Archives du mot-clé visitation

« Tu es bénie entre toutes les femmes» (Lc 1, 39-56)

 

visitation-tu-es-benie

Illustration inspirée d’un vitrail de la cathédrale Notre Dame à Laon, en France

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc, chapitre 1, 39-56

En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée.
Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth.
Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint,
et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni.
D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ?
Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi.
Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »
Marie dit alors : « Mon âme exalte le Seigneur,
exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !
Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse.
Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom !
Sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent.
Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.
Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.
Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides.
Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour,
de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais. »
Marie resta avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s’en retourna chez elle.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible – © AELF, Paris

______

Commentaires

Puissions-nous tous, comme Élisabeth, laisser entrer  Marie chez nous, en nous…

Michaël

Ça me touche que même en tant que cousine, Élisabeth reconnaît l’accomplissement des écritures en Marie qui va vers elle avec « empressement » et qu’en plus, elle y reste durant 3 mois! Comme le Seigneur vient vers les humbles, je me dit qu’en moi aussi, Marie peut venir à ma rencontre. Pour autant que je sois attentive à sa présence.

Nini

Tel que l’a été Marie, nous sommes tous appelés à suivre Jésus pour un monde plus fraternel et plus tolérant, ces périodes de troubles ne sont là que pour le confirmer. Appliquons ces valeurs de paix qui nous sauvent.

Pascale

 » MARIE SE MIT EN ROUTE , » quel geste spontané et engageant devant l’évènement mystérieux qui s’en vient et à la suite de ce que je viens de comprendre sur la grande foi et l’abandon de Marie. Une mise en route m’appartient aussi pour faire redécouvrir cette naissance d’un homme appelé Jésus, venu nous apporter l’amour. Et faire connaitre à ceux qui vivent autour de moi, ce qui pourrait l’identifier à travers toutes les publicités qui portent à confusion. Je tolère le père Noël pour  » une couleur de la fête « , mais  pour la révélation du geste d’amour, de paix , de pureté, je reconnais  ce Jésus divin conçu dans le ventre  de Marie et déposé dans cette crèche il y a deux milles ans . A chacun de se dire  » SI MA JOIE, MA PAIX , MON CŒUR, ALLUME MA FAMILLE,  MON VOISIN, on peut remiser les fusils …

Mariette

Merveille des merveilles, une seule rencontre entre deux parentes, toutes les deux données à Dieu, a fait germer l’une des plus belles prières récitées quotidiennement partout dans le monde. « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni, » la prière à Marie est certainement l’une des plus tendres et aimantes intercessions qu’il est possible d’invoquer dans les tourmentes et souffrances. Car c’est un cœur de mère qui répond, un cœur plein de sollicitude, et qui, à titre de « Mère de notre Seigneur », ré-enfante en chacun de nous Jésus, ce « Dieu-qui-sauve », et nous refait naître à notre véritable dimension de filles et fils du Père céleste.

Nénuphar

Déjà quand une femme porte dans son ventre un bébé elle se sent comblé, bénie et en communion avec la vie, avec l’amour. Je n’oublierai jamais le sourire qu’habillait le visage de ma fille pendant sa grossesse. Alors je ne peut pas imaginer comment plus grand encore peut être de porter le Seigneur dans ses entrailles… « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. »

« …désormais tous les âges me diront bienheureuse… » Soit bienheureuse Marie car tu es la mère de Jésus notre Seigneur. MERCI!!!

Rosa

Marie ne peut contenir sa joie. Elle s’empresse de rejoindre sa cousine Élisabeth pour partager avec elle la joie du salut. Marie est celle que Dieu a choisie entre toutes les femmes  pour s’incarner dans son peuple. Remplie de l’Esprit-Saint, Élisabeth nous le confirme : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi?  Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles du Seigneur. » Quelle salutation! Quelle révélation!

La visitation joyeuse de Marie à Élisabeth nous entraîne nous aussi dans la joie du salut. Marie reconnaît dans son magnificat que tous les âges verront le salut et la grâce qu’elle a eu de porter  et de donner Jésus, le sauveur du monde, à toute l’humanité. Heureuse celle qui a cru en les paroles de notre Seigneur. Marie et Élisabeth sont dans la joie parce qu’elles ont goûté à l’Amour du Seigneur. Elles ont cru à l’effusion de l’Amour pour le donner au monde. De générations en générations les disciples du Seigneur se mettent à l’écoute de Sa Parole et chantent avec Marie le Magnificat. Comme Marie nous avons reconnu l’Amour que Dieu a pour nous et nous y avons cru (1Jn 4,16). Frères et sœurs bien-aimé continuons de porter Jésus au monde lors de nos petites visites. Demandons à Jésus par l’intercession de Marie de nous habiter afin que notre salutation et nos visites fassent tressaillir de joie tous ceux et celles qui se trouvent sur nos chemins.

