Archives du mot-clé maladies

Je le veux, sois purifié

Mc_1_40-45_guerison_lepreux

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc, chapitre 1, de 40 à 45

En ce temps-là,

un lépreux vint auprès de Jésus ;
il le supplia et, tombant à ses genoux, lui dit :
« Si tu le veux, tu peux me purifier. »
Saisi de compassion, Jésus étendit la main,
le toucha et lui dit :
« Je le veux, sois purifié. »
À l’instant même, la lèpre le quitta
et il fut purifié.
Avec fermeté, Jésus le renvoya aussitôt
en lui disant :
« Attention, ne dis rien à personne,
mais va te montrer au prêtre,
et donne pour ta purification
ce que Moïse a prescrit dans la Loi :
cela sera pour les gens un témoignage. »
Une fois parti,
cet homme se mit à proclamer et à répandre la nouvelle,
de sorte que Jésus ne pouvait plus entrer ouvertement dans une ville,
mais restait à l’écart, dans des endroits déserts.
De partout cependant on venait à lui.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible – © AELF, Paris

______

COMMENTAIRES

« Une fois parti » c’est donc dire que lorsque la décision est prise de partir à la suite de Jésus, des petits miracles m’accompagnent, ma lèpre spirituelle passe par la purification et m’ouvre à répandre la bonne nouvelle  par ma guérison qui en sera un témoignage. Jésus, ne reste pas en périphérie, arrête-toi  au cœur de ma ville  intérieure  afin que j’aie l’audace requise pour discerner les attentes de l’Esprit Saint et la force de les accomplir afin « d’arriver » au cœur de Dieu…

Mariette 

Facilement, je m’identifie au lépreux qui tombe aux genoux de Jésus en lui disant :

« Si tu le veux, tu peux me purifier. »

Oui mais… est-ce que j’ai la foi de ce lépreux?

Seigneur, je crois en toi… mais je t’en prie, viens au secours de mon manque de foi!

Michaël

« Si tu le veux, tu peux... »  Quel est ce vouloir mystérieux de Dieu révélé en Jésus, attentif à cet homme exclu et rejeté de la vie sociale et religieuse par des lois et des tabous?  Que nous soyons frères et sœurs, aimés d’un même amour, porteurs d’une même dignité: enfants bien-aimés d’un Dieu qui n’est que tendresse et compassion.  Alors le rêve de Dieu pour l’humanité peut s’accomplir: un monde uni, inclusif, où chaque personne a sa place.  Et cela dépend de nous.

Fernande

desert« Jésus ne pouvait plus entrer ouvertement dans une ville,
mais restait à l’écart, dans des endroits déserts.
De partout cependant on venait à lui. »

Ça fait drôle de lire que Jésus restait à l’écart, dans des endroits déserts,  surtout après une scène si touchante de guérison!

Notre Dieu ne cherche pas à en mettre plein la vue ou à épater la galerie, ou même à juste guérir le plus grand nombre possible, pour faire plaisir et permettre que la vie puisse suivre son cours… comme avant…

Si le retrait de mon Dieu au désert peut m’être pénible, un peu comme s’il coupait les liens, ne serait-ce pas en fait, tout au contraire, pour m’inviter au plus intime de mon être? Pour pouvoir entendre et voir à quoi il m’appelle… et peut-être aussi, trouver la foi et l’humilité de plier le genou, et lui demander de me purifier, pour œuvrer à sa suite?

Merci mon Dieu de me donner de te demander de me purifier, vraiment!

