

Nénuphar

______

Pour télédécharger le fichier PDF afin d’agrandir les caractères, de le partager à d’autres, de le sauvegarder ou de l’imprimer, cliquer le lien ci-dessous :

140505-le vous-parlerai-sans-images

Vous vous lamenterez

vous-vous-lamenterez

Évangile selon Saint-Jean, chapitre 16, de 16 à 23

Encore un peu de temps, et vous ne me verrez plus; et encore un peu de temps, et vous me verrez. »
Quelques-uns de ses disciples se dirent entre eux : « Qu’est-ce qu’il nous dit là :
Encore un peu de temps, et vous ne me verrez plus; et encore un peu de temps, et vous me verrez, et puis : “Je m’en vais auprès du Père” ? »
Ils disaient : «  Que signifie cet « encore un peu de temps »? Nous ne savons ce qu’il veut dire. »
Jésus connut qu’ils voulaient l’interroger et leur dit : « Vous vous questionnez entre vous sur ce que j’ai dit :
Encore un peu de temps et vous ne me verrez plus; et encore un peu de temps, et vous me verrez.
En vérité, en vérité, je vous le dis, vous pleurerez et vous vous lamenterez, tandis que le monde se réjouira; vous serez affligés, mais votre affliction se changera en joie.
La femme, lorsqu’elle enfante, est dans la souffrance parce que son heure est venue. Mais lorsqu’elle a donné le jour à l’enfant, elle ne se souvient plus de ses douleurs, dans la joie qu’elle a de ce qu’un homme est né dans le monde.
Vous aussi, vous êtes maintenant dans l’affliction; mais je vous reverrai, et votre cœur se réjouira, et nul ne vous ravira votre joie.
En ce jour-là, vous ne m’interrogerez plus sur rien. En vérité, en vérité je vous le dis, tout ce que vous demanderez à mon Père, il vous le donnera en mon nom.

______

Commentaires

« Encore un peu de temps vous me verrez et encore un peu de temps vous ne me verrez plus« ….  Seigneur c’est comme si tu voulais jouer à la cachette avec moi. Je ressens l’intensité de ta présence et soudain plus rien, une douleur s’empare de moi, tel un accouchement,  je m’inquiète, reviendra-t-il dans la joie d’une naissance qui fait grandir mon âme dans la sérénité et la vérité, avec la promesse que nul ne ravira ta présence Seigneur?….

Mariette 

 

« Tout ce que vous demanderez à mon Père, il vous le donnera en mon nom. » Est-ce que tu crois cela mon âme? Crois-tu cela que cet homme venant de Dieu et entièrement donné à Dieu a réparé par le don de son propre corps, de sa propre vie, ce lien brisé de filiation à notre propre Père? Crois-tu cela que par la grâce de son seul nom, ta propre demande et celle du Père se trouvent à nouveau réunies, en un même amour, en une même volonté?

Nénuphar

 

« Encore un peu de temps, et vous ne me verrez plus; et encore un peu de temps, et vous me verrez. »
Cette annonce,faite par Jésus à ses disciples avant sa mort sur la croix, ne la vivons-nous pas sans cesse au long de nos vies de pécheurs?

Combien de fois l’affamé que je suis n’a-t-il pas préféré libérer Barrabas et laissé crucifier, disparaître Jésus ?
Combien de fois Jésus n’est-il pas revenu vers l’affamé que je suis pour m’offrir l’amour passionné de la croix ?

« Vous serez affligés, mais votre affliction se changera en joie »

Combien de fois, avant d’être affligé, ai-je reculé, fermé les yeux et les oreilles devant la Passion de Jésus ?
Combien de fois pourtant, m’a-t-il fait goûter à sa joie ?

Que le brigandage de Barrabas perde son panache, son attrait, sa séduction.
Que nos yeux s’ouvrent sur la paix qu’offre la croix.

