Archives du mot-clé fils

Tous ceux que vous rencontrerez, invitez-les au repas de noce

parabole-invites-noces

Pour les enfants

Certaines paroisses impriment le dessin de la semaine et invitent les enfants à le colorier. Cette semaine, nous avons expressément créé un dessin à leur intention pour illustrer la parabole des invités à la noce. Utilisez le fichier pdf des contours en noir et blanc disponible à la fin de l’article pour l’imprimer.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 22,1-14. 

Jésus disait en paraboles :
« Le Royaume des cieux est comparable à un roi qui célébrait les noces de son fils. 
Il envoya ses serviteurs pour appeler à la noce les invités, mais ceux-ci ne voulaient pas venir. 
Il envoya encore d’autres serviteurs dire aux invités : ‘Voilà : mon repas est prêt, mes bœufs et mes bêtes grasses sont égorgés ; tout est prêt : venez au repas de noce. ‘
Mais ils n’en tinrent aucun compte et s’en allèrent, l’un à son champ, l’autre à son commerce ; 
les autres empoignèrent les serviteurs, les maltraitèrent et les tuèrent. 
Le roi se mit en colère, il envoya ses troupes, fit périr les meurtriers et brûla leur ville. 
Alors il dit à ses serviteurs : ‘Le repas de noce est prêt, mais les invités n’en étaient pas dignes. 
Allez donc aux croisées des chemins : tous ceux que vous rencontrerez, invitez-les au repas de noce. ‘
Les serviteurs allèrent sur les chemins, rassemblèrent tous ceux qu’ils rencontrèrent, les mauvais comme les bons, et la salle de noce fut remplie de convives. 
Le roi entra pour voir les convives. Il vit un homme qui ne portait pas le vêtement de noce, 
et lui dit : ‘Mon ami, comment es-tu entré ici, sans avoir le vêtement de noce ? ‘ L’autre garda le silence. 
Alors le roi dit aux serviteurs : ‘Jetez-le, pieds et poings liés, dehors dans les ténèbres ; là il y aura des pleurs et des grincements de dents. ‘
Certes, la multitude des hommes est appelée, mais les élus sont peu nombreux. » 

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible – © AELF, Paris

______

COMMENTAIRES

Le Père nous invite au repas de noces, à cette intimité avec Jésus dont l’amour seul peut combler notre soif d’aimer. Qui que nous soyons, les mauvais comme les bons, l’AMOUR nous attend.  Et si notre vocation était d’aller aux croisées des chemins, rappeler à tous ceux que nous rencontrons, l’AMOUR qui les attend au dedans.

Fernande

Dans cette parabole des invités au repas de noces, la grande majorité d’entre nous avons été touchés, frappés, ou à tout le moins intrigués, par l’histoire de l’homme qui ne portait pas le vêtement de noce. Les commentaires suivant livrent une belle réflexion de l’ensemble des participants sur le  même sujet.
À lire!

4-demande-amitie

…Et lui dit : ‘Mon ami, comment es-tu entré ici, sans avoir le vêtement de noce ? ‘ L’autre garda le silence.

Face à la demande d’amitié du Seigneur, qu’elle est ma réponse?  Es-ce que je garde le silence,  ou si je suis prêt à entrer en dialogue avec Lui?  Comment entrer dans la noce, sans nous laisser revêtir dans un cœur à cœur, sans communion, sans relation d’amitié avec Lui?

Sylvie

Ce texte aux premiers abords semble dur. Mais moi j’y vois là une incitation à revoir les manières dont je réponds à des invitations. Est-ce que j’y vais parce que je ne peux faire autrement? Est-ce que j’y vais sans me préparer pour (en guenilles) le cœur en lambeaux? Est-ce que j’ai à cœur de répondre à une invitation en tenant compte de la personne qui invite. En respectant sa culture, ses manières de faire, ses attentes  de m’avoir gentiment invitée?

Jocelyne

4-depouille-de-tout

   » Voila mon repas est prêt nous dit le roi  « les invitations se font mais personnes n’a le temps d’y aller. Moi aussi je suis  tellement occupé, que souvent je décline des invitations parce que ma salle intérieure est occupée avec des passants de rue, mauvais ou bons peu importe, ils s’en trouvent aussi qui ne sont pas digne…Mais moi, suis-je digne de m’approcher au repas offert par le Roi ? C’est évident qu’il n’y avait aucun d’entre eux vêtu convenablement pour le repas de noce, comment se fait-il que celui qui était sans vêtement de noce aie été sorti violemment? Est-ce de la même violence que nous  sortons  Jésus de notre vie, des salles publiques, sans égard à ce qu’il est?  J’ai vraiment  de la difficulté à comprendre le message, comment faut-il que je sois vêtu pour être admise à la noce, faut-il être dépouillé de tout…tout…tout, ai-je bien saisi? Seigneur donne- moi un vêtement qui t’appartient, je le porterai avec amour…!