Marie, toi qui a cru en l’amour de notre Seigneur,
Apprends-nous à demeurer dans le silence
Pour accueillir Sa Parole dans nos cœurs.

Marie, toi qui s’est empressée de visiter Élisabeth,
Accompagne-nous dans nos visites afin que ton fils Jésus
Puisse se révéler par notre qualité de présence, notre écoute,
Nos regards et nos paroles.

Marie, toi qui a su rester humble dans la grâce,
Montre-nous le chemin de l’humilité qui conduit à
La joie, la paix et l’amour.

Karine

____

Et si les personnages des œuvres d’art se mettaient à bouger?

Parfois, les œuvres d’art chrétiennes sont tellement présentes qu’on a l’impression que les personnages vont se mettre à vivre. C’est un peu ce que nous avons voulu illustrer ici en permettant à Marie et Élisabeth, telles que représentées sur un vitrail, d’aller à la rencontre l’une de l’autre en quelques images. En hommage à une inspirante scène de la Visitation apparaissant sur un vitrail de la cathédrale Notre Dame, à Laon, en France.

________

Noël, avec ou sans la Sainte-Famille?

noel-avec-ou-sansRéponses à notre quatrième et dernière question de la saison : Noël, avec ou sans la Sainte-Famille? Quel est le sens de la fête de Noël avec ou sans la crèche, avec ou sans Marie, Joseph et Marie, avec ou sans Dieu? Une grande partie du monde fête Noël sans plus aucune référence à la naissance du sauveur, l’échange de cadeaux s’étant substitué à la messe de minuit. Quelle est la différence pour vous  entre ces deux façons de célébrer Noël?

Réponses reçues

Avec bien sûr ! Sans l’enfant Jésus, Noël n’a aucun sens.

Lise Ethier

Noël c’est l’Amour ! La famille c’est aussi nos frères et sœurs dans l’Église…

Eliane Beaudry

Noël sans L’Enfant est comme un corps sans âme, vide de sens, vide de vie…

Faire de Noël une fête de partage de cadeaux en niant Le Cadeau reçu en cette divine naissance, c’est un peu comme offrir un contenant avec un bel emballage… sans contenu.

On pourrait dire qu’à l’origine Noël n’était pas une fête chrétienne, et que même en admettant l’incarnation du Christ, il n’est pas prouvé qu’Il soit né en cette nuit de Noël. Cependant, si cette fête a pris tant d’importance dans les cœurs, c’est justement parce que cette nuit de Noël – fête de la lumière naissante – est maintenant associée providentiellement  à la célébration de la naissance de Jésus-Christ.

Fêter Noël sans la crèche au grand complet a quelque chose de profondément désespérant,  car même pour ceux qui sont bien entourés pendant cette fête – ce qui n’est malheureusement pas le cas pour tous, il y a alors un vide très difficile à combler; c’est le vide infini d’un présent sans présence…

…sans présence de l’Enfant qui ouvre à la Vie

…sans présence de Marie qui ouvre au mystère de la dimension intérieure

…sans présence de Joseph qui ouvre à la mise en œuvre sacrée

…sans présence des anges qui ouvrent à la louange de la gloire divine

…sans  présence du bœuf et de l’âne qui ouvrent espace  à la présence de  l’Enfant

…sans présence des bergers qui ouvrent à l’esprit d’enfance qui entend l’Appel et y répond

…sans présence des rois mages qui ouvrent à l’esprit de sagesse dont la grandeur est dans l’humilité et la soumission à l’Enfant qui transcende toute leur sagesse.