Pierrette

 

« Nul ne ravira votre joie. En ce jour-là, vous ne m’interrogerez plus sur rien. » En effet, quand le Seigneur se fait Présence en notre cœur et dans notre vie, nous connaissons une paix et une joie profonde. Nul ne peut ravir notre joie parce que nous avons l’assurance qu’Il est toujours avec nous même dans nos moments de sécheresse et de grande tempête. Nous devenons adultes dans la foi. Nous ne posons plus de questions qui suscitent un débat intellectuel parce que nous expérimentons sa Présence de l’intérieur. Notre joie ne dépend plus de gratifications extérieures, de ce que nous possédons ou de notre statut social. Jésus nous dit : «Je vous reverrai, et votre cœur se réjouira, et nul ne ravira votre joie ».  Cette  promesse est véridique et devient une réalité dans notre vie quand nous faisons la rencontre avec Jésus, le Christ Ressuscité. La grâce de Sa rencontre  transforme toute notre vie. Il nous  fait goûter à l’unification de tout notre être avec l’univers entier. Il nous  rassasie de son Amour et nous fait connaître une nouvelle liberté intérieure. Jésus est vraiment ressuscité et bien vivant en nous et dans notre monde. L’Esprit du Seigneur nous conduit quand nous faisons appel à lui et nous savons intuitivement comment répondre à des situations qui, autrefois, nous engageraient vers des chemins ténébreux. Ressuscité avec le Christ nous devenons des enfants de lumière.

Karine

 

Je suis incontestablement de ceux qui aimeraient que l’enfantement ne se fasse pas nécessairement dans la souffrance… non seulement pour la première naissance, mais aussi pour la deuxième, celle-là où il nous faut renaitre de l’Eau et de l’Esprit.

Cela dit…

Je reconnais cette  « chute »  qui me fait verser – ou plutôt m’inverser – dans le gouffre de l’égocentrisme, trou noir sans fond qui absorbe et consomme sans cesse, à jamais insatisfait.

Je reconnais qu’en cet affaissement en soi-même, il est impossible d’en sortir par soi-même.

Je reconnais que, séparé du Dieu Vivant, il n’y a plus que survie dans la peur de perdre et de se perdre.

Je reconnais que je ne peux être sauvé de mon enfermement sans l’Incarnation – et donc la Croix – de Celui qui prend corps dans notre humanité effondrée.

Je reconnais que notre retournement entre les bras de l’Amour Vivant ne peut s’actualiser sans renoncement au petit moi qui se veut pour lui-même en tant qu’entité séparée… en tant que sarment séparé de la vigne. Et c’est précisément là que les douleurs de l’enfantement se logent. Les contractions sont à la mesure de nos résistances, réticences, attachements…

Comme le dit très bien Joseph Ratzinger dans son livre L’enfance de Jésus :

« Dieu est amour. Mais l’amour peut être haï, quand il exige que l’on sorte de soi-même pour aller au-delà de soi. L’amour n’est pas une sensation romantique de bien-être. La rédemption n’est pas wellness, un bain d’auto-complaisance, mais une libération de l’être compressé dans son propre moi. Cette libération a pour prix la souffrance de la Croix. »

Ô mon Dieu, je t’en prie, libère-nous de l’emprise de la peur de perdre cela même qui nous fait nous perdre! Que Ton Amour qui ouvre et dé-couvre nous libère de cette peur qui ferme et enferme! Que par le mystère de Ta Trinité bénie, chaque personne réalise dans la foi que c’est en se donnant inconditionnellement que, loin de se perdre, chacun se retrouve pleinement en son unicité irremplaçable et éternelle. Amen

Michaël

______

Pour télédécharger le fichier PDF afin d’agrandir les caractères, de le partager à d’autres, de le sauvegarder ou de l’imprimer, cliquer le lien ci-dessous :