Mariette     

4-volontaires-peu-nombreux

!!! Le déroulement de cette parabole apparait clair et logique jusqu’à l’apparition de « l’homme qui ne portait pas le vêtement de noce » et qui, interrogé, garde le silence.
Qui est-il ? Il ne fait pas partie des nantis, premiers invités qui, attachés à leurs pouvoirs et à leurs biens, s’imaginent indépendants de leur roi; ni des envieux qui maltraitent les serviteurs, ni de la masse des derniers invités reconnaissants et vêtus de l’habit de noce.
Il est l’imposture qui a fait un pas de trop : dans le royaume ses proies sont hors de sa portée, elle ne fait plus illusion, « les pleurs et les grincements de dents » l’attendent ! ? Sous l’imposture démasquée, y a-t-il encore quelqu’un pour grincer des dents et pleurer ?

« Certes, la multitude des hommes est appelée, mais les élus sont peu nombreux. » Est-ce dire que les volontaires sont peu nombreux ?

Pierrette

4-et-si-j-osais

Qui donc, n’aurait pas le goût d’aller au repas de noces ?

Sommes-nous à ce point préoccupé, et stressés et perdus dans nos préoccupations, nos peurs et nos pensées, que nous avons même oublié l’essentiel, et même le goût de joindre la fête, de participer à la Joie des époux ?

Comment puis-je passer tout à côté, perdue que je suis, hantée par mes pensées, peur et désirs, par le passé, le futur, et tout le brouhaha du quotidien ?

Et si je me réveille, et que je me rends à la noce, quel est ce vêtement que je n’ai pas revêtu ? Seraient-ce toutes ces préoccupations que j’ai emportées, incapable de m’en séparer le temps de la fête, par peur qu’elles ne disparaissent, qu’elles se résolvent d’elles-mêmes, à leur façon, ou simplement, par peur de perdre le contrôle ?

Et si j’osais le vêtement blanc tout simple ?  Si j’osais dire oui, Seigneur, je veux venir au repas de noces, et laisser à la porte tous mes bijoux, toutes ces parures qui m’encombrent tant, pour me revêtir de l’essentiel, et prendre part à Ta Joie, et la laisser m’emplir le cœur et me nourrir !

Merci Seigneur de m’aider à tout t’abandonner ce qui m’encombre et prendre part à ton festin.

Solane

4-pas-entre-deux

Comme dans cette parabole, je reconnais malheureusement que moi aussi je donne priorité à toutes sortes de choses qui m’empêchent trop souvent de répondre à l’invitation de participer aux noces divines.

Et lorsque j’y réponds, j’ai bien peur d’être comme l’homme qui ne porte pas l’habit de noce, en ce sens que je me retrouve là comme en étant ailleurs, ni vraiment présent, ni vraiment recueilli, vêtu de tous mes vieux vêtements habituels –  tissés de mes divisions – plutôt que du vêtement de noce de l’union avec le Fils, de la communion à Son Corps Glorieux.

Et que répondre à Celui qui m’appelle « mon ami » en me demandant  comment es-tu entré ici, sans avoir le vêtement de noce?  …puisque n’étant à l’écoute que de moi-même, je ne L’entends tout simplement pas.

Alors oui, je me retrouve aussitôt pieds et poings liés, dehors dans les ténèbres… non parce que Dieu me punit en me fermant sa porte, mais parce que moi-même je n’entre pas vraiment. Or il n’y a pas d’entre-deux : ou je lui donne mon cœur et ma vie et donc je suis enfin libéré, délié, paré de mon habit de noce pour m’unir à Lui, ou je ferme la porte à Son Amour… et à la vraie liberté. C’est l’un ou c’est l’autre!

Les noces se font en totale conscience, présence et liberté… ou ne se font pas. Je ne peux m’unir à Lui inconsciemment, comme malgré moi.

Ce n’est ni le mérite ni aucune autre de nos qualités qui font que nous sommes partie intégrante de la noce… mais c’est notre oui, entier, authentique et fidèle.

Il y a ceux qui refusent carrément l’invitation et il y a ceux qui, à la croisée des chemins, entrent dans la grâce de ce oui marial… mais pour celui qui dit oui à l’invitation, mais sans amour, c’est-à-dire sans son habit de noce, il ne peut rester dans l’intimité de l’intérieur, et se jette lui-même dans ce monde du dehors où il n’y a que « des pleurs et des grincements de dents ».

Michaël

Dans cette parabole, Jésus nous dit que le  royaume des cieux est comparable à un roi qui célébrait les noces de son fils. J’imagine que les premières invitations sont lancées d’abord à ceux qui partagent le même rang social que le roi. Ils ont refusé de venir au repas de noce. L’invitation du roi est lancée plusieurs fois mais les invités s’inventent toujours des excuses pour ne pas venir aux noces de son fils. Ils ne veulent tout simplement pas rencontrer le roi ni célébrer les noces.  Alors le roi demande à ses serviteurs d’inviter tous ceux qu’ils vont rencontrer sur leur chemin, les mauvais et les bons, pour le repas de noce. Ces personnes devraient être surprises d’une telle invitation et sont sûrement excités de rencontrer le roi. Ils ne vont pas manquer cette occasion unique de rencontrer le roi pour célébrer les noces de son fils. Ils sont invités au repas de noce et c’est tout un honneur d’être considéré digne de prendre part à cette fête.

