Alain

Ce n’est pas pour moi que cette voix
s’est fait entendre, mais pour vous!

 (Clique sur le titre pour lire le texte auquel le commentaire réfère)

« En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il demeure seul; mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. » (Jn 12, 23- 33)

Jésus sait qu’en montant à Jérusalem, on le livrera pour être exécuté. Il tente de préparer ses apôtres à cette heure difficile. Ces derniers croient qu’il s’y rend pour enfin établir son règne de messie et qu’il prendra la gouverne du peuple juif. Ainsi Jésus leur explique qu’il faut qu’il passe par la mort pour ensuite ressusciter. Mais ils ne comprirent pas cela.

Comme un grain qui meurt en terre et qui ensuite revit après l’éclatement de la graine dans la terre pour devenir une tige, puis un plant qui grandit dans une nouvelle vie et qui peu à peu porte des fruits savoureux, ainsi il leur annonce qu’il mourra pour ensuite ressusciter. Sa mort physique comme la graine qui meurt, se transformera en vie nouvelle; ce sera la vie nouvelle d’un ressuscité, toujours vivant.

Ce n’est qu’ainsi qu’il portera du fruit qui demeure. De même, les apôtres et nous tous à leur suite, nous suivrons Jésus sur le chemin de la foi. Nous passerons aussi par la mort pour ensuite vivre de la vie nouvelle et éternelle comme Jésus ressuscité. Ce n’est qu’ainsi que nous porterons du fruit véritable.

Laisse-la!

(Clique sur le titre pour lire le texte auquel le commentaire réfère)

 » Laisse-la! Elle a gardé ce parfum pour le jour de ma sépulture. Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous, mais moi, vous ne m’aurez pas toujours. »(Jean 12, 1 à 9)

Alors que Judas manifestait son désaccord devant le geste de Marie-Madeleine qui répandait un parfum très cher sur les pieds de Jésus, le Seigneur vit dans ce geste un grand hommage à cause de l’amour que Marie-Madeleine lui manifestait. Jésus ne dédaigna pas son don. Ainsi le riche parfum a honoré Jésus et fut un signe pour annoncer sa prochaine sépulture.

Cependant Jésus nous rappela que les pauvres sont toujours là parmi nous et qu’il est important de veiller sur eux pour qu’ils sortent de leur misère. En tout temps, Jésus a voulu témoigner de son amour pour les plus petits, les pécheurs et les pauvres. Il s’est même identifié à eux: « Quiconque donne même un verre d’eau fraîche à l’un de ses petits qui sont mes frères, c’est à Moi qu’il le fait. »

Ainsi donc Jésus nous enseigne que le geste de Marie-Madeleine n’est pas au détriment des pauvres car il honore Dieu en Jésus qui s’est pauvre et petit dans sa mort sur la croix et qui, ressuscité, nous rend riches de sa vie divine. Jésus est venu parmi nous comme un pauvre à Noël et jusque dans sa mort sur la croix. Il a voulu que nous l’honorions comme le premier parmi les pauvres pour qu’ensuite nous continuions de le faire dans les personnes les plus démunies auxquelles il s’est identifié.

Et Jésus pleura

 (Clique sur le titre pour lire le texte auquel le commentaire réfère)

« Lorsqu’il la vit pleurer, et pleurer aussi les Juifs qui l’accompagnaient, Jésus frémit en son esprit et se troubla. » (Jn, 11, 20-35)

C’est ainsi que Jésus nous témoigne de son cœur humain dans ce passage de l’Évangile: il est sensible comme nous à la douleur de la séparation; il a un cœur vraiment humain et qui sait s’émouvoir devant la perte d’un ami très cher, devant la peine de Marthe, de Marie, sœurs de Lazare, et des amis juifs. Ailleurs, Jésus a éprouvé une peine et une compassion semblables auprès du fils décédé de la veuve de Naïm.

Pourquoi Jésus ne s’était pas pressé à venir plus tôt alors qu’il aurait pu guérir Lazare pendant qu’il était encore vivant ? C’était pour manifester la gloire et la puissance de Dieu devant la mort et éveiller la foi des Juifs qui ne croyaient pas en lui.