Solane

jesus-2

Avec fermeté, Jésus le renvoya aussitôt en lui disant :
« Attention, ne dis rien à personne, mais va te montrer au prêtre, et donne pour ta purification ce que Moïse a prescrit dans la Loi : cela sera pour les gens un témoignage. »

Ici, c’est étonnant comme la relation d’intimité avec Jésus apporte une guérison telle et qui engage les deux parties…

Cependant c’est Jésus lui-même qui  « ouvre » à un « tiers » (le social) cette relation pourtant « privée »…

Comme si la prise en compte de la Loi venait inspirer et bonifier l’agir de tous: « De partout cependant on venait à Lui ... »

Ainsi Jésus, tout en accueillant intimement quiconque s’adresse à Lui, marque avec fermeté le territoire intime, tout en retournant chacunE vers la communauté pour un « vivre-ensemble » qui soit reflet de tout un peuple investi de Sa Présence…

Marie-Hélène

C’est immense, c’est l’absolue Bonté!

Devant le lépreux, Jésus est saisi de compassion. J’imagine ce que ça veut dire le fait que Jésus ou Dieu soit « saisi de compassion ». C’est immense, c’est l’absolue Bonté!  Il a donc vu le lépreux et sa misère et Il l’a entendu et Il l’a guéri.  Et nous, pourquoi donc vivons-nous tous tellement de misères et de souffrances, sans sembler être ni vu, ni entendu? Ce qui me touche dans cet Évangile, c’est l’humilité et la confiance entière que le lépreux manifeste devant Jésus. Il tombe à genoux devant Lui et lui dit qu’il sait que Jésus peut le guérir, s’Il le veut.

À mon avis, Il le veut toujours, c’est peut-être nous qui ne savons pas le Lui demander. Devant Lui, il nous faut faire preuve d’humilité totale et d’une grande confiance pour qu’Il nous voie et nous entende. Ici c’est le lépreux qui nous montre comment Dieu peut nous entendre. Il nous entend lorsque nous sommes totalement, entièrement désireux de sa Grâce, humbles et totalement confiants aussi. Ça me fait réaliser que bien souvent mon appel est tiède, et que ce désir puissant d’être libéré de la maladie (du corps ou de l’âme) et cette confiance absolue sont essentiels pour que la prière soit réelle.

Mariette Renée

jesus-lepreux

« Si tu veux… »

Jésus fut « pris de pitié », devant cet homme exclu du fait de sa lèpre. Jésus fut ému, touché aux entrailles comme les évangélistes le notent au moins cinq autres fois. La compassion, cette capacité de ressentir la détresse de l’autre et de vouloir la soulager faisait donc partie de la personne de Jésus.

Qui ne voudrait s’approcher d’une telle personne? C’est bien la grâce à demander, en tombant à genoux aux côtés de ce lépreux anonyme, de pouvoir s’adresser à lui dans les mêmes termes : « si tu le veux, tu peux me purifier ». J’aime bien cette audace qui met Jésus au défi, mais qui reconnaît en même temps sa liberté. « Si tu veux… », c’est l’attitude du mendiant conscient de  dépendre de ce qui lui sera donné. Mais ce suppliant a décidé de faire une démarche, d’aller à la rencontre de celui à qui il donne pouvoir sur sa vie. Or c’est souvent le genre de décision qui coûte le plus : puis-je vraiment prendre le risque de faire entièrement confiance à Dieu au point de remettre mon présent et mon avenir entre ses mains? Pourtant, cet acte de confiance me « purifie » parce qu’il me décentre de moi-même et me fait entrer dans une relation d’amour.

J’imagine la vie de ce lépreux à jamais transformée à partir du moment où il a osé avouer son désir de vivre pleinement dans la communauté dont il était exclu. Il ne pouvait plus se taire! il avait fait l’expérience d’avoir rencontré un homme de compassion.  Que me soit donnée cette faveur d’être compatissante et secourable comme d’autres le furent pour moi. Car notre monde ne connaîtra pas la paix si nous ne faisons pas de la compassion l’ingrédient vital de nos relations, à petite et à grande échelle.

Gisèle

«  et, tombant à ses genoux »

Lu avec les yeux du survol et entendu avec l’oreille blasée, celle qui croit avoir déjà tout entendu; il n’y a pas grand’chose à re-dire dans ce petit récit de Saint-Marc. Mais regardé et vécu on veut le re-voir et le re-vivre pour n’en pas re–venir, tant est révélatrice la parfaite harmonie qui règne entre le geste et la parole :

Un lépreux vint auprès de Jésus ; La lèpre abîme le corps, le ronge, le rend effrayant et repoussant aux yeux de son prochain.