Dire oui à cette invitation c’est d’abord accepter de s’habiller le cœur pour rencontrer le roi et son fils, communier à l’esprit des noces, partager et faire partie des convives qui seront là pour manger et  festoyer ensemble.  Les convives réunis, le roi entra pour les voir, les saluer à tour de rôle. Mais voilà qu’il rencontre un homme qui ne portait pas le vêtement de noce. Il lui dit : « Mais comment es-tu entré ici sans avoir le vêtement de noce mon ami? »

L’homme ne put répondre, il garda le silence. Cet homme m’intrigue parce qu’il me fait penser à Judas, le traitre. Il est là mais le cœur n’y est pas.  Cet intrus est peut-être là juste  pour se faire voir ou défendre ses intérêts, pour espionner ou médire du roi et de son fils. Il représente tous ceux et celles qui viennent au repas de noce pour des motifs autre que  la rencontre, le partage, la communion des cœurs. Dieu nous invite au repas de noce, est-ce que le cœur est au rendez-vous? N’avons-nous pas une obligation d’inviter tout le monde, sans exception, à ce repas de noce? Sommes-nous prêts à rencontrer le Roi et son Fils? Voulons-nous vivre la communion des cœurs, être une présence vivifiante pour partager ensemble ce repas de noce?

Père très bon,
Tu nous invites tous à Ta table.
Quelle bénédiction!
Revêt-nous du vêtement de noce
Qui habille nos cœurs pour aller à Ta Rencontre.

Père très bon,
Tu nous invites chaque jour au repas de noce.
Montre-nous le visage de ton fils Jésus et
Fais-nous communier à son esprit de partage et de paix.

Père très bon,
Tu nous connais et tu pénètres nos pensées.
Délivre-nous de tout mal et
Saisi-nous de ta Présence
Quand le cœur n’est  plus au  rendez-vous.

Karine

Que peut vouloir bien dire « porter le vêtement de noces »?

En écoutant à l’intérieur de moi, j’ai l’impression que porter le vêtement de noces, dans ce cas-ci, c’est de prendre entièrement part aux épousailles de son fils.

Il est dit au début de la parabole : « Le Royaume des cieux est comparable à un roi qui célébrait les noces de son fils. » Mais il ne nous est pas dit avec qui le fils se marie. Il est bien l’époux, mais qui est l’épouse?

Et si l’épouse, c’était moi, et aussi mon frère, ma sœur, mon prochain, toute l’assemblée des invités qui est conviée à reconnaître dans le Fils de Dieu l’époux? Alors la parabole prendrait un tout autre sens

Jésus ne se présente-t-il pas lui-même comme étant « l’époux », cet époux que l’on célèbre et en compagnie duquel ses amis n’ont point besoin de jeûner?

« Porter le vêtement de noces » signifierait dès lors beaucoup plus qu’assister aux noces de quelqu’un d’autre. Cela signifierait de participer aux repas des noces à part entière, c’est-à-dire en tant qu’épousée et à titre de premier invité au banquet de l’amour. Car quel serait le sens de ces noces et de ce banquet d’abondance si ce n’est pas pour y célébrer un grand mariage, par amour et pour l’amour? Par amour pour l’époux et par amour pour le Père, puisque come nous le dit son fils : « celui qui m’aime sera aimé de mon Père ; moi aussi, je l’aimerai, et je me manifesterai à lui. »

Quand est-ce que je ne porte pas l’habit de noces? Il me semble que c’est chaque fois que je me crois tout seul, étant dès lors convaincu que je ne peux compter que sur moi-même pour assurer ma propre survie.  Dès cet instant, je ne perçois plus que ma propre personne et mes propres intérêts. Je ne me reconnais plus comme invité au banquet. J’arrive presqu’en voleur à la table, remplissant mes bras de tout ce dont je peux m’emparer et puis je m’enfuis à toutes jambes.

Pour me rendre compte un jour que ces bras et ces jambes ne me servent plus à rien, qu’en dehors de la communion libératrice avec l’époux, je suis paralysé, les « pieds et poings liés » par mes propres peurs et convoitises. Dans la colère de me sentir pris à mon propre piège, je « grince des dents » et je pleure sur mon infortune.  Je suis comme un sarment qui voudrait ne vivre que par et pour lui-même, en dehors du Cep qui donne vie à l’ensemble de la vigne. Je me dessèche sans porter de fruits.

Nénuphar

______

Dessin à copier, à tracer ou à colorier

parabole-invites-noces-dessin

(Cliquer pour agrandir et sauvegarder en jpg)

Cliquer ci-dessous pour sauvegarder et imprimer le dessin en fichier pdf :

invitez-les-au-repas-de-noce

La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre angulaire

pierre-batisseurs-cl

Dessin inspiré d’illustrations médiévales

Lecture du dimanche 5 octobre 2014

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 21,33-43.