Aujourd’hui, nous sommes aussi peinés devant la perte d’être chers. Pourquoi Jésus ne fait-il pas des miracles comme il l’avait déjà fait pour les ramener à la vie ? C’est bien là un mystère car le Seigneur a ses raisons de rappeler à lui quelqu’un pour vivre en sa présence dans l’éternité. Il ne faut oublier aussi que nous sommes de passage sur la Terre et après avoir bien accompli notre mission pour bâtir le Royaume du Père dès ici-bas, le Seigneur nous invite à vivre avec lui dans l’au-delà. « Recherchez les réalités d’en-haut, nous dit l’apôtre Paul dans l’épître aux Colossiens 3, 1 et 4, là où se trouve le Christ, assis à la droite de Dieu; c’est en haut qu’est votre but, non sur la Terre. »

Je suis la porte

 (Clique sur le titre pour lire le texte auquel le commentaire réfère)

 « Celui qui entre par la porte est le pasteur des brebis. » (Jn 10, 1-11)
Jésus est le bon Berger. Nous pouvons le reconnaître par son attitude: il ne trompe pas et il agit en vérité avec nous. Il veut notre bien et nous guide vers le bonheur.

Il n’agit pas comme les voleurs qui viennent incognito et souvent en défonçant les accès pour accomplir leurs méfaits. Pas Jésus ! Les brebis le reconnaissent par sa bonté et sa franchise. Il veut le bien de ses brebis. Les brebis sont en confiance avec Lui. Mais elles fuient le voleur.

Jésus seul peut les conduire en des lieux tranquilles où elles pourront brouter en paix l’herbe des champs. Elles le suivent là où il va car lui seul connaît le chemin qui mène à la vie.

De même, Jésus envoie dans l’Église des pasteurs d’âme qui montrent Jésus, notre chemin. Avec eux et avec elles, nous pouvons être en confiance. Je pense au pape François, à Jean Vanier, à l’abbé Pierre et à bien d’autres prophètes qui nous indiquent le chemin du bonheur. Rendons grâce à Dieu qui veille sur nous, son troupeau.

Tu le vois; celui qui te parle, c’est lui

 (Clique sur le titre pour lire le texte auquel le commentaire réfère)

 Si cet homme n’était pas de Dieu, il ne pourrait rien faire. » (Jn 9, 24-41)
L’aveugle de naissance n’est pas en fait aveugle dans la vie spirituelle. Il sait bien que celui qui l’a guéri n’est pas quelqu’un d’ordinaire. Il ouvre peu à peu les yeux de la foi devant Jésus qui vient le sauver de sa cécité. Il est vrai dans ses réponses aux Pharisiens qui eux demeurent aveugles devant l’évidence.

Qu’est-ce qui poussent ceux-ci à refuser de croire en Jésus ? Pour eux, Jésus qui mange avec les pécheurs et qui s’occupent des pauvres et des petits, ne peut être le messie attendu; Pour eux, c’est un impur qui ne respecte pas la loi et qui enfreint l’observance du sabbat en guérissant des malades ce jour-là. Leur vision d’un messie qui vient avec puissance les sauver des envahisseurs romains les empêche d’être ouverts aux signes de Dieu.

Par contre, l’aveugle guéri, lui, sait très bien qu’il n’y a que quelqu’un de divin qui puisse réaliser un tel miracle. Il croit de tout son cœur quand Jésus se révèle à lui comme le Fils de l’homme ou le Fils de Dieu.

Ni lui, ni ses parents n’ont péché

 (Clique sur le titre pour lire le texte auquel le commentaire réfère)

Jésus répondit : « Ni lui, ni ses parents n’ont péché, mais c’est afin que les œuvres de Dieu soient manifestées en lui. » (Jn 9, 1-7)

Les Juifs croyaient que les maladies étaient causées par les personnes qui les avaient. Jésus est venu renverser cette croyance. Non, la cause des maladies n’est pas de notre faute. Cependant Jésus vient affirmer sa mission de venir guérir les malades et de sauver les pécheurs. Il est venu pour donner la vie à tous et à toutes.

C’est la volonté du Père que tous aient la vie et la vie en abondance. C’est Jésus, l’Envoyé du Père, qui vient annoncer ce message; il vient sauver ce qui était perdu. Il allume l’espérance de l’humanité de pouvoir grâce à Jésus revenir au Père et de vivre de sa vie en abondance.