Il le supplia, il se « plie », s’abaisse sous l’autorité de Jésus

et, tombant à ses genoux,
« tombant à genoux aux genoux de Jésus » afin qu’Il se penche (se plie vers), et tourne son regard vers lui,
et il dit,
en homme déjà assagi par les tribulations de sa vie de lépreux :

« Si tu le veux, tu peux me purifier. » « SI »
………tu le veux…….tu peux. La demande est parfaite, sa discrétion déborde d’humilité, de foi, d’espérance et d’amour.

Saisi de compassion, Jésus étendit la main, le toucha, Jésus répond d’abord par le geste silencieux de la main qui touche et du regard penché vers le suppliant

et lui dit : « Je le veux, sois purifié. » 
À la sobriété de la demande orale, la sobriété de la réponse orale est exaucement sans délai.

Dans le silence qui suit se fait entendre le commandement auquel, semble-t-il, aucun exaucé n’obéit : « Attention, ne dis rien à personne………..»
Au contraire, la nouvelle se répand avec une telle intensité que les nonchalants et les paresseux eux-mêmes se mettent en route avec les boiteux, les bossus et tous les pécheurs insatisfaits. Peu, espérons-le, se décourageront avant de trouver les lieux où se retire Jésus pour les attendre. Lieux déserts, à l’image du lieu où, depuis sa résurrection il nous attend tous, ni loin, ni près mais au-dedans de nous.

Pour la pécheresse que je suis et qui, grâce à diverses astuces, n’effraie pas mon prochain comme le lépreux mais est aussi entièrement vue par Jésus, la simplicité de ce récit est un modèle à suivre, sans crainte mais dans l’espérance, comme pour tout homme qui se reconnaissant pécheur, reconnaît aussi qu’il ne peut guérir sans la volonté divine et que Jésus est le parfait médiateur de cette volonté.

Puissions-nous être parmi ceux qui cherchent réellement Jésus, les affamés de cette part d’eux-mêmes qui sans cesse manque, ceux-là qui ne prennent pas de repos jusqu’à ce qu’ils le trouvent, au désert qu’ils fuyaient de toutes leurs forces.

Pierrette

outre

Il fut saisi de compassion

Ce passage de l’évangile de Marc est de toute beauté et très riche en expressions du cœur. Il est comme un guide pour tous ceux et celles qui cherchent à nourrir leur vie spirituelle parce qu’il nous donne des attitudes clés pour parvenir à rencontrer Dieu à travers Jésus et à demeurer dans son amour. Marc nous révèle les attitudes de cœur qui font écho dans le cœur de Jésus. Tout d’abord nous avons l’attitude de la Foi : le lépreux vint auprès de Jésus, le supplia et tomba à ses genoux en disant  « si tu le veux, tu peux me purifier ».  Le lépreux reconnait le pouvoir de guérison de Jésus et fait une démarche de foi auprès de Lui avec un cœur sincère; deuxièmement, nous avons l’attitude d’abandon qui est source d’humilité: le lépreux s’abandonne à ses pieds en laissant à Jésus la liberté de le purifier ou pas. Il fait sa demande en toute humilité. En d’autres mots il dit à Jésus : «guéris-moi si tu le veux et que ta volonté soit faite! » Une demande faite en toute simplicité et qui respecte la liberté de Jésus de le guérir ou pas. Troisièmement nous avons l’attitude de Jésus qui est très révélatrice : Il fut saisi de compassion. Une compassion qui n’est autre que l’expression du cœur, le langage du cœur qui se donne avec tendresse et miséricorde.  Jésus étendit la main, le toucha et lui dit « je le veux, sois purifié. » La lèpre le quitta aussitôt. Quatrièmement nous avons l’attitude d’action de grâces : dans le processus de guérison, l’action de grâce est une étape importante voire cruciale parce qu’on connaît un réveil spirituel et on goûte à une nouvelle liberté.  Jésus, sachant cela, commande au lépreux d’aller se montrer au prêtre et de donner ce que Moise a prescrit dans la Loi pour qu’il soit un témoignage pour les autres. Et finalement nous avons le témoignage qui vient avec la louange : une fois parti, l’homme se mit à proclamer et à répandre la bonne nouvelle dans tout son village en signe d’action de grâces pour les bienfaits reçus du Seigneur. Ce lépreux goûte à un bonheur tout neuf, une nouvelle liberté qui le réintègre dans la société. Il ne peut cacher son bonheur même si Jésus lui a demandé de ne rien dire à personne. Un esprit de gratitude, n’est-ce pas le signe tangible d’une guérison intérieure, d’une paix intérieure? Demandons à Jésus d’augmenter notre foi et de nous donner la grâce de l’humilité et de la compassion.