Jésus disait aux chefs des prêtres et aux pharisiens : « Écoutez cette parabole : Un homme était propriétaire d’un domaine ; il planta une vigne, l’entoura d’une clôture, y creusa un pressoir et y bâtit une tour de garde. Puis il la donna en fermage à des vignerons, et partit en voyage
Quand arriva le moment de la vendange, il envoya ses serviteurs auprès des vignerons pour se faire remettre le produit de la vigne. 
Mais les vignerons se saisirent des serviteurs, frappèrent l’un, tuèrent l’autre, lapidèrent le troisième. 
De nouveau, le propriétaire envoya d’autres serviteurs plus nombreux que les premiers ; mais ils furent traités de la même façon. 
Finalement, il leur envoya son fils, en se disant : ‘Ils respecteront mon fils. ‘
Mais, voyant le fils, les vignerons se dirent entre eux : ‘Voici l’héritier : allons-y ! tuons-le, nous aurons l’héritage ! ‘
Ils se saisirent de lui, le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent. 
Eh bien, quand le maître de la vigne viendra, que fera-t-il à ces vignerons ? » 
On lui répond : « Ces misérables, il les fera périr misérablement. Il donnera la vigne en fermage à d’autres vignerons, qui en remettront le produit en temps voulu. » 
Jésus leur dit : « N’avez-vous jamais lu dans les Écritures : La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre angulaire. C’est là l’œuvre du Seigneur, une merveille sous nos yeux ! 
Aussi, je vous le dis : Le royaume de Dieu vous sera enlevé pour être donné à un peuple qui lui fera produire son fruit. 

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible – © AELF, Paris

______

COMMENTAIRES

Voici ce qui monte en moi à la lecture de Mt 21, 33-43:
Dieu insuffla en moi son souffle et ce souffle retournera à Dieu qui me l’a donné.
Entre les deux, le moment des fruits de l’amour.

Fernande

« La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre angulaire. »

Je crois bien que ce qui est vrai dans l’histoire universelle est aussi vrai dans ma petite histoire, dans mon petit monde intérieur…

Donc quelle est cette pierre que je rejette et qui devient par le fait même pierre angulaire?

Il me semble que ce que je rejette le plus, c’est la croix du Fils. Je voudrais l’Amour sans la croix. Cela revient à dire que moi aussi je veux garder les fruits de la vigne qui m’est confiée… et rejette ce qui vient me demander le vin de la vigne… mon sang… ma vie…

Cette croix que je rejette sans cesse devient pourtant – je ne sais par quel mystère –  ce qui rassemble en moi toutes les parties dispersées.

Michaël

 » IL RESPECTERONT MON FILS  » confiance illimitée de la part de Dieu, avoir égard à ce qu’il désire me faire comprendre qu’Il est la pierre d’angle, celui qui unit tous les hommes qui veuillent bien se mettre à l’œuvre du Seigneur. Mais le royaume de Dieu peut vous être enlevé pour le donner a un peuple qui produira du fruit…  Seigneur, suis-je de ce peuple choisi ? Planter une vigne dans mon cœur qui produira des fruits assez savoureux pour remplir l’espace des deux lignes de l’angle. Dans mon enfance, lorsque j’étais turbulente ma mère m’envoyait réfléchir dans un coin de la cuisine. Avait-elle saisi que c’est de ce point de vue …face à un coin de mur… en silence, qui serait donné l’occasion de comprendre  l’importance de l’angle du respect, de paix et d’amour à ma vigne familiale, par la présence de cette pierre qui appartient à Jésus…. Père, au nom de ton Fils Jésus, aide-moi à faire le joint nécessaire pour arriver au Royaume …

Mariette

3-ils-sont-riches-de-lui

Jésus leur dit : « N’avez-vous jamais lu dans les Écritures : La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre angulaire. C’est là l’œuvre du Seigneur, une merveille sous nos yeux ! Aussi, je vous le dis : Le royaume de Dieu vous sera enlevé pour être donné à un peuple qui lui fera produire son fruit. »

La pierre rejetée,  me fait penser à cette autre Parole (tirée de 1Cor. 1,  26-29) :

Frères, vous qui avez été appelés par Dieu, regardez bien : parmi vous, il n’y a pas beaucoup de sages aux yeux des hommes, ni de gens puissants ou de haute naissance. (26)
…….
ce qui est d’origine modeste, méprisé dans le monde, ce qui n’est pas, voilà ce que Dieu a choisi, pour réduire à rien ce qui est ; (28)

ainsi aucun être de chair ne pourra s’enorgueillir devant Dieu. (29)

Une foule de « choisis » comme ça  avec qui et par qui, Dieu peu passer pour travailler, ils n’ont pas le pédigrée, ni le cv, souvent méprisés, mais si ils sont pauvres d’eux mêmes,  ils sont riches de Lui, et c’est plus souvent Lui qui passe à travers eux.

Cela me rappelle encore ce verset:

Mais ce trésor, nous le portons comme dans des vases d’argile ; ainsi, on voit bien que cette puissance extraordinaire appartient à Dieu et ne vient pas de nous. (2Cor. 4,7)

Sylvie

3-tu-nous-as-tout-donne

La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre angulaire.