Donc les malheurs qui nous arrivent ne sont pas nécessairement de notre faute; ce sont les aléas de la vie qui nous les causent. Dieu veut que nous luttions avec Lui pour nous en délivrer et pour revivre pleinement de nouveau. Même la mort n’est pas la fin de tout mais, grâce à Jésus, mort et ressuscité, un passage vers la Vie, la continuité de la vie en abondance commencée dès ici-bas, cette vie qu’il nous promet si nous croyons en Lui.

Je suis la lumière du monde

(Clique sur le titre pour lire le texte auquel le commentaire réfère)

« Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie. » (Jn 8, 12 – 20)

Jésus nous appelle à marcher à sa suite sur le chemin du Royaume. Il est le bon berger qui aime ses brebis; ainsi, il veut nous faire avancer sur la route du vrai bonheur. Il nous donne la vraie nourriture pour que nous ne dépérissions pas en chemin.

Avec Jésus, nous avançons dans la lumière. Il nous éclaire par sa présence faite d’amour. Sur la route, il y a des difficultés et des obstacles. Nous pouvons tomber et nous blesser. Mais tant que Jésus est à nos côtés, nous n’avons rien à craindre.

Un père carmes, le Père Jacques (Lucien Bunel), fut fait prisonnier et a subi les horreurs des camps de concentration en Allemagne durant la guerre de 1939-1945. Malgré toutes les tortures, il a tenu ferme car il voyait Jésus qui marchait à ses côtés et qui portait sa croix. Ainsi il a donné un témoignage de foi qui fut bénéfique pour ses compagnons d’infortune. Il les a amenés à Jésus qui les a soulagés dans leur grande souffrance. (Titre : « Au revoir, les enfants » de M. Carrouges)

Regardons toujours Jésus qui veille avec amour à nos côtés et qui nous accompagne dans la grande traversée de la vie.

Où sont ceux qui t’accusent ?

(Clique sur le titre pour lire le texte auquel le commentaire réfère)

« Que celui d’entre vous qui est sans péché lui jette la première pierre. »
« Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus. »
(Jn 8, 3 à 11)

Devant notre état de pécheur, nous nous condamnons nous-mêmes ou d’autres nous condamnent. Jésus agit différemment : il place ceux et celles qui accusent devant leur propre état de pécheur; puis il montre sa miséricorde à la pécheresse et lui redonne un élan pour ne plus pécher.

Ainsi nous sommes appelés à ne pas juger sévèrement ceux que nous considérons comme pécheurs et pécheresses. Examinons d’abord, de notre côté, nos responsabilités de pécheurs. Ensuite regardons, à la manière de Jésus, toutes personnes que nous serions portés à juger sévèrement, nous-mêmes en premier. Enfin agissons dans le sens de redonner vie et élan à nous-mêmes et à ceux et celles que nous pourrions dénigrer.

redonner-vie

Ne jugez point sur l’apparence

(Clique sur le titre pour lire le texte auquel le commentaire réfère)

« Ma doctrine n’est pas de moi, mais de celui qui m’a envoyé. » ( Jn 7, 1 – 24 )

Jésus remplit sa mission reçue du Père. Il accomplit les œuvres selon la volonté du Père qui veut établir son Royaume parmi nous.

Cependant les chefs des Juifs et les Pharisiens refusent de croire en sa Parole. Jésus leur dit: « Si vous ne croyez pas mes Paroles, croyez à cause de mes œuvres ! »

Mais les Juifs lui reprochent de ne pas respecter le sabbat quand il guérit des malades. Jésus leur réplique: « Lequel d’entre vous qui voit son âne tomber dans un puits, ne va pas l’en retirer; de même, vous voyez ce malade qui souffre depuis si longtemps; pourquoi ne pas le soulager de sa souffrance, même le jour du sabbat ? »

Jésus rappelle le désir du Père que tous ses fils et toutes ses filles vivent heureux et qu’ils soient délivrés de leurs maux et de la mort. Il place en premier le respect de la vie de l’être humain avant les items de la Loi à observer.

Ainsi le Seigneur Jésus place l’amour de Dieu et de ses enfants en premier; ces valeurs prévalent sur les items de la Loi souvent ajoutés sans considération de l’importance de la vie humaine des individus par les docteurs de la Loi.

Pour conclure, Jésus leur rétorque: « Ne jugez point sur l’apparence, mais jugez selon la justice, » c’est-à-dire sur le primat de la charité qui dépasse les items de la Loi.

Seigneur, à qui irions-nous?