Je te loue Père en Jésus pour tous tes bienfaits.
Donne à tes enfants la grâce de la compassion,
Cette expression du cœur qui voit et qui comprend
La souffrance de l’autre sans la juger.

Ô Jésus, Toi qui ne fais qu’un avec le Père,
Mets en nous un esprit d’abandon, cet esprit qui attend tout de Toi
Afin que nous puissions vivre dans un état de liberté intérieure et de gratitude.
Aide-nous à revêtir l’habit de service et d’humilité.

Ô Jésus, Toi qui as le pouvoir de guérison,
Aide-nous à tendre la main en douceur, sans arrogance,
Détaché de nous-mêmes afin que nous puissions répondre
Aux besoins des plus démunis et des exclus de la société.

Ô Jésus, Toi qui es sorti pour proclamer la Bonne Nouvelle,
Augmente en nous la Foi
Pour que nous puissions avec ta grâce proclamer et répandre
La bonne nouvelle du salut qui apporte l’amour et la paix
Dans le cœur de chacun, chacune qui reconnaît
Que Tu es dans le Père et le Père est en Toi et
Que nous ne faisons qu’UN avec Toi dans l’Esprit qui donne Vie.

Karine

lepreux

Impur

Impur! Impur! C’est le cri que l’on nous demande, à nous lépreux, de lancer en direction de toute personne qui cherche à nous approcher. Impur! Nous sommes impurs, ne nous approchez surtout pas! Vous risqueriez, vous aussi, de devenir impurs à notre contact et de connaitre l’opprobre.

C’est comme si nous portons à même notre chair le poids de tous les péchés du monde, comme si la corruption qui ravage l’humanité se stigmatisait sur notre corps. Même le criminel n’est pas autant pointé du doigt, rejeté, exclu, haï que nous. Il peut encore s’attirer certaines sympathies, et assez curieusement parfois de l’admiration pour avoir osé braver l’opinion des autres en se mettant à dos la collectivité.

La maladie qui nous dévaste est l’une des pires, elle nous retranche de la collectivité, elle nous isole, nous coupe irrémédiablement de l’autre. Nous ne pouvons ni tendre la main ni recevoir les bras qui réconfortent. La vue d’un lépreux inspire la peur, l’horreur, le dégoût et une aversion contagieuse.

Impur, je suis impur! Toutes les nuits, ces paroles résonnaient à mes oreilles et me hantaient.

Et toutes les nuits je m’écriais en pleurant, injuste, injuste!

Injuste parce que je ne suis pas « cela ».

Je ne suis pas ce manteau de pourriture dans lequel le regard des autres m’enferme.

C’est comme les haillons déchirés que l’on nous demande de porter et les cheveux en broussaille que l’on nous force à arborer. C’est un costume. Je ne suis pas cela, ce n’est pas ce que je suis vraiment.

J’en avais la conviction, et pourtant toutes mes prières étaient vaines, et la maladie chaque jour se propageait comme une fatalité, dévorant tous mes espoirs.