140427-vous-vous-lamenterez

Je vous l’enverrai

je-vous-l-enverrai

Illustration inspirée d’une peinture de Duccio di Buoninsegna

Évangile selon Saint-Jean, chapitre 16, de 1 à 15

Je vous ai dit ces choses, afin que vous ne soyez pas scandalisés.
On vous exclura des synagogues. Bien plus, l’heure vient où quiconque vous fera mourir croira faire à Dieu un sacrifice agréable.
Et ils agiront ainsi, parce qu’ils n’ont connu ni mon Père, ni moi.
Mais je vous ai dit cela afin que, lorsque l’heure sera venue, vous vous souveniez que je vous l’ai annoncé. Je ne vous l’ai pas dit dès le commencement, parce que j’étais avec vous.
Je m’en vais maintenant auprès de Celui qui m’a envoyé, et aucun de vous ne me demande : “Où vas-tu ?”
Mais parce que je vous ai dit cela, la tristesse a rempli votre cœur.
Cependant je vous dis la vérité : il vaut mieux pour vous que je m’en aille, car, si je ne m’en vais pas, le Paraclet ne viendra pas en vous; mais si je m’en vais, je vous l’enverrai.
Et quand il sera venu, il confondra le monde en matière de péché, de justice et de jugement:
En matière de péché, puisqu’on ne croit pas en moi.
En matière de justice, puisque je m’en vais auprès du Père, et que vous ne me verrez plus.
En matière de jugement, puisque le prince de ce monde est déjà jugé. 
J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez les porter à présent. 
Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière. Car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir.
Lui me glorifiera, car il recevra ce qui vient de moi, et il vous l’annoncera.
Tout ce qu’a le Père est à moi. C’est pourquoi j’ai dit qu’il recevra ce qui vient de moi, et qu’il vous l’annoncera.

______

Commentaires

Seigneur, j’ai lu ce texte à plusieurs reprises, mais rien ne  se présente clairement, le Paraclet semble lui aussi impuissant devant ma page blanche …., je retourne au texte…  toujours rien. Il est dit « l’Esprit de vérité vous conduira dans la vérité tout entière« , donc  j’attends cette grâce  avec impatience…

Mariette

« J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez les porter à présent. » Seigneur, tu es comme une mère attentive pour nous, d’une infinie patience. Jamais tu ne nous écrases, jamais tu ne nous forces. Faisant un avec Dieu, tu connais toute l’immensité et les mystères de l’univers, et pourtant tu n’as jamais cherché à faire de nous des connaissants. Tu nous as préférés petits, simples et aimants, semant juste ce qu’il faut en nos cœurs pour que ceux-ci bourgeonnent, fleurissent, portent fruits et sèment ta joie à tout vent.

Nénuphar

Oh! oui , Seigneur, délivre-nous de l’ignorance, voire de la mécréance, en envoyant vers nous le Paraclet. Écrasés sous les décombres des savoirs profanes qui s’écroulent sans cesse, bientôt nous serons séduits par tes persécuteurs. Alors, à notre tour, nous ne verrons plus l’amour qui est dans les cieux et nous n’aurons plus d’oreille pour entendre son messager.
Oui, envoie-nous Celui qui agit dans le coeur de l’homme et rend-lui la lumière perdue, celle qui met le Mal en fuite.
Oui, par l’Esprit de vérité, étanche notre soif infinie et fait de nous des messagers prêts à prendre sur eux la dérision ou la persécution.
Peut-être vaut-il mieux que je parle au singulier pour appeler la guérison sur mon âme abîmée mais quel mal peut-il advenir si chacun de nous l’appelle pour tous ?
Oui, que l’Esprit de justice réordonne le chaos de nos âmes et les rendent invulnérables aux suggestions du Prince de ce monde, le séducteur. Car c’est d’âme à âme que, finalement, il dirige la foule contre Toi, Seigneur.

Grâce te soit rendue de nous avoir donné Marie pour mère car c’est au sein de sa virginité et en ses mains que nous supportons la révélation de notre indignité et la purification qu’elle demande

 Pierrette

« Cependant je vous dis la vérité : il vaut mieux pour vous que je m’en aille, car, si je ne m’en vais pas, le Paraclet ne viendra pas en vous; mais si je m’en vais, je vous l’enverrai. »

Pourquoi est-ce qu’il vaut mieux que Jésus s’en aille… et qu’il nous envoie le Paraclet?