(Lire l’extrait Celui qui mange de ce pain vivra  auquel ce commentaire réfère) 

« Seigneur, à qui irions-nous? Vous avez les paroles de la vie éternelle. » (Jean, chapitre 6, de 57 à 71)

Cette affirmation de Pierre, c’est un acte de foi en Jésus: Pierre affirme ainsi: « Oui, Jésus, tu es notre seul chemin, la seule vérité et la vie en plénitude que tu nous offres. Sans Toi, Jésus, notre vie tombe en ruine; avec Toi, nous sommes sauvés. »

Jésus se donne à nous dans le sacrement de l’eucharistie; ainsi nous devenons ses disciples; il nous introduit dans la vie divine. C’est l’entrée dans la vie en plénitude; nous devenons fils et filles de Dieu en Jésus, notre Frère. Jésus nous dit ailleurs: « Je suis venu pour qu’ils aient la vie en abondance. » Et aussi: « Qui me mange, vivra par moi. » Donc Jésus nous offre de vivre de sa vie; nous devenons d’autres lui-même; nous vivons comme Lui de la vie des fils et filles de Dieu à l’image de Jésus, le Fils bien-aimé du Père.

Jésus nous dit aussi: « C’est l’Esprit qui vivifie. » Voilà la boucle que Jésus fait à la suite de sa révélation: c’est grâce à son Esprit que nous devenons ses disciples, remplis de sa Vie en plénitude. Cet Esprit Saint réalise dans notre monde des transformations où s’établit l’amour, reflet de celui que vit la Trinité très sainte. « Dieu est Amour. » L’Esprit Saint agit comme une sève qui irrigue le tronc d’un arbre et atteint toutes les branches qui s’ouvrent à son action.

Voilà le chemin de la divinisation que nous offre Jésus par son Pain de Vie. Il s’est fait homme pour nous remplir de sa divinité.

Ainsi celui qui me mange
vivra aussi par moi

(Lire l’extrait Et le pain que je donnerai, c’est ma chair auquel ce commentaire réfère) 

« Celui qui mange ma chair et boit mon sang, demeure en moi, et moi en lui. Comme le Père qui est vivant m’a envoyé, et que je vis par le Père, ainsi celui qui me mange vivra aussi par moi. »

L’eucharistie est le plus grand don que Jésus nous a fait et nous fait encore à chaque jour. Il nous offre son Pain de vie. Ce Pain, c’est Lui-même qui se donne à chacun et à chacune de nous sous le signe du pain et du vin consacrés.

Jésus veut vivre en nous. Il veut vivre en union intime avec moi et avec toi. Il nous aime d’un amour éternel et il veut que nous vivions avec Lui éternellement. Dès cette vie, Jésus veut habiter notre cœur et ainsi nous inspirer ses désirs, ses volontés. Avec Jésus, nous devenons d’autres Lui-même et nous continuons avec Lui sa mission de salut.

Avec Jésus, nous sommes aussi unis au Père grâce à l’Esprit saint qui nous guide. C’est la Trinité qui habite notre cœur. Il fait ainsi de notre cœur sa Maison.

Descendu du ciel

(Lire l’extrait Je suis le pain de vie auquel ce commentaire réfère) 

« Car je suis descendu du ciel pour faire, non ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. »

Jésus est l’envoyé du Père. Nous le voyons prier régulièrement dans les Évangiles. Il veut Lui être uni et réaliser le rêve du Père pour nous, ses enfants. Tout ce qu’il entend du Père, il le met en pratique.

Il nous enseigne que le Père veut établir son Royaume de paix et d’amour: il guérit les malades, il pardonne aux pécheurs et il libère ceux et celles qui sont aux prises avec les forces du Malin.

Il édifie aussi son Église pour continuer la mission qu’il a entreprise. Il se choisit des apôtres et des disciples pour poursuivre l’œuvre du salut. Ainsi il étend son Règne d’amour dans l’humanité. Nous sommes dans cette lignée de ceux et celles qu’il choisit pour étendre le Règne du Père.

Tout tourné vers le Père, il nous entraîne à sa suite. Il nous appelle à aimer et à agir avec lui. Il nous envoie son Esprit saint qui nous donne sa Lumière et sa Force pour faire du bien comme Jésus.