J’eu le rêve une nuit à propos d’une femme qui, malgré le fait qu’elle avait beau laver, et relaver avec énergie son vêtement, ne parvenait  jamais à le ramener à sa blancheur. Toute sa volonté et toute sa détermination n’y faisaient rien. Pire, la où le savon était frotté, le vêtement se tachait irrémédiablement, ou même se trouait.

À mon réveil, je compris que l’humanité ne pouvait se guérir de son péché et de sa corruption par sa propre volonté, et qu’il y fallait aussi celle de Dieu.

Peu de temps après, la rumeur parvint à mes oreilles à propos de cet homme qui opérait des miracles, guérissant, non par son savoir ni sa propre volonté, mais bien par celle de Dieu.

Je sus que si telle était « sa » volonté, il pourrait me ramener à ce que je suis véritablement en-dessous de ce vêtement de lépreux. Je cherchai dès lors à le croiser.

Ce qui arriva. Me jetant à ses pieds, je lui criais :
« Si tu le veux, tu peux me purifier. »
C’est alors qu’il étendit la main,
me toucha et répondit :
« Je le veux, sois purifié. »

Nénuphar

« Il guérit beaucoup de gens atteints de toutes sortes de maladies » (Mc 1, 29-39)

Un nouvel extrait d’Évangile à écouter et à commenter…

marc_1_29-39 –belle-mere-simon-malade

Évangile selon Saint-Marc, chapitre 1, de 29 à 39

En ce temps-là,
aussitôt sortis de la synagogue de Capharnaüm,
Jésus et ses disciples allèrent, avec Jacques et Jean,
dans la maison de Simon et d’André.
Or, la belle-mère de Simon était au lit,
elle avait de la fièvre.
Aussitôt, on parla à Jésus de la malade.
Jésus s’approcha,
la saisit par la main
et la fit lever.
La fièvre la quitta,
et elle les servait.

marc_1_29-39 –jesus-guerit-belle-mere-simon

Le soir venu, après le coucher du soleil,
on lui amenait tous ceux qui étaient atteints d’un mal
ou possédés par des démons.
La ville entière se pressait à la porte.
Il guérit beaucoup de gens atteints de toutes sortes de maladies,
et il expulsa beaucoup de démons ;
il empêchait les démons de parler,
parce qu’ils savaient, eux, qui il était.

Le lendemain, Jésus se leva, bien avant l’aube.
Il sortit et se rendit dans un endroit désert,
et là il priait.
Simon et ceux qui étaient avec lui partirent à sa recherche.
Ils le trouvent et lui disent :
« Tout le monde te cherche. »
Jésus leur dit :
« Allons ailleurs, dans les villages voisins,
afin que là aussi je proclame l’Évangile ;
car c’est pour cela que je suis sorti. »

Et il parcourut toute la Galilée,
proclamant l’Évangile dans leurs synagogues,
et expulsant les démons.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible – © AELF, Paris

_______

COMMENTAIRES

Nous avons ici quelqu’un de malade, et à l’arrivée de Jésus, aussitôt on lui en parle, alors Jésus s’approche de celle-ci, la saisit par la main, et la fait lever.

Et nous, lorsque nous avons des malades, est-ce que nous en parlons aussitôt à Jésus?  Je constate ici que la malade ne peut rien faire d’elle-même, ni demander pour elle-même, mais Jésus agit à la demande des gens, s’approche lui-même et la fait lever, la remet en service.

Sylvie

Amène-moi avec Toi
pour m’apprendre à vivre en gratitude
tout au long de ma vie

guerison-belle-mere-3

Ce texte me frappe tout particulièrement aujourd’hui car je viens de vivre une partie de cet  évangile.

J’ai commencé l’année par une forte fièvre qui m’a fait perdre tout contact avec l’extérieur, et

moi-même, je vous dirais que c’est traumatisant : j’ai pris conscience, après quinze jours de confusion, que je venais de faire une encéphalite aigüe à cause du virus de l’influenza. Le personnel hospitalier est émerveillé de ma réhabilitation. Je suis de retour à la maison sans  aucune séquelle.