Je crois bien que c’est la seule façon que nous réalisions réellement en nous-mêmes notre nature d’enfant de Dieu. Tant que Jésus-Christ rayonne dans notre monde extérieur,  dans l’espace et le temps, nous ne pouvons véritablement actualiser Son Amour Transfigurateur en nous-mêmes… tandis que l’Esprit Saint qu’Il envoie nous vient par l’intérieur pour révéler et réaliser l’Amour Christique en nous.

L’Amour nous veut libre,  Il nous veut enfant héritier à part entière… et non seulement marionnettes forcées d’accomplir  sa volonté ou  papillons de nuit irrésistiblement aimantés sur sa lumière. Pour cela, son œuvre est appelée à s’accomplir en nous, par nous, avec nous et pour nous… ce qui par ailleurs nous est possible que du moment que nous œuvrions par Lui, avec Lui et en Lui.

De la même manière que Dieu a demandé à Marie, une fois pour toute et pour tous, d’Incarner Son Amour dans l’histoire, le temps, l’espace et la matière, Il demande maintenant à chacun de nous – en Marie, par elle, avec elle et pour elle – d’actualiser sans cesse l’incarnation de Son Amour, et pour cela il faut qu’Il nous envoie Son Esprit comme Il l’a envoyé à Marie.

Dieu nous veut  participant, en toute conscience,  à Sa Divine Trinité. Pour cela, le Père nous envoie le Fils qui descend au plus creux de nos cristallisations… épousant notre condition humaine jusque dans notre mort, avant de remonter vers le Père, nous reliant ainsi nous-mêmes au Père, nous guérissant de toute séparation, puis Il nous envoie L’Esprit Saint afin de nous inclure dans la circulation d’Amour Éternelle de Sa Divine Trinité.

Michaël

L’Esprit de vérité vous conduira dans la vérité tout entière. En effet, il nous donne une nouvelle connaissance sur Dieu. Il fait tomber le voile de nos yeux pour que nous puissions voir dérouler, en toute honnêteté, le film de notre vie qui est rempli de nous-mêmes, de déni, de mensonge, de fausseté, de contradiction,  de ruse, de colère, d’envie, de jalousie, de haine et d’amertume. L’Esprit de vérité nous secoue intérieurement pour nous faire confesser notre rupture à Dieu, nos manquements à l’Amour et implorer le pardon du Seigneur. Il  nous fait crier : Abba, Père. Il nous fait  voir Jésus, la Lumière du monde, et ressentir l’Amour  et la miséricorde du Père.  Il nous fait prendre conscience que nous sommes tous membre d’une même famille et ne faisons qu’UN  avec le Père, le Fils et l’Esprit et aussi avec tout l’Univers visible et invisible.  L’Esprit de vérité nous  transforme de l’intérieur et nous fait voir le monde avec des yeux tout neuf. Il nous fait voir la beauté de la création et  reconnaître que nous sommes créés à l’image et à la ressemblance de Dieu. L’Esprit de vérité nous garde dans l’humilité et nous remplit de compassion et de bonté.  Il nous comble de  paix, de joie et d’amour et nous habille du manteau de Service.  L’Esprit de vérité nous révèle les mystères divins et nous annonce les choses à venir.

Ô Esprit de vérité,
Conduis-moi à Jésus pour la gloire du Père.
Ouvre mon cœur à  Sa Parole de Vie.

Esprit de vérité,
Viens éveiller en moi l’intelligence et l’écoute du cœur.
Transforme-moi de l’intérieur pour que j’annonce la Bonne Nouvelle.

Esprit de vérité,
Guide-moi sur les pas de Jésus et éclaire-moi en tout temps.
Garde moi dans l’humilité et revêt-moi du manteau de Service.

Esprit de vérité,
Viens raffermir mon identité de fille/fils de Dieu.
Fais-moi toucher mon humanité pour que je sois un porteur de lumière.
Renouvelle et illumine la face de notre monde.

Karine

______

Pour télédécharger le fichier PDF afin d’agrandir les caractères, de le partager à d’autres, de le sauvegarder ou de l’imprimer, cliquer le lien ci-dessous :

140422-je-vous-l-enverrai