Peu à peu, se réalise cette volonté du Père que tous soient sauvés. Dieu notre Père, en son Fils Jésus, nous donne alors la vie éternelle déjà commencée ici sur terre. Nous croyons qu’il l’établira pleinement à l’avènement total de son Royaume dans l’éternité bienheureuse.

Mais il leur dit: « C’est moi, ne craignez point. »

(Lire l’extrait Lève-toi, ils virent Jésus marchant sur la mer auquel ce commentaire réfère) 

La barque qui traverse la mer agitée, représente l’Église. Comme cette barque, l’Église traverse la mer de la vie; elle est souvent ballotée par des courants violents. La mer agitée des épreuves et des menaces menace de l’engloutir à plusieurs reprises dans l’histoire de l’humanité.

Mais le Seigneur a promis de veiller sur elle: « Je serai avec vous jusqu’à la fin des temps », nous a dit Jésus avant de monter au ciel à son ascension. Ainsi il veille toujours sur son Église pour qu’elle ne périsse pas dans les flots mouvementés de la vie.

En ces temps d’épreuve que traverse notre Église, Jésus est toujours tout près de nous; mais souvent, nous ne le reconnaissons pas à cause de la peur qui nous paralyse. C’est alors qu’il nous dit: « C’est moi, ne craignez point. » Il vient nous rassurer alors nous nous croyons perdus.  Il nous redit qu’il sera toujours fidèle à sa Parole et il nous invite à mettre en Lui notre confiance. Seigneur Jésus, je crois, mais augmente ma foi !

Il veut combler les cœurs

(Lire l’extrait Lève-toi, Où achèterons-nous du pain?  auquel ce commentaire réfère) 

“Jésus donc ayant levé les yeux, et voyant qu’une grande foule venait à lui, dit à Philippe: « Où achèterons-nous du pain pour que ces gens aient à manger? »  Jésus est venu nous donner la vie en plénitude. Il veut combler les cœurs; avant de nous donner son Pain de vie, il se soucie d’abord de notre faim physique. Il est sensible à la foule devant lui; il tient compte de ses limites puisqu’elle l’a suivi dans le désert pour entendre sa Parole.

Ainsi dans notre vie, Jésus veille sur nous en nous entourant d’attentions pour notre vie terrestre; il veut pour chacun et chacune une vie heureuse et remplie de joie. Bien des “anges” nous visitent à chaque jour sans que nous nous en rendions compte souvent. Le Seigneur les met sur notre route pour nous aider à avancer sur le chemin du bonheur.

Cependant, son plus grand désir, c’est que nous avancions dans la vie en découvrant son Amour et sa Présence fidèle. Il a même prévu pour nous aider et nous rendre plus fort dans la foi, son Don le meilleur: son Pain de Vie qui nous unit à Lui dans le sacrement de l’eucharistie. Rendons-Lui grâce pour tous ses dons et spécialement pour celui de l’Eucharistie qu’Il a prévu avec tant d’Amour pour nous.

Qui écoute ma parole

(Lire l’extrait Lève-toi, En vérité, en vérité, je vous le dis…  auquel ce commentaire réfère)

« Qui écoute ma parole et croit à celui qui m’a envoyé a la vie éternelle. »

Jésus et Dieu, le Père, ne font qu’un. Jésus vient habiter parmi nous, il demeure avec nous. Il veut remplir notre cœur de l’Amour qui l’habite. Ces Paroles nous indiquent le chemin qui mène au Père et à la vie éternelle avec Lui. C’est Lui, le Chemin véritable qui nous conduit à la vie éternelle.

Il vient aujourd’hui encore dans notre humanité en proie à la division et à la souffrance qui sévit dans notre monde. Il veut marcher avec nous sur ces chemins rocailleux et blessants parfois comme il l’a fait quand il portait sa croix. Il nous fait entendre sa Parole qui nous invite à mettre notre foi en Lui, à pardonner et à nous abandonner en toute confiance au Père. Avec Lui, nous pourrons passer ces écueils et vivre dans la Paix véritable car il est et demeure toujours avec nous. La joie naîtra alors même si tout semble dire le contraire.

Saint François d’Assise disait à son confrère Léon, alors qu’ils venaient de traverser une nuit de marche dans la pluie, qu’après avoir frappé à la porte d’un de ses couvents, ils ne furent pas reconnus et laissés à la porte tout trempés, il disait à son confrère: « Voilà la Joie parfaite! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s