Des groupes de prière ont intercédé pour moi au nom de Jésus afin que je retrouve la santé. Le récit de l’évangile continue en nous disant : « Le lendemain Jésus se leva tôt et alla prier au désert».  Amène-moi avec Toi pour m’apprendre à vivre en gratitude tout au long de ma vie à la suite de cet évènement…

Mariette

jesus

Tu apportes la vraie guérison…

Quand on est malade, qu’on reçoit un diagnostic quelconque ou que l’on traverse une épreuve, vite, les gens nous disent de prendre soin de soi, de se reposer, de se chouchouter, de penser à soi et se gâter, pour recouvrer la santé, et surtout une qualité de vie…

C’est drôle, toi Jésus, tu guéris non pas pour permettre aux gens de trouver ou retrouver le confort et pouvoir poursuivre la course folle à la poursuite de rêves et paradis instantanés, et artificiels.

Tu apportes la vraie guérison, celle qui permet de venir offrir ce que l’on a de meilleur, sans éclat. Merci de nous guérir et de nous aider à simplement partager notre cœur et cette face unique de nous qui est à Ton image.

Pour notre plus grand bonheur!

Solane

Aussitôt… aussitôt…
Il y a de ces mots qui expriment l’empressement de l’amour.
Jésus sort.  Il s’approche.  Il saisit.  Il guérit.  Il se lève.  Il s’isole.  Il prie.
Et lorsque le monde cherche à le retenir, il dit: allons ailleurs.
Pourquoi?  Pour proclamer l’Évangile.  Cette réalité d’un amour personnel
qui nous devance et nous accompagne.  Et aujourd’hui, nous en sommes les témoins.

Fernande

À chaque fois que nous servons les autres avec une bonne intention, avec le cœur le  plus pur possible, nous servons Dieu. Et même si celui ou celle qui reçoit ne semble pas apprécier notre don, dans son cœur il y a un espace qui est touché par ce don et cela devient de la bonne semence. Ce don peut être un pardon, un service, un bon mot d’appréciation, enfin tout ce qui vient du cœur. Et Dieu complètera notre don en temps et lieu.

Avons-nous souvent apprécié un don de notre père, de notre mère, d’un parent, d’un de nos professeurs, d’un prêtre ou d’un religieux? Sommes-nous prêts à servir même s’il ne semble pas y avoir d’avantage ou de retour immédiat?

Léopold

Jésus n’est pas venu pour impressionner le monde par ses miracles… ni même pour nous guérir malgré nous, mais il est venu nous appeler à la conversion par notre oui, notre foi et notre ouverture à l’Esprit Saint.

Et quand il nous guérit, c’est pour nous relever du gouffre-origine de toute maladie : il nous guérit de nos replis, de nos divisions, de nos esclavages.

Il est donc « sorti » – sorti du Père – pour proclamer l’Évangile, qui signifie la bonne nouvelle…

Jésus leur dit :
« Allons ailleurs, dans les villages voisins,
afin que là aussi je proclame l’Évangile ;
car c’est pour cela que je suis sorti. »

… pour proclamer la bonne nouvelle de cette conversion qui nous libère de tout usurpateur et nous ouvre à l’Amour rédempteur… car il est sorti du Père, non pour Le quitter, mais pour nous y ramener, pour être le pont vivant entre nous et Notre Père.

Pour cela il se retire souvent en lui-même pour prier…

Il sortit et se rendit dans un endroit désert, et là il priait.

… afin de s’ancrer solidement au Père – en lien vivant – en cette nature humaine qu’il a endossée pour nous ouvrir la Voie, la Vie et la Vérité.

