Jeanne

La nourriture qui périt et celle qui demeure

 (Lire l’extrait Lève-toi, ils virent Jésus marchant sur la mer auquel ce commentaire réfère) 

« Travaillez, non pour la nourriture qui périt, mais pour celle qui demeure pour la vie éternelle, et que le Fils de l’homme vous donnera. »

Je vois bien Seigneur, j’ai beau t’aimer, je me tourne sans cesse vers cette « nourriture qui périt ». C’est la seule qui m’est réelle, c’est la seule que je perçois avec mes sens.

Dans les grandes nuits de désespoir, j’ai bien vu que tu étais là pour moi, tout le temps, à chaque fois. Pourquoi est ce que ta douce et fidèle présence s’estompe-t-elle si vite dès qu’un objet, une situation ou un être vivant éclairé par le soleil du monde surgit? Pareillement à la douce lumière de la chandelle qui disparait dans la luminosité crue du jour?

Dis-moi, comment est-ce que celle dont je suis issue, Ève, vivait avant que son âme soit séduite?

Ne voyait-elle les reflets du monde que comme des ombres dansantes célébrant ta gloire, alors que les paupières mi-closes, elle ne cessait de te contempler dans la chambre nuptiale?

Malgré toutes les souffrances engendrées par mes infidélités, je ne cesse de tomber amoureuse du monde, dans lequel je crois à chaque fois reconnaître le reflet de ton visage. Est-ce mon cœur qui projette ton image sur l’objet aimé? Pourquoi cette image s’estompe, cédant la place  à l’insuffisance et la déception?

Dis-moi comment travailler pour la nourriture qui demeure? Je me nourris quotidiennement de ta parole, je m’abreuve à ta présence et je participe de ton corps en ton église, …que me manque-t-il? Que veut dire « travailler »? Le laboureur, le meunier et le boulanger travaillent ensemble pour t’offrir le pain du monde. Comment puis-je travailler pour ce que tu me donneras?

Chasse-les!

(Lire l’extrait Je le relèverai en trois jours auquel ce commentaire réfère)   

Merci Jésus de venir ainsi dans ma maison pour l’en débarrasser de tout ce qui l’encombre et en expulser tout ce qui m’empêche de t’y accueillir pleinement!

Oui, chasse de la maison qui t’accueille tout ce qui cherche à découper la vie en unités monnayables que l’on peut prétendre acheter, détenir et vendre. Libère-moi de ce commerce qui ne peut faire autrement que de devenir meurtrier à force de recherche de profit, de désir de posséder et de crainte de perdre.

Oui, renverse en moi les tables de ces changeurs bien assis qui négocient sans cesse la valeur de tout ce qui les entourent.

Et oui, s’il te plaît, de grâce, je te le demande à genoux, que jamais les colombes de la paix, celles de la nouvelle alliance et de l’Esprit-Saint, ne soient mises  en cage et vendues au plus offrant! J’en mourrais si tel était le cas!

Quel verbe?

Lire l’extrait d’Évangile selon St-Jean « Au commencement était le Verbe…» auquel le texte suivant réfère.

Ce début de l’évangile de Saint-Jean à l’air d’être important, comme si il avait été écrit pour présenter une synthèse de l’essentiel. Chaque phrase mériterait sans doute que je m’y attarde plus longtemps.

Tout sonne vrai, et pourtant je trouve ce texte un peu abstrait. Peut-être que je cherche encore la phrase qui va me faire tressaillir de joie?

« Et le Verbe s’est fait chair… »

Pour dire la vérité, je ne sais pas tout à fait ce que ça veut dire. Question : Quel verbe?

Tentative de réponse en mon cœur : le verbe Aimer? Si Dieu est avant tout « Être », est-ce que son Verbe ne serait pas avant tout « Aimer »?

Là, ma joie montre le bout de son nez. J’ai tant de fois été déçue de l’amour humain (tout en ayant tout attendu de lui, je le reconnais). Cet « amour » humain qui désire et agit avant tout en fonction ses propres intérêts, ce « j’aime » qui se détourne et trahit dès que les choses ne tournent plus à son avantage, ce « je t’aime » qui devient si facilement un « je t’en veux, je te méprise ou je te déteste ».

Si un seul véritable « Je t’aime » sans compromis s’est revêtu d’un corps de chair, je veux le connaître, je désire ardemment le rencontrer et lui dire : « Merci d’être venu en ce monde, je te cherchais partout! Moi aussi je t’aime, et s’il te plaît, apprends-moi à aimer comme toi! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s