Michaël

Noël avec la Sainte Famille

 Fêter Noël dans  la tradition religieuse est source d’amour et de joie profonde. C’est en Église que la fête a un sens profond puisque Dieu nous a donné Jésus pour nous réconcilier dans son Amour.  Marie et Joseph font partie de la fête puisqu’ils ont permis l’incarnation du fils de Dieu.  C’est en famille que nous sommes renouvelés dans l’amour. Jésus a une histoire familiale très humaine pour embrasser notre humanité blessée. Donc Noël se fête dans la grande famille de l’Église universelle pour nous réconcilier avec les membres de notre famille et ouvrir nos cœurs à l’amour universel.  Noël nous permet d’entrer dans une aventure d’amour avec Jésus, l’enfant-Dieu, afin de  nous laisser pétrir par l’innocence de son amour tout en honorant  sa mère Marie et son père adoptif Joseph. La Sainte Famille nous met en marche vers un chemin spirituel qui nous fait  découvrir tout au long de notre voyage intérieur la Présence d’un Dieu Amour et miséricordieux. Dieu s’est incarné dans notre histoire humaine pour nous sauver de notre aveuglement et  nos égarements qui sont en  rupture avec l’Amour divin.  Nous ne pouvons adorer Jésus sans honorer Marie et Joseph que Dieu a choisi pour transcender notre humanité. Dieu a besoin de nous pour réaliser son plan d’amour et bâtir son royaume de justice et de paix. Fêter Noël sans Jésus et sa famille humaine c’est ne pas reconnaître que nous sommes enracinés dans l’Amour de Dieu bien avant notre naissance. Noël sans la Sainte Famille c’est refuser de faire un voyage intérieur qui nous fait découvrir que nous sommes nous aussi les enfants de Dieu et que chacun, chacune a du prix à ses yeux. Si nous accueillons la Sainte Famille nous pouvons  mieux comprendre le dessein de Dieu pour l’humanité et aussi comprendre notre histoire familiale qui nous a façonnés tout au long de notre parcours de vie. Notre mission prend souvent racine dans notre famille imparfaite qui a sa source dans une histoire sacrée.  Nous pouvons déplorer le fait que  Noël soit devenu une fête commerciale où tout le monde se stress pour acheter des cadeaux par générosité.  Par contre, Noël permet l’ouverture du cœur et met un peu d’amour dans les cœurs même chez les non-croyants. Les chrétiens doivent être fiers de voir les non croyants fêter Noël même en refusant la présence de  Jésus dans leur party de Noël puisque ce que les gens veulent fêter c’est l’amour. J’ai déjà vu des non pratiquants  ou non-croyants tout  triste à Noël parce qu’ils sont seuls ou en chicane avec leur famille. Ils voudraient eux aussi être en famille à l’occasion de Noël pour fêter ensemble dans l’amour.  Ils reconnaissent inconsciemment que Noël, c’est la fête de l’amour. Notre mission à Noël c’est de partager notre amour et notre joie avec tout le monde et de laisser la trace indélébile de notre Seigneur dans le cœur du monde. Jésus est Amour et si les gens ne connaissent pas Jésus ou refuse de l’accepter dans leur vie, nous avons comme mission de Le faire connaître par notre témoignage d’amour, de joie et de paix. C’est comme cela qu’ils vont reconnaître Jésus et adhérer à notre foi chrétienne et aux valeurs que Jésus nous a enseignées. Comme l’ange Gabriel,  soyons des envoyés de Dieu pour annoncer la venue de notre Seigneur dans le cœur de l’être humain. Disons à chacun, chacune en ce temps  de l’Avent et de  Noël : « Je te salue mon frère… Le Seigneur est avec toi. Il te donne Sa paix. »

Marie, toi qui a donné naissance à l’Amour
Aide-nous à dire oui à l’Amour tous les jours de notre vie.

Joseph, toi qui a su être présent dans la vie de Jésus
Aide-nous à accueillir la présence de Jésus dans la joie.

Jésus, Toi, le fils du Dieu vivant qui a pris chair de notre chair
Apprend-nous à grandir dans l’Amour véritable qui donne la Vie.

L’innocence de l’Enfant-Dieu

Au commencement était le verbe et
Le verbe était avec Dieu et
Le verbe était Dieu.
Tout fut par lui, et sans lui rien ne fut. Jn1, 1-3

Dieu PRÉSENT en toute création.
En ce petit enfant de la crèche de Bethléem
Dieu nous révèle son visage.
Un visage qui reflète l’innocence de l’AMOUR.

Dieu, présent en cet enfant de la crèche,
Nous désarme et nous ouvre le cœur.
Un cœur prêt à sourire et à aimer
Toute l’humanité et  toutes ses créatures.

L’Enfant-Dieu, dans son humanité, bouscule nos schèmes de pensée.
Il a pris chair en la Vierge Marie et
Fait de Joseph, un père adoptif et aimant
Pour accueillir la Vie dans toute son incompréhension.

L’Enfant-Dieu, emmailloté dans sa pauvreté,
Nous ouvre un chemin de liberté.
Une liberté intérieure qui transcende notre attachementAux biens matériels, au pouvoir et à la gloire.

L’Enfant-Dieu, par son regard d’amour, transforme notre regard.
Un regard plein de tendresse et de compassion.
Un regard qui transperce les cœurs endurcis par
Les blessures et les déceptions de la vie.

L’Enfant-Dieu,  dans son innocence, est tout Accueil.
Il sourit au monde  et élargie l’espace de nos cœurs.
Il nous invite à accueillir le don  de chaque continent et
De chaque peuple qui est l’expression de son amour pour l’humanité.

L’Enfant-Dieu, dans son humilité, nous ouvre les bras.
Il nous rassemble en un seul corps afin que
Nous puissions embrasser nos frères et sœurs  qui  œuvrent
À  établir son royaume de justice et de paix.

L’Enfant-Dieu, dans sa vulnérabilité, nous apporte la paix et la joie.
Une paix et une joie intérieure que le monde ne peut donner.
Comme les oiseaux du ciel et les fleurs des champs
Accueillons l’Enfant-Dieu qui est la Vie  dans toute sa création et
Honorons le divin en chacun, chacune dans la joie, l’amour et la paix.

JOYEUX NOEL ET SAINTE PAIX EN CETTE ANNÉE 2016

Karine