Michaël

La belle-mère de Simon était malade,
(Comment je vis, de silence en silence, le récit décrit par ces versets)

« Jésus s’approcha, la saisit par la main et la fit lever. » Pas une parole n’est prononcée.
« La fièvre la quitta, et elle les servait. »  Celle qui était malade, couchée, et avait de la fièvre, est simplement prise par « la main », levée et rendue à sa tâche, dotée d’un grand silence, qui s’impose alors dans les cœurs voisins. Un silence fécond qui vient jusqu’à nous, lecteurs. La fièvre est éteinte, chacun est remis en veille.
Toutefois, la nouvelle se répand et, dans la soirée, parmi les malades qui accourent vers la guérison, se trouvaient des démons auxquels Jésus « ordonnait » le silence avant de les expulser. Ce n’est plus un silence d’ouverture mais un silence de fermeture imposé aux bavards que sont les démons qui sèment la confusion dans nos esprits.

Le lendemain, Jésus sortit bien avant l’aube, et se rendit dans un endroit désert, et là il priait, au lieu de rencontre entre le Père, le Fils et le Saint-Esprit, silence encore, d’où jaillissent toutes les premières fécondités. À peine cette arche s’offre-t-elle à nos attentions, que le bruit du monde s’approche à nouveau : « Tout le monde te cherche » disent les disciples à Jésus. Car nous, les êtres humains sommes vite avides de miracles. Nous nous enlisons volontiers dans une quête répétitive de grâces gratuites. Jésus leur dit : « Allons ailleurs, dans les villages voisins, afin que là aussi je proclame l’Évangile ; car c’est pour cela que je suis sorti ». Après les guérisons du corps, qu’il suffit d’accueillir, vient l’Évangile qui demande notre adhésion, notre totale conversion, notre mise en pratique, notre amour du Verbe fait chair, notre volonté plongée dans celle du Père. Où cela peut-il se faire si ce n’est dans le silence révélateur du coeur de Marie, Mère de Dieu? Là où toute vanité meurt d’inanition.

Pierrette

….

belle-mere-malade

J’étais couchée, incapable de me lever.
Les fièvres avaient pris possession de mon corps

Pour mieux vivre cette scène, de la guérison de la belle-mère de Simon-Pierre par Jésus, je me suis permis de prendre la plume en son nom :

J’étais couchée, incapable de me lever. Les fièvres avaient pris possession de mon corps, j’étais dans une extrême faiblesse. Mon esprit était tourmenté, j’étais égarée, comme si les douleurs de la maladie prenaient un malin plaisir à m’éloigner loin de moi-même. Ce n’est qu’au travers de denses brumes que j’entendis qu’il y avait du monde à la porte.

En temps normal, j’aurais accouru à la rencontre des visiteurs pour les accueillir. Mais là, c’est comme si je n’étais déjà plus de ce monde, comme si j’aurais presque préféré être morte plutôt que de subir ce tourment.

J’entendis un léger frôlement dans la pièce. Quelqu’un était rentré.

Ce n’était pas la présence de Simon que je connais bien, il est assez vif et on sait tout de suite qu’il est là. Non, c’était quelqu’un d’autre, ou plutôt une autre sorte de présence qui avait de par son seul surgissement changé toute l’atmosphère de la chambre. Un silence s’était créé, comme lorsque l’on s’apprête à écouter quelqu’un dans une assemblée publique. Il me semblait que chaque poussière, et en dedans de moi chaque partie de mon corps, retenait son souffle.

Intriguée, malgré l’étau de mon mal de tête, je ne pus m’empêcher d’ouvrir les yeux. Il devait être quelque part, dans l’ombre de la pièce ou en arrière de moi. C’est alors que, sans l’avoir vraiment décidé, je sentis mon corps se tourner doucement de lui-même vers celui qui était rentré, un peu de façon similaire à la fleur du tournesol lorsqu’elle se tourne vers le soleil.

guerison-belle-mere

Je le vis s’approcher, sortir de l’ombre et me tendre la main sans un mot. Ma propre main partit à la rencontre de la sienne. C’est alors que je sentis un puissant souffle se diriger vers moi. Ce souffle, intangible à mes sens, mais omniprésent dans sa tendre miséricorde, me traversa le corps et en fit sortir des nuages de poussières, de pleurs, de peurs.