Je suis fascinée par cette parabole. Jésus nous dit que  le propriétaire planta une vigne, l’entoura d’une clôture, y creusa un pressoir et y bâtit un tour de garde. Il la donna en fermage à des vignerons et partit en voyage. Le maître fait confiance à ses vignerons et leur laisse le champ libre pour faire fructifier sa vigne. Cette parabole me fait penser à l’histoire de la création où Dieu plaça l’homme et la femme dans le jardin d’Éden pour le cultiver et le garder. Mais le malin est entré dans leur cœur parce qu’ils voulaient être comme Dieu et Le chasser de leur univers. Ils ont rompu l’alliance d’amour avec Dieu.  Il en est ainsi pour ces vignerons. Ils décidèrent de ne pas respecter leur contrat quand le maître de la vigne leur envoya ses serviteurs et son fils au moment de la récolte. Tout comme Adam et Ève, les vignerons ont rompu une alliance de confiance et d’amour. C’est la rupture totale. Ils n’ont plus besoin du maître de la vigne puisqu’ils se sont enrichis.  Au lieu de donner  au maître ce qui lui est dû et de montrer un peu de gratitude, ils démontrent au contraire une attitude de cupidité et d’avidité. Ils veulent tout garder sans qu’il y ait  possibilité de partage. La richesse les aveugle et les entraîne dans une mort spirituelle qui se traduit par la fermeture du cœur et un aveuglement à outrance. Que fera le maître à ces vignerons?

Jésus nous le rappelle à travers les écritures : La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre angulaire. C’est là l’œuvre du Seigneur, une merveille sous nos yeux! En effet, la merveille est sous nos yeux parce que Jésus est bien la pierre angulaire, le sommet qui relie les deux plans d’un même monde : le plan matériel et le plan spirituel. Homme-Dieu, Il est à l’origine du monde et sa vision du monde révèle une réalité tout autre qui vient réveiller les consciences et les cœurs de ceux et celles qui se laissent toucher par sa présence et sa parole. Rejeté, humilié, sa mort ne sera pas vaine parce qu’Il ressuscitera dans  toute sa gloire. Tous ceux et celles qui sont humbles de cœur, reconnaîtront qu’Il est l’envoyé de Dieu, le Fils de Dieu. Jésus devient le chemin, la vérité et la vie. C’est Lui qui nous conduit au Père et nous réconcilie avec le maître de la vigne. Il nous ouvre à l’Amour et à la miséricorde de Dieu. Ressuscités avec Lui, nos yeux se sont ouverts et nous entrons par la grâce dans une nouvelle alliance d’Amour avec le Père, le Fils et l’Esprit. Jésus est la pierre angulaire qui illumine le monde.

Père très bon,
Dans ta gratuité, tu nous as tout donné.
Tu nous remets le monde entre les mains.
Délivre-nous de l’avidité, de la cupidité et
Aide-nous à bâtir ton royaume de justice et de paix.

Père très bon,
Dans ta bonté, tu nous as envoyé ton Fils Jésus.
Ouvre nos cœurs à sa Parole de Vie et
Donne-nous ton cœur universel et généreux.

Père très bon,
Dans ta miséricorde, tu nous as ramené vers ta lumière.
arde tes enfants dans l’humilité et la paix.

Karine

Pendant que les médias rapportent des échos de la persécution des chrétiens en plusieurs pays, je reçois cette parabole comme un avertissement. Il m’arrive de me comporter comme un possesseur tranquille d’un bien précieux sans chercher à le faire fructifier. J’oublie trop souvent que la foi que j’ai reçue m’est parvenue à travers des générations d’ancêtres croyants qui se sont souciés de la transmettre jusqu’à nous, au prix parfois de dures épreuves voire du martyre.

Jésus, le Christ, l’envoyé du Père a connu le rejet, la persécution et une mort horrible pour avoir voulu dire jusqu’à la fin une parole d’amour qu’il avait entendue du Père. C’est ainsi qu’il est devenu la pierre de fondation de toute une communauté de croyantes et de croyants édifiée au long des âges. Est-ce que  je ne laisse pas trop aux autres la mission de révéler au monde son nom et son amour? Je sais pourtant que son message peut cimenter la famille humaine dans le respect mutuel qui garantit la paix.

Je reconnais aujourd’hui que je devrais plus souvent rendre grâce avec les paroles mêmes du Psaume que les chefs des prêtres et les pharisiens avaient récité sans en comprendre la portée: « La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre angulaire. C’est là l’œuvre du Seigneur, une merveille sous nos yeux! »

Gisèle

Prend garde, Ô mon âme de ne pas te laisser séduire par l’esprit de convoitise des vignerons de cette parabole. Souviens-toi et demeure attachée au Seigneur du domaine plutôt qu’aux fruits de la vigne. Ne brigue pas le siège du Seigneur. S’il n’y a plus en toi aucun désir de demeurer attachée à Son œuvre, tu auras choisi la mort et le Seigneur respectera ton choix.
Prend garde, Ô mon âme, tu n’as qu’un seul Seigneur, Il ordonne tes désirs les plus contradictoires vers le bonheur qui n’as pas de fin. Si tu jettes son envoyé au dehors de la vigne qu’Il t’a confiée, sache que cette vigne périra pour renaître en prenant appui sur celui que tu as jeté dehors.

« Dieu fit la liberté, l’homme a fait l’esclavage » (Marie-Joseph Chénier)

Pierrette

3-ou-est-il-en-moi

Seigneur, aide-moi, il est où en moi le « bâtisseur »? Où est-il celui qui croit savoir? Où se tient celui qui, à force d’études et d’érudition, prétend  savoir comment construire ton temple?  Où est-il celui à force de réflexion, à force d accumulation de connaissances, en finit par oublier de t’écouter, de te consulter et de te suivre docilement?