J’hésitai un instant. La maladie s’était évaporée comme la rosée au lever du soleil.

Il me prit la main, et sans le moindre effort, mon corps se redressa. J’eus la nette perception d’être libérée, comme si d’immémoriales chaines qui me maintenaient en esclavage, qui me gardaient captive à l’intérieur de mon propre cachot, venaient de sauter.

Je le suivis. J’avais l’impression de revenir de très loin, des limbes ou de quelque labyrinthe souterrain ravagé par la dispersion et la mort. Même mes vêtements semblaient avoir été  lessivés et blanchis. Il me ramena aux miens et je revins tout naturellement à mes fonctions d’hôtesse de la maison, à la différence que, ce n’était plus moi qui servait, mais bien, j’en eus la certitude, sa propre présence au travers de mes mains.

C’est ainsi que je fus guérie, et sauvée, par celui que mon beau-fils Simon me présenta sous le nom de Jésus.

(tel que rapporté par) Nénuphar

jesus-accueil

 

Qui est cet homme qui à son seul toucher,
par sa seule présence, sa seule parole
est capable de guérir tous les maux? 

Cet évangile de Marc nous révèle un visage de Jésus que j’aime beaucoup. Qui est cet homme qui à son seul toucher, par sa seule présence, sa seule parole est capable de guérir tous les maux?  Qui est cet homme qui émane une énergie libératrice autour de lui? Qui est cet homme qui ne se laisse pas faire par les démons et qui les expulse par sa voix? Marc nous le dit clairement dans son évangile. Cet homme, c’est Jésus, le Saint de Dieu. Il est un guérisseur qui n’agit pas de lui-même et ne parle pas en son nom. Son énergie guérissante, sa force  ne vient pas de lui-même mais de Dieu, son Père, notre Père. C’est un homme de prière qui prend le temps de se retirer à l’écart pour prier et se laisser habiter par l’Amour et l’Esprit de son Père. Jésus, le Saint de Dieu, le guérisseur, ne se laisse pas mener ni par la foule ni par ses disciples. Il rappelle à ses disciples le but de sa mission : « Je suis sorti pour proclamer l’Évangile. » Un  évangile qui libère les cœurs et transcende les mœurs, les mentalités, les structures qui aliènent tous ceux et celles qui se laissent toucher par son Évangile, sa Parole de vie. Jésus redonne Vie à tous ceux et celles qui  s’approchent de Lui parce qu’Il communique l’Amour divin. Toute la personne se trouve engagée dans un processus de guérison parce qu’Il libère le cœur, le corps et l’esprit de tout mal. Ce Jésus guérisseur défie toute logique scientifique et médicale. La médecine fait des miracles corporels extraordinaires mais il y a encore une seule chose qu’elle ne nous donne pas : la Paix intérieure. Cette paix que Jésus donne à tous ceux et celles qui ont Foi en Lui, en sa Parole de vie, en sa Miséricorde et son Amour. Jésus guérit notre âme et apaise notre être tout entier. Lui seul peut vraiment nous donner une guérison intérieure. Prenons un temps d’arrêt pour goûter son amour infini et sa miséricorde. Laissons-nous toucher par son Amour afin de lui ressembler et de communiquer cet amour divin qui guérit l’âme et apaise les cœurs. Revêtons-nous de son esprit d’humilité.

Ô Jésus, mon amour,
Enveloppe-moi de Ta présence
Qui m’unifie à l’Esprit de Ton Père.

Ô Jésus, Toi, le Saint de Dieu,
Mets ta main dans ma main et relève-moi.
Donne-moi ton regard d’amour qui sécurise et réconforte.

Ô Jésus, Toi, le guérisseur par excellence,
Embrase-moi de ton feu sacré
Qui pacifie les cœurs et les esprits tourmentés.

Ô Jésus, Toi, la force de vie universelle,
Renouvelle en moi cette énergie de cœur
Pour que je proclame ton Évangile d’amour et de  paix.

Karine