Où est-il celui qui s’accroche à l’ancien, qui repose sa tête avec arrogance sur les œuvres des hommes, et qui refuse de s’agenouiller devant le nouveau-né dans l’étable?

Où est-il ce « bâtisseur » qui, tellement fier d’être de ceux qui ont construit la grande cité des hommes, ne voit pas qu’il rejette la pierre d’angle, la pierre sans laquelle toute construction est appelée à s’effondrer tôt ou tard. Où est-il en moi celui qui s’appuie sur le tronc d’un arbre mort alors que bourgeonne le cep de la vigne de vie?

Seigneur, aide-moi à sortir de la cité des bâtisseurs, appelle-moi afin qu’à ta suite, j’accepte de fouler les terres arides et les déserts, de traverser les mers démontées et les villes hostiles. Ouvre mes oreilles afin que j’entende entièrement ton commandement d’amour, ouvre mon cœur pour je reconnaisse enfin, un par un et au gré de ton souffle, tes véritables enfants, ceux qui te sont fidèles sarments de vie, en toute liberté et par choix! Permets-moi de devenir pierre vivante de la seule véritable construction de vie, ton église, de me reconnaître comme membre indissociable de ton corps, de ce peuple sans frontières qui se rassemble autour de ton nom, de ces petits agneaux sans éclats auxquels tu ne cesses de confier la fructification de ton royaume!

Nénuphar 

______

Dessin à copier, à tracer ou à colorier

pierre-batisseurs

(Cliquer pour agrandir et sauvegarder)

En fichier pdf : pierre-angulaire-batisseurs

Voici ta mère

voici-ta-mere-1200

Évangile selon Saint-Jean, chapitre 19, de 17 à 30

 Et ils prirent Jésus et l’emmenèrent. Jésus, portant sa croix, arriva hors de la ville au lieu nommé Calvaire, en Hébreu Golgotha.
C’est là qu’ils le crucifièrent, et deux autres avec lui, un de chaque côté, et Jésus au milieu.
Pilate avait rédigé un écriteau qu’il fit placer sur la croix; il était écrit : « Jésus le Nazaréen, roi des Juifs. »
Beaucoup de Juifs lurent cet écriteau, car le lieu où Jésus avait été crucifié était près de la ville, et l’inscription était en hébreu, en grec et en latin.
Alors les grands prêtres des Juifs dirent à Pilate : « N’écris pas : “Roi des Juifs”; mais : « Cet homme a dit : Je suis le roi des Juifs”. »
Pilate répondit : « Ce que j’ai écrit, je l’ai écrit. »
Les soldats, après avoir crucifié Jésus, prirent ses vêtements, et ils en firent quatre parts, une pour chacun d’eux. Ils prirent aussi la tunique; c’était une tunique sans couture, tissée tout d’une pièce de haut en bas.
Alors ils se dirent entre eux : « Ne la déchirons pas, mais tirons au sort qui l’aura. » Ainsi s’accomplissait la parole de l’Écriture : « Ils se sont partagé mes habits; ils ont tiré au sort mon vêtement. » C’est bien ce que firent les soldats. 
Or, près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Cléophas, et Marie Madeleine.
Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. »
Puis il dit au disciple : « Voici ta mère. » Et depuis cette heure-là, le disciple la prit chez lui.
Après cela, sachant que tout, désormais, était achevé pour que l’Écriture s’accomplisse jusqu’au bout, Jésus dit : « J’ai soif. »
Il y avait là un vase plein de vinaigre; les soldats en remplirent une éponge, et l’ayant fixée au bout d’une tige d’hysope, ils l’approchèrent de sa bouche.
Quand il eut pris le vinaigre, Jésus dit : « Tout est accompli. » Puis, inclinant la tête, il remit l’esprit.

______

Commentaires

18-seul-demeure-ce-point

Malgré de nombreuses heures de contemplation de cette scène, tout ce que j’ai pu en dire a sonné faux.
Seul demeure ce point douloureux de silence, aux pieds du Verbe fait chair que j’ai moi-même crucifié, prié de se taire.
Fils de Dieu, Il demande pourtant mon pardon à son Père et me donne sa Mère à fin qu’elle me lave et me redresse.
Que demeurent ici la gratitude et le silence tant que l’Amour Vérité ne reprendra pas la parole.

Pierrette

 18-regard-vers-souffance

Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. » Puis il dit au disciple : « Voici ta mère. » Et depuis cette heure-là, le disciple la prit chez lui. 

Alors cloué sur une croix, laissant de côté toute la souffrance, Seigneur, par amour, déjà tu embrassais et faisait tienne notre condition humaine, notre condition d’êtres fragiles, de pécheurs. Sur la croix, tu tournes encore et encore ton visage vers la souffrance des autres, de ceux que tu aimes. Et plein de ce regard d’Amour, tu confies celle qui t’as portée en son sein, et fut ton premier disciple à Jean, le disciple que tu aimais.

Oui tu es le chemin, la vérité et la vie!

Seigneur, donne-moi de Te suivre toujours, de pouvoir porter toujours, même au cœur des pires tempêtes, mon regard vers la souffrance de mes frères et sœurs. Et de leur apporter un peu de Ta tendresse, de Ton amour, de Ton réconfort. Et stp donne-moi d’embrasser totalement, à ta suite, ma condition fragile, et de porter ma croix. Amen.

Solane

 

« Jésus dit …j’ai soif  » Après avoir parcouru le chemin menant au Golgotha et que la croix fut érigée, la dernière soif s’empara de Jésus, la soif de l’amour comme s’il avait encore quelque chose à dire sur l’amour du pardon, de l’accueil, des gestes d’humilité. Il a même bu le vinaigre présenté, fallait-il que sa soif soit intarissable. Jésus moi aussi je te présente peut être pas du vinaigre à boire, mais des gestes amers, manques de foi et de générosité, jugements désagréables, des soifs qui étouffent. Seigneur recouvre-moi de ta tunique sans couture qui représente ton chef d’œuvre de vie. Père, au nom de Jésus regarde avec compassion toutes soifs qui se manifestent en moi, fais-toi le soldat qui me donne à boire. Amen.

Mariette   

 18-o-jesus

Je me rends en Golgotha avec Jésus et je me suis laissée habiter par Ses paroles : « Voici ta mère », « J’ai soif », « Tout est accompli ».

« Voici ta mère ». Comme disciple du Christ, je laisse résonner la voix de Jésus en mon cœur. Je ne peux ignorer Marie, sa mère, ni l’effacer dans le décor de ma vie. Jésus me parle et j’accepte de prendre Marie chez moi, dans mon cœur pour l’aimer et la chérir. Sans le OUI de Marie je n’aurais pas connu son Fils qui m’a fait découvrir l’Amour inconditionnel de Dieu pour chacun et chacune de nous. Au supplice de la croix, Jésus nous a confié sa mère qui intercédera pour nous comme elle l’a fait aux Noces de Cana.

« J’ai soif ». Jésus, l’eau vive, nous demande à boire comme Il en a demandé à la samaritaine. Ce qui me frappe dans ce passage c’est qu’il n’y avait pas d’eau mais du vinaigre pour offrir à Jésus. Était-ce la coutume? De toute façon, je me plais à croire que Jésus avait soif  d’unifier son peuple à son Père. Il avait soif d’ouvrir les yeux de son peuple pour qu’Il voie la gloire de Dieu sur la terre des vivants. Il avait soif de nous faire goûter le bonheur d’être la fille, le fils bien-aimé du Père et goûter à la miséricorde de Dieu. Il avait soif de l’avènement du royaume de justice et de paix.

« Tout est accompli ». Jésus remit l’esprit content d’avoir mené le bon combat en allant jusqu’au bout de sa mission sous la mouvance de l’Esprit.  Il a formé ses disciples pour continuer la route et a hâte de les rencontrer à nouveau à la résurrection. La mort de Jésus sur la  croix n’est que le tremplin d’une vie nouvelle. En fixant notre regard sur la croix, nous puisons notre force en Jésus, le serviteur souffrant, qui peut nous alléger de nos fardeaux et de nos souffrances.

Ô Marie, toi la mère de mon sauveur,
Conduis-moi à ton Fils Jésus pour la gloire de Dieu.
Apprends-moi à écouter la voix du Seigneur et
À dire « oui » à son projet d’amour
Pour moi et pour l’humanité entière.

Ô Marie, debout au pied de la croix,
Aide-moi à partager avec ton fils Jésus
Mes souffrances, mes peines et mes deuils.
Apprends-moi à accueillir le pardon de ton Fils et
La grâce de vie nouvelle qui surgira de mes épreuves.

Ô Jésus, Toi le roi des rois,
Le Seigneur des seigneurs,
J’ai soif de Toi. J’ai soif du Dieu vivant.
Viens étancher ma soif de t’aimer plus que tout
Et d’aimer mes frères et sœurs comme tu nous as aimés.
Viens Jésus me combler par Ta présence.
Donne-moi ta paix et ta joie.

Karine

 

En lisant ce texte de la crucifixion de Jésus, voilà ce qui résonne en moi :

Comme l’autorité représentée par les grands prêtres qui sont à la « tête » du peuple juif, ma tête peut aussi choisir de crucifier Jésus… pour rester maître à bord.

Comme les soldats dont la fonction est d’obéir aux ordres de la « tête », j’ai une nature qui « n’en fait qu’à sa tête »  tant que je ne choisis pas Dieu comme mon seul maître et seigneur.

Être soldat au service de la tête ne m’empêche pas de prendre ma part des « vêtements »  en partage de Jésus et de m’emparer de ce qui me plait selon ma nature, comme par exemple de vouloir bénéficier du  Jésus faiseur de miracle… ou encore du Jésus maître de sagesse, mais son vêtement sans couture tissée tout d’une pièce de haut en bas – la tunique tout Amour de son incarnation – ne peut être divisé; on le reçoit tout entier ou pas du tout. De plus, on ne peut s’en emparer; c’est la providence qui le donne. Encore faut-il l’accepter… car recevoir l’amour véritable, celui qui se partage sans être partagé, n’est pas sans conséquences. Qui adhère à cet Amour sans division est appelé par le fait même à se donner inconditionnellement à ce don tout Amour… jusqu’à donner sa propre vie.

Mais là, on sort de l’ordre de la nature pour entrer dans l’ordre de la grâce. De soldat, on passe au « disciple que Jésus aimait », à celui qui dit oui inconditionnellement à l’Amour Christique… car si Jésus aime tous et chacun sans exception, tous ne sont pas prêts à se donner à Son Amour.

Jean est le seul de ses disciples qui a suivi Jésus jusqu’à la croix, qui a dit oui à Son Amour sans condition. Jésus peut alors  lui donner sa propre mère, non pas selon la nature mais selon la grâce, Marie étant celle-là même par qui toutes grâces surabondent. Jésus donne aussi Jean à sa mère pour y être enfanté en membre à part entière du corps de Son Fils.

Jésus sait alors que tout est accompli, mais il affirme cet accomplissement seulement après avoir bu de ce vin-aigre du monde qui ne peut et ne pourra jamais apaiser aucune soif… d’autant plus que Jésus est lui-même la source qui seule comble toute soif.

Quand il eut pris le vinaigre, Jésus dit : « Tout est accompli. » Puis, inclinant la tête, il remit l’esprit.

Il semble que selon le texte original, ce qui est traduit ici par « il remit l’esprit » peut aussi bien être traduit par « il donna l’Esprit » ou « il livra l’Esprit », ou encore « il transmit l’Esprit ». Donc, après avoir accompli tout ce qui devait être accompli en nous donnant sa mère afin qu’elle devienne notre mère, Jésus nous transmet aussi l’Esprit afin que nous puissions renaître de l’eau et de l’Esprit (JN 3, 1-8).

 Michaël

 18-decouvrir-en-notre-chair

Au fur et à mesure que nous partageons tous ensemble cette pratique hebdomadaire d’écoute des Évangiles, je me rends compte que les paroles disent beaucoup plus que ce pourquoi elles semblent avoir été dites sur le moment même.

Dieu ne s’impose pas, il tend la main, laissant à l’être humain le libre choix d’aller plus loin. Qu’Il apparaisse sous forme de Père ou de Fils bien-aimé, Il reste discret dans son expression verbale. Ses paroles peuvent même sembler dans certains cas anodines ou limitées à un contexte spécifique, et pourtant elles recèlent une révélation infinie en leurs profondeurs.

À l’heure même de rendre l’esprit et de passer à son Père, certains auraient pu s’attendre à ce que Jésus livre au travers de ses dernières paroles l’essentiel de son message, ou encore une parole universelle d’espérance ou de foi, tel que l’aurait sans doute fait un sage ou un maître.

Or, selon St-Jean, les dernières paroles que Jésus a dites avant de constater que tout était achevé, sont celles qu’il a adressées à sa mère et au disciple qu’il aimait.

« Femme, voici ton fils. »
et
« Voici ta mère »

On peut se demander en quoi ces paroles viennent signer l’accomplissement de la venue du Messie en notre monde…

D’aucuns n’y ont vu que des paroles sans importance, comme des instructions terre à terre en fonction d’un arrangement ne concernant que Jean et Marie.

Et si ces « instructions » laissées à Jean et Marie au pied de la croix étaient en fait une invitation à toute personne aimant Jésus, à toute personne aimée de Jésus-Christ, de prendre Marie pour mère?  Et ce particulièrement aux jours les plus sombres, lorsque face à la croix toute foi et toute espérance semblent s’être évanouie.

J’en suis témoin, cette filiation à la Mère de notre Sauveur est d’un immense secours, spécialement quand nous semblons avoir perdu les chemins du retour du fils prodigue vers le Père.

Toujours selon St-Jean, les tous derniers mots de Jésus, avant de signifier que tout est accompli, sont « J’ai soif ». C’est la même parole qu’il a dit à la Samaritaine, sur le bord du puits. Au premier contact, ces deux mots semblent être l’expression primaire d’un besoin tout à fait humain. Les badauds de passage, les curieux en visite et même certains savants n’y verront sans doute rien de plus.

Et pourtant ces mêmes deux mots, pleinement accueillis au plus creux du cœur, ont inspiré des fleuves de tendresse chez certaines âmes contemplatives. Non seulement par compassion pour Jésus, l’agneau de Dieu livré sur la croix, mais aussi parce que ces deux mots révèlent pleinement la soif de Dieu Lui-même, l’immense soif de Dieu pour notre amour. Lui qui accepte encore aujourd’hui de boire la coupe du vinaigre que nous lui servons quotidiennement, en substitut de l’eau claire de nos âmes purifiées, en pauvre remplacement du vin de Son amour.

Découvrir en notre propre chair et existence que Dieu nous aime pleinement est une grâce infinie. Découvrir avec notre cœur que Dieu lui-même a soif de notre amour est l’accomplissement infiniment bienheureux de ce que cette grâce sème en nous.

Nénuphar

______

Pour télédécharger le fichier PDF afin d’agrandir les caractères, de le partager à d’autres, de le sauvegarder ou de l’imprimer, cliquer le lien ci-dessous :

140622-voici-ta-mere